Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Canton du Val-d’Ajol – Philippe Faivre et Véronique Marcot présentent leur candidature Pour les élections départementales des 22 et 29 mars 2015.

image_pdfimage_print

Edité par D.J. 

Le nouveau canton du Val d’Ajol, qui regroupe les trois anciens cantons de Bains-Les-Bains, Plombières-les-Bains et Xertigny, a enregistré voici quelque temps la candidature du binôme formé de Véronique Marcot, maire de Xertigny, et Philippe Faivre, conseiller général sortant du canton de Plombières-les-Bains.

André Boban, Philippe Faivre, Véronique Marcot et Marie-Françoise Vannson.

Ils se présentent comme deux candidats au fait de la chose publique :

– Véronique Marcot, 52 ans, entame son troisième mandat de maire de Xertigny, et est également vice-présidente de la Communauté de Communes de la Vôge vers les Rives de la Moselle, ainsi que du Syndicat Mixte du Pays d’Epinal Cœur des Vosges.

– Philippe Faivre, 66 ans, ancien maire du Val d’Ajol, ancien président de la Communauté de communes des Trois Rivières et de l’Association des Communes Forestières des Vosges, est conseiller général  du canton de Plombières-les-Bains depuis mars 1992.

Dans un canton écartelé entre 5 communautés de communes et 3 circonscriptions législatives, ils ont décidé d’unir leurs forces et leur expérience, avec l’appui de leurs remplaçants André Boban, ancien maire de Fontenoy-le-Château  et ancien vice-président de la Communauté de communes du Val de Vôge, et Marie-Françoise Vannson, cadre médico-social en disponibilité, ancienne membre du Conseil économique et social qui réside à Hadol.

Ils entendent « veiller attentivement au devenir de leur nouveau canton, en s’appuyant sur ses atouts économiques traditionnels, mais aussi en soutenant les dossiers porteurs d’avenir, tels que le développement de la filière bois, l’accès au haut débit, ou l’appui aux projets portés par les communes et les intercommunalités actuelles ou futures ».

Ils comptent « également participer activement à la gestion des grands dossiers qui attendent la nouvelle assemblée départementale : adaptation de l’institution à ses nouvelles compétences, impulsion d’une dynamique partenariale élargie avec les autres collectivités territoriales, prise en compte de la raréfaction des moyens financiers, … sans oublier les missions essentielles du département en matière d’action sociale et de solidarité ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *