Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Meilleur ouvrier de France : Jonathan Mougel a frôlé l’excellence Une aventure formidable et déjà l'envie d'y retourner pour Jonathan Mougel.

image_pdfimage_print

Par Q.G.

Jonathan Mougel est le premier vosgien à avoir accédé à la finale du concours de Meilleur Ouvrier de France dans le domaine de la pâtisserie. Une aventure palpitante qui a permis à ce professeur du lycée Chardin de se découvrir et de progresser de manière considérable dans cette activité élevée au rang d’art par les meilleurs professionnels.

Aujourd’hui âgé de 33 ans, installé au Syndicat et originaire de Remiremont, Jonathan Mougel admet sans mal que la pâtisserie l’a rapidement passionné : « Même si je ne m’en souviens pas très bien moi-même, ma mère dit d’ailleurs que c’est un métier que j’ai réclamé très tôt ». Ainsi, après son passage au collège Le tertre, c’est en 1997 qu’il prendra la direction du lycée hôtelier de la Perle des Vosges afin d’y poursuivre sa scolarité et mettre les mains à la pâte.

Le jeune homme y passera un BEP/CAP de pâtissier-confiseur, diplôme qu’il obtiendra en 1999 après 2 années d’études où il a côtoyé de nombreux professeurs qu’il a eu le plaisir de retrouver il y a deux ans lorsqu’il est à son tour devenu enseignant. On citera, pêle-mêle, M. Blanchard, professeur de sport, Mme Ragué, professeur de sciences, M. Noël, professeur de mathématique, ou encore Denis Pariss, professeur de pâtisserie, sans oublier Serge Pierrel que Jonathan Mougel retrouvera quelques années plus tard.

Après avoir passé un CAP de traiteur en alternance en 1999-2000, Jonathan Mougel décide donc de passer un brevet de technicien des métiers (BTM) en pâtisserie et suit donc une formation chez Serge Pierrel à Gérardmer. En 2003, il poursuivra son cursus par un brevet de maîtrise à la Chambre des métiers de Meurthe et Moselle. « C’est à cette période que j’ai rencontré le patron de Patisfrance Puratos qui m’a par la suite embauché en tant que démonstrateur, profession que j’exerce depuis 11 ans. C’est vraiment un super métier qui me permet de beaucoup voyager. J’ai fait des démonstrations un peu partout dans le monde. Il n’y a guère qu’en Asie que je ne suis pas encore allé », précise-t-il.

Mais c’est sans doute sa rencontre avec Stéphane Leroux, MOF pâtissier en 2004, qui va être déterminante dans sa démarche : « Même si j’ai assez rapidement commencé à rêver du concours de Meilleur Ouvrier, c’est Stéphane, avec qui je travaillais, qui m’a permis de franchir le pas. Il m’a motivé et surtout il est devenu « mon parrain », ce qui est indispensable pour l’épreuve. J’ai donc commencé à me mettre dans ce projet en janvier 2013 et me suis inscrit au concours peu de temps après ».

Il a bien sûr fallu s’entraîner très durement pour Jonathan qui a mis toutes les chances de son côté en n’exerçant plus son métier de démonstrateur qu’à mi-temps et en devenant professeur au lycée Jean-Baptiste Siméon Chardin à la rentrée 2013 : « Je pouvais ainsi plus facilement m’entraîner pour l’épreuve de sélection, que ce soit au lycée entre ou après les cours, ou encore directement chez Mickaël Tassin, professeur de boulangerie ici au lycée et qui m’a également prêté ses locaux à Vagney où il tient une boulangerie-pâtisserie. Ce soutien a vraiment été précieux pour moi ».

Fin septembre 2014, c’est à Illkirch que Jonathan Mougel s’est rendu pour la sélection au concours dont le sujet était « Tradition Française d’hier, aujourd’hui et demain » : « J’avais choisi de travailler sur le Tour de France. Les idées ont assez vite germé. Nous devions réaliser 7 dégustations et 2 pièces en sucre (voir en bas de page quelques images des créations de Jonathan)… Il y avait 15 h 30 de préparation, c’est du sport ! Pour les résultats, on les a eu par courrier, quelques semaines après, l’attente a été longue mais c’est passé pour moi. Il y avait tout de même 45 candidats ».

Direction Paris pour la finale donc, avec 10 autres candidats venus de la France entière : « On a eu le sujet mi novembre 2014 et la finale avait lieu du 1er au 4 mars 2015 au SEPROC. Cette fois, nous devions réaliser 9 dégustations, 1 pièce en sucre et 1 chocolat, plus un bijoux en sucre que l’on ramenait le jour du concours, le tout sur le thème de la Saint Valentin, tradition et évolution », et nous ajouterons que les candidats avaient 30 heures pour sortir le fruit de leur travail et le présenter au jury ! Un véritable marathon de la pâtisserie en somme.

Seuls 3 candidats ont ainsi été retenus et le Vosgien est passé tout près de la « victoire » : « c’est un peu dur, surtout quand on pense aux heures d’entraînement, de préparation etc… Les derniers mois, avant les épreuves, j’étais un peu déconnecté du monde, dans ma bulle, c’était spécial. Mais le jour de la finale, je me suis tellement éclaté ! C’est une expérience formidable. On se découvre mentalement et physiquement et on fait un véritable bond dans son métier et dans sa passion en participant à un tel concours. Alors même si je ne suis pas amer, l’idée de retenter ma chance dans 4 ans me trotte déjà dans la tête ! », annonce Jonathan Mougel… Il y aura donc vraisemblablement un deuxième épisode avec, si possible, une conclusion encore plus heureuse !

En attendant, le talentueux pâtissier et professeur du lycée Chardin a tenu à remercier celles et ceux qui l’ont, de quelque manière que ce soit, soutenu et/ou aidé dans son aventure, à commencer par sa compagne :

« Un très grand merci à toute les personnes m’ayant aidé et soutenu durant ce concours Sabine, ma famille, Stéphane et Catherine Leroux, Mickael et Murielle Tassin de la Boulangerie de la Place à Vagney et toute son équipe : Gérard, Anaël, Romain, Olivier, Théo, Kilian Alexis Laroche, Nicolas Bouchon, Pierrick Jerome, Pascal Villaume, Mélanie Colin et Franck Cunat , Jean et Marie-France Haxaire ; Le Lycée JBS Chardin : Philippe Cellerosi, Catherine Baguet, Jean Lefebvre, Jérôme Berrier, Sebastien Louis et Virginie, Pascal Weingertner, Serge Pierrel, Jean Claude ainsi que le soutien de toute l’équipe pédagogique et les élèves de l’établissement. Denis Perrin et Julien Mougel chez SR2M à Rupt-sur-Moselle, Alexandre Jacquin de La Boutique d’Alex, Céline Hingray et Xavier Grimmon de FIH88  Formation, Stéphanie Didon du Casino de Plombières-les-Bains, Hervé De Buyer, Eric Pierré et toute l’équipe de la société De Buyer, Guy Bertrand du garage Renault à Remiremont, Philippe Blandin de Décors et Création, Les Ateliers François au Syndicat, les Ateliers Cini à Tomblaine : Jérôme, Gilles, Eric et Benoit ; Christophe et Angèle de la Table d’Angèle à La Bresse et son équipe, Sébastien Chevallier MOF Boulanger ; Julien et Manuela de l’Hôtel de la Jamagne à Gérardmer, Christian Antoine, Philippe Toussaint du Relais de Vincey, Maryse Aubert, Traiteur Gravier ; Laetitia Ferraro de Metro, Youness Essabane, Cédric et Cécile, Jérôme Dieudonné, Thierry Becherand, Florine Humbertclaude et son papa, Leslie Masson, Kevin Colle. Un remerciement tout particulier à Patis France-Puratos qui m’a permis de réaliser ce projet : Olivier Freliger, Enric Valls, Valérie Soeiro, Mickael Godeau, Fred Morel et toute l’équipe commerciale et usine du site de France est. Merci à tous ».

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *