Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Le Chœur des Abbesses a ravi un large auditoire ce vendredi soir Dans le cadre de la troisième nocturne d’été, le Chœur des Abbesses se produisait pour la première fois en plein air ce vendredi soir.

image_pdfimage_print

24 plan large

Article participatif de Denis Philippe.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.

La jeune chorale en est déjà à sa sixième année d’existence. Créée en 2009 par Hélène Lejal qui en est le chef de chœur, la formation réunit 70 choristes issus de 26 communes différentes. Dans le cadre de la troisième nocturne d’été, le Chœur des Abbesses se produisait pour la première fois en plein air ce vendredi soir, accompagné par un jeune pianiste, Romaric Arnould. Tout un ensemble qui a su emmener un large auditoire dans un voyage musical hors du temps présent et de nos frontières. Avec prestance, dynamisme et générosité.

Un répertoire puisé dans des œuvres et compositions originales, rien ne pouvait être plus plaisant en matière de dépaysement. Et le public ne s’y est pas trompé, assis ou debout sur le parvis de l’Hôtel de Ville, lieu de la prestation.

Tenue impeccable pour tous les choristes, petite robe ajustée pour Hélène, la chef de chœur, tout était parfait. Et naturellement, de la tenue, il y en avait dans toutes les voix. Car le répertoire se voulait varié, composé d’œuvres à la fois classiques et originales, de musique sacrée et de musiques du monde.

Une grande balade musicale traversant les époques et une multitude de pays : Canada, Italie, Autriche, Portugal, Angleterre ou encore l’Uruguay. Un véritable ravissement à chaque étape.

Le chœur a su subjuguer son public. Et lorsque qu’il a entonné « le festin du jeudi » écrit en 1608 par Andriano Banchieri, ce fut un véritable enchantement. En effet, l’œuvre est connue pour l’intervention d’animaux improvisant un contrepoint bestial sur le chant. Et ce vendredi soir, l’intégralité de la composition fut respectée à la lettre. L’on a bien entendu un chien, un chat, un coucou et une chouette. L’ovation fut suprême !

Abordant la musique sacrée, les choristes ont par ailleurs rendu un vibrant hommage à Wolgang Amadeus Mozart, qui au cours de l’été 1768, avait composé deux opéras. Il n’avait alors que 12 ans.

Voilà sans doute une nocturne d’été qui restera ancrée dans les esprits. Un sacré talent, y compris en extérieur, le chœur des Abbesses !

Prochaine nocturne d’été, vendredi 24 juillet à la Fontaine des Capucins avec la présence d’un groupe nancéen de six musiciens, « Les Prétoriens ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *