Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Saint-Dié-des-Vosges – Le blocage de l’entreprise Solotra Hermann s’est poursuivi ce mercredi.

image_pdfimage_print

Depuis lundi, un mouvement de grève à l’appel de la CGT a été décrété à l’entreprise Solotra Hermann. Il s’accompagne depuis hier matin d’un blocage, qui a été reconduit aujourd’hui. L’origine du contentieux entre les syndiqués et la direction ? La convocation de Thierry Truttmann, salarié de l’entreprise et responsable syndical CGT, a un entretien préalable à sanction pouvant aller jusqu’au licenciement, suite à la supposée diffusion d’un tract se montrant diffamatoire envers ladite direction (voir notre précédent article à ce propos ici). La situation a cependant rapidement évolué, puisque pour mettre fin à cette situation, les syndiqués veulent désormais établir une plate-forme de revendications. Des revendications qui réclament de meilleures conditions de travail, une équité des salaires ainsi que la pérennité du site déodatien, dont le nombre d’employés est passé de 330 en 2007 à 106 aujourd’hui. « La direction nous a reçu à 2 reprises hier. Ces entrevues se sont déroulées en présence d’un médiateur, car nous n’avons pas confiance en la direction. Il y a des promesses mais rien de concret » a affirmé Thierry Truttmann, présent ce mercredi devant les grilles – fermées – de l’entreprise. A ses côtés, de nombreux autres syndiqués participaient à ce blocage, fermement décidés à obtenir des propositions concrètes de la part des dirigeants de Solotra Hermann, auquel cas le mouvement de contestation serait amené à se poursuivre dans les jours à venir. Quant au fameux tract à la source du conflit, Thierry Truttmann, qui n’a pas nié son existence, a cependant nié en être à l’origine et l’avoir diffusé. Rappelant par la même occasion qu’il n’acceptera « aucune sanction », il a néanmoins insisté sur le fait que ni la sortie de la grève ni la fin du blocage ne dépendraient désormais de son cas personnel, mais de l’assurance de l’aboutissement des revendications énoncées précédemment.

Frédéric Pizel, directeur de filiale en charge de l’établissement de Saint-Dié-des-Vosges de la S.A.S. Solotra Hermann, nous a transmis le communiqué suivant :

« Notre Société a été contrainte de convoquer un de ses collaborateurs à un entretien préalable en vue d’une éventuelle sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement.

Cet entretien préalable s’est tenu le 16 juin 2015 au matin.

Bon nombre de salariés ont pris la décision de cesser le travail au motif de cet entretien en bloquant l’intégralité de la marchandise confiée par nos clients et en empêchant la sortie des véhicules du site, mettant ainsi en danger la pérennité de nos relations commerciales.

Se sont associés à cette manifestation de soutien de multiples tiers à l’entreprise.

Le mouvement repose désormais sur d’autres ​considérations. Des revendications ont été formulées dans l’après-midi du 16 juin portant notamment sur une revalorisation des salaires, l’attribution d’un 13ème mois et le maintien des emplois.

Depuis, nous avons provoqué une réunion avec l’ensemble des membres du Comité d’entreprise puis adressé par écrit une réponse.

Les interrogations posées et les revendications formulées doivent être traitées dans le respect des dispositions législatives et donc dans le cadre de futures NAO et réunions des instances représentatives du personnel.

Cette situation de blocage met en péril les efforts menés par  tous les salariés de l’entreprise qui a dû renouveler son portefeuille client pour face à la crise de l’Industrie Automobile dont elle dépendait. Ces efforts ont permis de connaître, depuis cette année, une croissance de certaines activités (navettes « automobile », logistique au sein de notre dépôt..).

Ces activités sont viables et garantissent l’avenir de SOLOTRA HERMANN à condition toutefois nos clients nous maintiennent leur confiance.

C’est pourquoi, nous avons officiellement invités l’ensemble des salariés participant à ce blocage à reprendre le travail.

A cette heure, les marchandises et les véhicules restent bloqués. »

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *