Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Saint-Nabord – Marie-Andrée Percin mise à l’honneur le jour de son centenaire Elle est née Marie-Andrée Toussaint le 27 février 1915.

image_pdfimage_print

Article participatif de Denis Philippe. 

On n’a pas tous les jours… cinq fois vingt ans et ça n’arrive pas à tout un chacun. Au n° 10 de l’impasse des Herbures, c’est très entourée que Marie- Andrée Percin a franchi ce 27 février le cap de ses cent ans. « Un véritable moment de joie et de convivialité, tant il est exceptionnel » est venu lui dire Gilbert Didierjean, vice-président du Conseil Général des Vosges.

 

Une animation toute particulière régnait ce vendredi après-midi au cœur du lotissement de l’Impasse des Herbures. C’est là que réside Marie-Andrée Percin, née Toussaint le 27 février 1915. Cent ans jour pour jour, un grand moment qui a de quoi raviver une multitude de souvenirs. Des bons et des moins bons, mais avec la grande satisfaction du devoir accompli.

La vaillante centenaire demeurait particulièrement entourée hier dans le coquet appartement qu’elle occupe, non loin de celui de l’une de ses filles qui veille sur elle. Tout comme l’équipe de l’ADMR du secteur qui lui est dévouée deux fois par jour.

Famille, élus locaux et départementaux, personnels de service, étaient ainsi présents au domicile de la centenaire afin de célébrer à ses côtés l’événement.

La municipalité était représentée par Patricia Douche, 1ère adjointe, accompagnée de Patricia Meunier, adjointe aux affaires sociales et d’Agnès Remy, agent administratif. La 1ère adjointe prit la parole, soulignant ce moment privilégié : « c’est une grande fête de partager les 100 ans d’une concitoyenne » et de traduire en quelques phrases « combien cela est un bel événement de la vie ».

 

Un siècle de fidélité à ses Vosges natales

 

Françoise Gérard, présidente de l’ADMR, complimenta à son tour la nouvelle centenaire, puis il appartenait à Gilbert Didierjean, vice-président du Conseil Général des Vosges (représentant le Président Christian Poncelet), de retracer le siècle de vie de Marie-Andrée Percin.

S’appuyant tout d’abord sur des références historiques, tout en mentionnant que le  second prénom de Mme Percin est France « tout un symbole », Gilbert Didierjean explorait le grand parcours de la vie de la centenaire : « à votre naissance dans le petit village vosgien de Vroville, votre papa était prisonnier et vous ne l’avez connu qu’à l’âge de 4ans ».

« A 21 ans, vous prenez pour époux Roger Percin, originaire du village de Damas-et-Bettegney et pendant 38 années, vous cultivez la terre avec votre mari à La Chapelle-aux-Bois où trois enfants viendront agrandir le cercle familial. De 1962 et 1970, vous vous essayez à différents emplois, notamment celui de gardien de propriété, avant de prendre une retraite bien méritée à Saint-Nabord où vous avez notamment fréquenté le club des anciens de la commune».

« Pour votre plus grand bonheur, vos enfants vous donneront 9 petits-enfants, 7 arrière-petits enfants et 4 arrière-arrière petits enfants. Cependant, dans les années 1990, vous avez eu l’immense douleur de perdre votre conjoint, votre fils et deux petits-fils ».

Fleurs, chocolats et autres présents gâtaient comme il se devait la nouvelle centenaire, encore toute émue de recevoir tant de personnes chez elle. Au nom du Conseil Général, lui était également remis le tableau encadrant le diplôme du centenaire conçu par l’Imagerie d’Epinal. Le vice-président du Conseil Général avait préalablement conclu ses propos en citant Jean-Jacques Rousseau : « la jeunesse est le temps d ‘étudier la sagesse, la vieillesse est le temps de la pratiquer ».

Résolument sage, la nouvelle centenaire tenait bien droite sa coupe de champagne afin de trinquer à ses 100 ans avec l’assemblée présente. Une sympathique réception ainsi offerte par la mairie de Saint-Nabord.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *