Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Saint-Nabord – Des instants rythmés au centre socioculturel Avec un invité de marque, le danseur chorégraphe Gérard Diby qui se déplace rarement dans les villes de province.

image_pdfimage_print

Article participatif de Denis Philippe.

Sous l’égide de l’association Malka’trip et en partenariat avec A2MC, un stage de danses de l’Afrique de l’Ouest et d’afro-jazz contemporain s’est déroulé samedi après-midi au centre socioculturel. Avec un invité de marque, le danseur chorégraphe Gérard Diby qui se déplace rarement dans les villes de province. Séquence passion…

Elles étaient une vingtaine à avoir répondu à l’invitation lancée voici environ un mois afin de participer à ce stage d’initiation et de perfectionnement  aux danses de l’Afrique de l’Ouest. Une écrasante majorité de jeunes femmes pour un seul représentant de la gente masculine, le jeune homme n’avait plus qu’à bien se tenir et suivre le rythme.

Aux côtés des musiciens de l’association Malka’trip et leurs djembés, Jean-Paul N’Guessan qui enseigne la danse africaine à différents niveaux au sein de la structure A2MC, présentait le maître de stage du jour. Un invité quelque peu exceptionnel, s’agissant du danseur chorégraphe Gérard Diby, issu du Centre National de Danse de Paris (CNP).

Arrivé en France en 1999, véritable spécialiste dans l’enseignement des danses de l’Afrique de l’Ouest, de jazz et afro-jazz contemporain, Gérard Diby exerce essentiellement sur la capitale et à l’étranger. Ses déplacements dans les villes des différentes provinces de l’hexagone sont rares. C’est dire que son passage à Saint-Nabord constituait un événement.

Une véritable aubaine pour les stagiaires ainsi présents auxquels le danseur-chorégraphe expliquait qu’il s’agissait d’un stage de découverte et de réunification artistique. Manière à juger les attitudes de chacun.

L’après-midi débutait ainsi par quelques étirements et la mise en application de la pédagogie des mouvements. Puis le stage prenait peu à peu son rythme de croisière, autour de l’art de réussir ses chorégraphies en maîtrisant ses propres émotions. Un après-midi véritablement riche en enseignement et en pratique. Séquence passion pour l’ensemble des stagiaires.

ertains d’entre eux avaient encore la possibilité de participer à une soirée afro-dansante organisée sur place sur le thème « Musiques du Monde » avec démonstrations de danses et percussions africaines. Un samedi doublement rythmé et forcément enthousiasmant !

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *