Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Saint-Nabord – Le budget primitif de la commune rejeté par le conseil municipal Un vote sanction en direction du premier magistrat, Daniel Sacquard.

image_pdfimage_print

Article participatif de Denis Philippe.

A quelques minutes de minuit ce jeudi soir, le budget principal de la commune était soumis au vote du conseil municipal. Un vote qui a provoqué son effet de surprise puisqu’une majorité d’élus s’est opposée à valider le document présenté par le maire.  Le budget a été ainsi recalé par 11 voix contre, 3 abstentions et 3 votes blancs pour seulement 10 voix pour. Un vote sanction en direction du premier magistrat, Daniel Sacquard. 

C’est presque au terme d’une longue séance comprenant 38 points à l’ordre du jour que le conseil municipal était invité, ce jeudi soir, à délibérer sur le vote du budget primitif de la commune. Une séance qui avait d’ailleurs laissé planer un peu plus tôt quelques prémices traduisant des points de désaccord sur la manière dont le maire gère la commune.

En effet, Frédérique Fehrenbacher, adjointe aux finances, après avoir traduit une synthèse du compte administratif 2014, document reflétant l’ensemble des dépenses et recettes réelles du dernier exercice clos, a alors déclaré : « j’arrêterai là mes explications car je ne peux plus apporter mon soutien à la façon dont le maire gère la commune ».

Il est vrai que depuis un certain temps, des tensions étaient perceptibles au sein de la municipalité. Tout a vraiment commencé avec la démission de Stéphane Demurger de son poste d’adjoint aux travaux. L’élu avait alors précisé qu’il regrettait  « le peu de conviction du maire à être présent en mairie et à communiquer».

Visiblement les choses se sont compliquées depuis. D’autres conseillers, élus sur la liste de Daniel Sacquard il y a un an, en sont venus à faire la même analyse vis-à-vis de son manque d’enthousiasme .

La sanction est donc arrivée ce jeudi soir au moment du vote du budget principal : 11 voix contre, 3 abstentions, 3 votes blancs pour seulement 10 voix approuvant le document présenté. Le budget étant recalé, cela veut dire pas de possibilité d’engager de nouvelles dépenses ni de passer de nouveaux marchés dans l’immédiat.

Que va t-il se passer désormais ? A la sortie du conseil, plusieurs élus confirmaient sans langue de bois ne plus vouloir cautionner la méthode de travail du maire. «Il n’a pas réagi, il n’a pas compris qu’il doit démissionner ». La sentence est tombée. La commune se retrouve ainsi dans une situation somme toute rare.

Sans majorité, le maire peut effectivement choisir de laisser sa place afin que le conseil municipal en désigne un nouveau afin de recréer une majorité pour diriger la commune. Les prochains jours permettront sans doute d’en savoir plus.

A noter par ailleurs, que les élus n’ont pas approuvé la nouvelle proposition relative à l’organisation du temps et des activités scolaires à mettre en place à la rentrée de septembre. Par conséquent, il appartiendra à la Direction Académique des Services de l’Education Nationale (DASEN) de prendre position sur le sujet.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *