Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – L’Union locale CGT dénonce les mauvais coups du projet de loi « Macron ». Un communiqué à retrouver ci dessous.

image_pdfimage_print

Dans un communiqué, l’Union Locale CGT Remiremont dénonce les mauvais coups du projet de loi « Macron ».

« Travail du dimanche amplifié, dérégulation accrue, licenciements facilités, droits de défense des salariés compromis… Ce sont là les tendances lourdes du projet de loi Macron.

Au travers de ces 106 articles et de ces 3 chapitres : « libérer l’activité » – « Investir » – « Travailler », et une apparence de « loi fourre-tout », le projet de loi est parfaitement cohérent et marque la prédominance incontestée de l’économique sur tous les autres domaines. C’est un projet de loi libéral avant que d’être politique, impliquant un rôle de l’état facilitateur, mais aussi maître d’œuvre absolu (pas moins de 19 ordonnances et autres décrets devraient suivre).
La conséquence en serait une régression sociale majeure, qui ne ferait qu’accentuer lourdement la paupérisation et le désarroi de l’ensemble des salariés.

La CGT, fidèle à ses valeurs de défense de tous les salariés, sans aucune exclusion ni exclusive ni discrimination, refuse cette soumission aux seules règles économiques.  D’autres choix sont possibles, à l’inverse de cette politique libérale qui a échoué.

Le projet de loi Macron doit être immédiatement gelé pour être abandonné ».

 




2 réactions sur “Remiremont – L’Union locale CGT dénonce les mauvais coups du projet de loi « Macron ».

  1. Maskot

    Allez la CGT!
    Malgré certains de nos dirigeants à Paris , il reste des hommes et des femmes honnêtes sur qui on peut compter pour
    dénoncer et lutter contre les dérives des patrons capitalistes qui nous font trimer de plus en plus.
    Il ne faut surtout pas écouter le chant des sirènes de la loi Macron qui n’est pas du tout un homme de gauche.
    Réveillons nous car il est impensable de se laisser cracher dessus et de jeter aux chiens les acquis que nos anciens ont eu tant de mal à gagner de haute lutte.

    répondre
  2. Gilles CHIPOT

    Des syndicats oui et c’est absolument indispensable.
    Des syndicats ultra politisés, très grands adeptes du corporatisme au détriment de la collectivité (pléonasme),surtout pas.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *