Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

La Bresse – 25e montée impossible à moto : Julien Perrin pour cinq centièmes de mieux ! Julien Perrin s’est imposé à domicile en devançant de seulement cinq centièmes Vincent Mougenot.

image_pdfimage_print

Ecrit par David Jeangeorges.

Six hommes ont dompté la pente de 176 mètres ce dimanche à La Bresse, lors de la 25e montée impossible. Julien Perrin s’est imposé à domicile en devançant de seulement cinq centièmes Vincent Mougenot.

Pour le 25e anniversaire de la montée impossible de La Bresse, les spécialistes locaux n’ont pas fait dans le détail ce dimanche. Ils ont tout simplement annexé le podium. Un bail que les Bressauds n’avaient réussi un tel leadership à domicile.

Ils annonçaient la couleur dès la première des quatre manches de la journée. Deux d’entre eux réussissaient à dompter la pente abrupte de 176 mètres du col de Grosse-Pierre. Ils étaient même les seuls à récidiver dans la deuxième manche. A ce jeu, Stéphane Pierrel, l’homme aux huit titres de champion de France, devançait Vincent Mougenot.

Avec un dénivelé de 60 degrés dans les 20 derniers mètres, la piste réclamait une grosse cylindrée et une technique hors paire. Au total, elle frisait tout de même les 140 % de déclivité positive.

Mais les Bressauds n’étaient pas au bout de leurs ressources. Dans les troisième et quatrième manches, Julien Perrin allait mettre tout le monde d’accord. Il se hissait non seulement au sommet mais il devançait également de cinq centièmes Vincent Mougenot.

« C’est une que j’attends depuis 2009 lorsque j’ai commencé en montée impossible. Chaque année, mon ambition était de gagner mais chaque fois, je restais sur un goût amer. Cette année, j’y suis enfin arrivé » a confié le vainqueur.

Et pour cause, asséchée par les chaleurs et labourée par la succession d’assauts, la piste a livré un terrain de plus en plus meuble. Ce qui limitait d’autant les chances de réussite des uns et des autres.

Au fil de la journée, trois autres pilotes ont tout de même vaincu l’Olympe. Finalement, le Suisse Richi Hermann enlevait la quatrième place en 19 secondes 34 devant le Bressaud Fabien Parmentier 5e en 19 secondes 43 et Sylvain Géhin 6e en 24 secondes 58.

Pour la deuxième année d’affilée, les leaders suisses sont privés d’un podium à La Bresse alors que les frères André et Marcel Oechslin se le partageaient depuis 2011. Ce qui semble confirmer l’émergence d’une nouvelle vague de talents dans les Vosges.

Pas moins de 73 pilotes sont venus se disputer la première montée impossible de la saison en France dont sept féminines. Là aussi, les milliers de spectateurs ont eu droit à un duel d’enfer. Le dernier mot revenait à Camille Dambax (ADCM) 13e du scratch devant la Bressaude Laura Pascolini 14e. Pour quelques centimètres : 169,93 mètres pour l’une, 169,51 mètres pour l’autre

Afin de booster les pilotes, la journée était rythmée par des manches à élimination progressive. Si les 73 concurrents disputaient les deux premières manches, la troisième était réservée aux 30 meilleurs et quatrième aux 20 meilleurs. Pour un spectacle sans temps mort.

Le classement : 1. Julien Pierrel (La Bresaude), les 176,420 m en 16’’10 ; 2. Vincent Mougenot (La Bressaude) les 176,420 m en 16’’15 ; 3. Stéphane Pierrel (La Bressaude) les 176,420 m en 16’’79 ; 4. Richi Herrmann (Suisse) les 176,420 m en 19’’34 ; 5. Fabien Parmentier (La Bressaude) les 176,420 m en 19’’43 ; 6. Sylvain Géhin (journée) les 176,420 m en 24’’58 ; 7. Marcel Oeschling (Suisse) 171,180 m ; 8. Stefan Schmucki (Suisse) les 171,170 m ; 9. Mathieu Pouillard (La Bressaude) 170,720 m ; 10. André Oeschlin (Suisse) 170,150 m…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *