Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Climat – Avril chaud et sec en France Avril 2015 a été chaud et largement anticyclonique.

image_pdfimage_print

Conformément aux tendances saisonnières de MeteoNews, avril 2015 a été chaud et largement anticyclonique. Une certaine sécheresse s’est même installée avant l’arrivée de pluies abondantes en toute fin de mois, selon Frédéric Decker.

Phénomène récurrent depuis le début des années 2000, la chaleur s’est une fois de plus imposée en avril. Malgré quelques nuits fraîches, mais finalement peu de gelées, les températures ont largement dépassées leurs normales, avec un coup de chaud remarquable à exceptionnelle en milieu de mois, comme en 2007 et 1949. Brest a ainsi égalé son record de 1893 avec un maximum de 28,2 degrés le 14 ! Au Cap Ferret, le thermomètre a culminé à 31,6 degrés ce même jour, un record !

La température moyenne nationale s’élève à 12,2 degrés, un peu moins que l’an dernier (12,6 degrés). L’excédent est de 1,4 degrés par rapport à la moyenne 1981-2010 (10,8 degrés).

Entre 1946 et 2006, le seuil des 12 degrés de moyenne n’avait été atteint ou dépassé que deux fois : en 1949 et 1961. Depuis 2006, cette anomalie s’est déjà répétée quatre fois : en 2007, 2011, 2014 et 2015. Plus étonnant : la moyenne des mois d’avril depuis 2000 s’élève à 11,6 degrés, ce qui équivaut à un chaud mois d’avril d’avant 2000 ! Cinq mois d’avril avaient atteint ou dépassé 11,6 degrés avant 2000… c’est devenu une moyenne. La récurrence d’anomalies positives de ce type et la hausse très nette de la température moyenne s’inscrivent parfaitement dans le contexte de réchauffement climatique.

Assez peu d’eau… quoique…

Les conditions ont encore été largement anticycloniques en avril, comme en mars. Avec 1021,0 hPa en moyenne à Paris, il faut remonter à avril 1997 pour trouver une valeur de pression atmosphérique moyenne mensuelle aussi élevée (1021,1 hPa).

La France a reçu 52 mm de précipitations en moyenne dans le mois pour une normale de 63 mm, soit un déficit de 17%.

C’est à Valognes, près de Cherbourg, qu’il a le moins plu : 6 mm seulement dans le mois. A l’opposé, on retrouve un cumul de 224 mm au Mont Aigoual (1.568 m d’altitude) et 158 mm en plaine à Nîmes. Globalement très sec, ce mois d’avril a connu un bon rattrapage pluviométrique les derniers jours du mois, avec même des records de fortes précipitations sur 24 heures le 30 des Pays de la Loire au Bassin Parisien.

Soleil généreux

Bien sûr, au printemps, qui dit anticyclone dit soleil. L’astre du jour a été très présent sur la plupart des régions. Il a brillé 223 heures en moyenne sur l’hexagone, au lieu de 182 heures en temps normal, soit 23% d’excédent. C’est sur le tiers nord que cet excédent est le plus remarquable, en particulier sur les Ardennes et l’Ile-de-France (jusqu’à 50%). Les records de 1997 et 2007 n’ont toutefois pas été inquiétés.

Un mois d’avril « hors-norme » qui s’inscrit toutefois dans une certaine nouvelle norme, imposée par un réchauffement indiscutable sur le plan national, réchauffement qui s’est nettement accéléré et confirmé depuis 1988. Les périodes froides ou fraîches se sont encore plus raréfiées depuis l’an 2000. Les projections pour les mois à venir indiquent encore des mois doux voire chauds qui vont dans ce sens (60% de fiabilité).

Frédéric Decker, MeteoNews SA, lundi 4 mai 2015, 11 heures 00.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *