Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Basse-sur-le-Rupt – Le Préfet des Vosges se préoccupe du manque d’eau Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts est venu se rendre compte de la problématique sur le terrain.

image_pdfimage_print
11791699_906971276008159_1186637699_n

Jérôme Mathieu, conseiller départemental du canton de La Bresse, Nadine Perrin, maire de Basse-sur-le-Rupt et Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, Préfet des Vosges.

 

Ecrit par David Jeangeorges.

Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, Préfet des Vosges, est venu se rendre compte sur le terrain de la problématique posée par le manque d’eau dû à la sécheresse. Ces dernières semaines, une petite dizaine de communes vosgiennes ont souffert des difficultés d’approvisionnement en eau potable. Nadine Perrin, maire de Basse-sur-le-Rupt, a souligné la solidarité des communes voisines de Gérardmer et de La Bresse.

“Nous avons affaire à un mois de juillet très sec. Il nous manque un à deux mois de pluie. C’est la quatrième année la plus sèche depuis 1949, elle est plus sèche qu’en 2003. Les dernières pluies n’ont pas eu d’effet ” constate le Préfet des Vosges aux côtés de Nadine Perrin, maire de Basse-sur-le-Rupt, de Jérôme Mathieu, conseiller départemental du canton de La Bresse, et de la représentante de l’Agence Régionale de Santé (ARS). “On a une évolution vers de nouvelles périodes de chaleur jusque mardi 4 août. Les prévisions à plus long terme vont vers des mois de septembre et octobre plus chauds que d’habitude. Il est à craindre un manque d’eau fin août et début septembre”.

Dans les Vosges, la situation apparaît critique sur le secteur de la Moselle : “On est en vigilance renforcée sur le secteur de la Moselle. On constate une tendance à la baisse des nappes phréatiques. Face à la pénurie d’eau, des solutions ont été trouvées par les élus locaux comme ici à Basse-sur-le-Rupt” .

Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts a signé ce jeudi 30 juillet 2015, à titre exceptionnel, un arrêté préfectoral autorisant temporairement et à titre exceptionnel l’utilisation d’une source privée “ce qui permet d’effectuer le raccordement et l’usage de l’eau sauf pour la boisson et la préparation des aliments”. Cette autorisation est valable jusqu’au 15 octobre 2015.

Ce raccordement à une source privée s’accompagne d’analyses bactériologiques complètes dont les résultats seront connus dès le début de la semaine prochaine. Des analyses réalisées dans la durée sur une période de dix jours. Lorsque les résultats de l’analyse complète seront connus de l’ARS et s’ils sont conformes à la réglementation, la levée des restrictions de consommation pourra alors être envisagée.

Conscient d’une double contrainte “avec la chaleur et la présence des estivants” qui fait bondir la consommation quotidienne dans la commune de 120 à 200 mètres cubes d’eau, le Préfet des Vosges reste très vigilant par rapport à la situation : “j’ai repris un nouvel arrêté qui limite l’usage de l’eau. Il est plus restrictif que le premier. Les maires ont un rôle à jouer par rapport aux arrêtés. Il ne s’agit pas de verbaliser la mamy qui arrose ses géraniums à 19 heures 30 au lieu de 20 heures 00 mais celui qui, par exemple, arrose sa pelouse à 15 heures 00”.

Tout le monde s’est également rendu sur la zone de captage actuelle de l’eau potable. Nadine Perrin rappelle la gravité de la situation : “des personnes se sont retrouvées quand même sans eau pendant deux jours. Nous avons fait venir des camions-citerne. Nous avons pu compter sur une grande solidarité avec les communes notamment de La Bresse et de Gérardmer”.

Depuis lundi 27 juillet 2015, Basse-sur-le-Rupt tourne de nouveau sans l’apport d’eau supplémentaire. “Il est très important de pouvoir avoir recours à cette course privée” souligne Nadine Perrin en attendant la nécessaire réhabilitation du réseau d’eau. “Une étude sera faite pour un diagnostic précis de nos réseaux”. En attendant, Basse-sur-le-Rupt croise les doigts dans l’espoir que le ciel du mois d’août lui accorde quelques bonnes pluies.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *