Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Un partenariat solidaire et exemplaire en faveur du centre hospitalier ! Le centre hospitalier de Remiremont et plus précisément son performant service de pédiatrie ont reçu une belle dotation financière de la part des clubs associatifs de Remiremont.

image_pdfimage_print

L’événement mérite d’être relaté tant son utilité est forcément importante mais il faut aussi souligner la bonne entente entre des clubs associatifs d’une même ville afin de réaliser ensemble un projet tel que le NISCAP. Le centre hospitalier de Remiremont et plus précisément son performant service de pédiatrie ont reçu une belle dotation financière de la part des clubs associatifs de Remiremont.

Depuis 4 ans déjà, une soirée ‘’Interclubs associatifs’’ est mise en place chaque année afin de ‘’monter une action’’ importante et capable de répondre à une demande importante.

Cette année, le Club 41 en était l’organisateur. Gérard Caput, son président aidé par Jean-Paul et Catherine Bagard, avaient parfaitement préparé cette manifestation. Leurs hôtes étant la Table Ronde représentée par Hervé Rossel et Pascal Villemin ; le Lion’s Club de Remiremont-Plombières-les-Bains avec son président Bernard Mire ; le Kiwanis avec Ludovic Vincent ; le Rotary Club avec son président et une très grosse partie de ses Membres.

Cette superbe soirée avait pour cadre le Domaine Saint-Romary à Saint-Etienne-lès-Remiremont. Il est vrai que l’endroit est propice à ce genre de réception : un cadre extraordinaire, une table excellente, de la place autant à l’extérieur que dedans, bref l’idéal.

Hélène Marion, directrice adjointe du centre hospitalier de Remiremont ; le Docteur Valérie Danet, pédiatre ; Marie Ferreux, cadre de santé étaient les porte-parole du service pédiatrie romarimontain et elles avaient pour tâche principale d’expliquer le pourquoi de leur demande.

Etat des lieux : le service de néonatalogie avait besoin d’équipements supplémentaires. En effet, des besoins non totalement satisfaits compte-tenu des contraintes budgétaires imposées aux établissements publics de santé. Ces constatations financières ‘’récurrentes’’ limitent forcément et en premier lieu les investissements de confort certes mais pourtant nécessaires. La qualité et le maintien de prise en charge étant toujours les principaux objectifs.

Les besoins : la bienveillance des soignants du service de néonatalogie, à l’égard des enfants nés prématurément et de leurs parents, a fait naître le désir d’adopter le concept NIDCAP dans le service.

NIDCAP : Abréviations de Neonatal Individualized Developpement Care and Assessment Programm, en moins compliqué : Programme Néonatal Individualisé d’Evaluation et de Soins de Développement.

L’objectif étant de permettre à l’enfant de se développer harmonieusement, en positivant ses différentes capacités : visuelles, auditives, olfactives, gustatives, sensorimotrices, relationnelles…

En pratique, les soignants observent le prématuré afin de connaître ses compétences. Ensuite, il s’agira d’adapter les soins aux capacités et rythme de l’enfant tout en faisant participer les parents. Les soins sont donc bien individualisés. L’environnement humain et matériel de la néonatalogie sera donc aidant et participatif au développement neurocomportemental harmonieux du prématuré.

1/ Modification de l’environnement au sein du service de néonatalogie. Le but est d’instaurer un environnement calme, reposant et exempt de toute sur-stimulation en agissant sur le niveau sonore dans le service, la luminosité (housse sur incubateur, volets fermés et variateurs de lumière). Favoriser l’intimité de l’enfant et de ses parents, en personnalisant l’espace dédié à l’enfant et sa famille : occultation des box, paravents pour l’espace ‘’réanimation’’.

2/ Mises en place de stratégies comportementales. Ces stratégies ont pour but de favoriser le bien-être de l’enfant en lui permettant d’être positionner en flexion dans l’incubateur (position physiologique), en s’aidant de la succion non nutritive mais aussi de l’enveloppement et en respectant son rythme physiologique en terme de sommeil-veille-animation. Cocon permettant le positionnement en flexion du nouveau-né. Bain en enveloppement.

Financer des coussins de positionnement et d’allaitement pour des enfants prématurés.

3/ Les parents ne doivent plus être des spectateurs… Ils se doivent d’être des co-acteurs !

Cette notion est devenue une réalité. Soutenir la parentalité au sein du service de néonatalogie est devenue une priorité. Les parents sont intégrés dans les soins à leur enfant. L’équipe soignante les considèrent désormais comme des partenaires de soins et non plus comme des spectateurs. Massage, peau à peau, allaitement et portage favorisent le bon développement du nouveau-né.

La contribution financière des différents clubs ‘’amis’’ du service de pédiatrie a permis l’achat de coussins de positionnement et d’allaitement, soit une dépense de 2.400,00€.

Désormais, Il est possible de faire de l’allaitement, un beau moment, particulièrement complice entre la maman et son bébé, un instant plein de paix et de confort. Cela procurera moins de fatigue et plus de sourires à la mère comme à l’enfant, qui pourront également se regarder les yeux dans les yeux très facilement, pour un instant de tendresse pendant l’allaitement.

Cette stratégie permet de renforcer les relations entre parents nouveau-nés et soignants.

En conclusion, Philippe Perriot, président du Rotary Club de Remiremont s’est dit très satisfait de voir se mutualiser autant de moyens : « C’est une action concrète comme les affectionnent nos différents membres car en Vosgiens que nous sommes, nous aimons savoir comment sont utilisés les dons que nous faisons ! Et dans ce cas, tout est parfait ». Mission accomplie.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *