Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Le contrat de ville est signé Par le maire Bernard Godfroy, du président du Conseil Départemental François Vannson, et du préfet des Vosges Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts.

image_pdfimage_print

IMG_8257

Une nouvelle génération de contrats de ville succède aux précédents Contrats Urbains de Cohésion Sociale (CUCS) et au Programme de Rénovation Urbaine (PRU) pour une durée de 6 ans (2015-2020). La signature du contrat de ville avait lieu le lundi 6 juillet 2015, conformément aux délais nationaux de signatures, il était un des premiers contrats signé en Lorraine, et le premier contrat de ville du département ayant constitué un Conseil Citoyen déjà très actif. Cette signature s’est déroulée en présence du maire Bernard Godfroy, du président du Conseil Départemental François Vannson, et du préfet des Vosges Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts.

 

Un contrat de Ville : pourquoi ?

La géographie prioritaire a été resserrée sur les quartiers concentrant les populations à plus bas revenus (revenu médian inférieur à 11 300€ par an) : c’est le cas du quartier de Rhumont.

Au niveau national, nous sommes passés de 2.492 à 1.300 quartiers, avec pour objectifs de rationaliser et de recentrer les moyens au bénéfice des quartiers les plus en difficultés. 

Malgré les efforts réalisés au cours de ces dernières années  au niveau de la cohésion sociale notamment sur le volet éducatif, force est de constater que le quartier souffre encore d’une image négative et de retards de développement.

L’ambition collective, portée par la ville de Remiremont, est d’enrayer cette situation.

Sur ce quartier prioritaire, les partenaires mobiliseront leurs moyens techniques, humains et financiers de droit commun auxquels viendront s’ajouter des moyens spécifiques du Contrat.

 

Un contrat de Ville pour qui ?

Les habitants de ces quartiers vivent de plus en plus difficilement. Confrontés à des difficultés sociales (chômage, monoparentalité, accès aux soins, stigmatisation)… Ils subissent des problèmes récurrents tels que nuisances sonores, conflits de voisinage, petite délinquance… Ils aspirent à un retour à la tranquillité à laquelle chaque habitant a légitimement droit.

Ce constat n’est pas réjouissant. Pour autant, il est du devoir des élus, aux côtés de l’État et de l’ensemble des partenaires, de le prendre en compte sans le minimiser, afin d’apporter aux habitants de ces quartiers souvent appelés « en difficultés » de meilleures conditions de vie.

 

Un contrat de ville avec qui ?

Les partenaires :

Un contrat unique permet de concrétiser cette coopération forte, entièrement dédiée aux quartiers prioritaires et de formaliser les engagements pris par la Ville de Remiremont, l’État, la Région Lorraine, le Département des Vosges, le Procureur de la République et les autres signataires ; bailleurs sociaux, Caisse des Dépôts, Caisse d’Allocations Familiales des Vosges, Agence Régionale de Santé, Chambres Consulaires, FACE Vosges..…(liste des signataires jointe au dossier de presse).

Les habitants :

Les habitants auront désormais une place particulière tant dans la construction des actions en faveur des quartiers, que dans leur suivi et leur évaluation. Il semble aujourd’hui incohérent de penser, de mettre en place des politiques pour des habitants sans que ceux-ci y soient associés. Les citoyens doivent être en capacité d’agir et non de subir.

Leur implication se traduit déjà par la création d’un Conseil Citoyen en février 2015, composés d’habitants, mais aussi de représentants d’associations ou de personnes travaillant dans le quartier .

Leur implication permettra de favoriser l’émergence d’initiatives citoyennes et d’actions collectives.

 

Un contrat de ville comment ?

Les trois piliers de la loi : Cohésion sociale / Cadre de vie et renouvellement urbain / Développement économique et emploi, réunis en un seul contrat :

Jusqu’à présent les politiques sociales et urbaines avaient été dissociées. D’une part, des actions en faveur de la cohésion sociale à travers le CUCS (contrat urbain de cohésion sociale) étaient mises en œuvre dans les quartiers. D’autre part, les PRU (programmes de rénovation urbaine) conduisaient à des transformations conséquentes des quartiers. Le lien entre ces deux politiques n’était pas toujours suffisamment pris en compte, parfois au détriment des habitants.

Aujourd’hui, le contrat de ville intègre ces deux enjeux majeurs dans un dispositif unique autour d’un projet de territoire partagé auquel s’ajoute le développement économique et de l’emploi.

 

Pour la ville de Remiremont, ces trois piliers ont guidé les orientations stratégiques du contrat de ville :

Sur la base du diagnostic partagé réalisé en fin d’année 2014, d’une enquête auprès des habitants, et de la connaissance du quartier concerné, les partenaires ont choisi de structurer leurs actions autour de grands axes stratégiques étayés par des objectifs opérationnels, annexés sous forme de fiches.

Ces objectifs sont ambitieux !

Dans le domaine économique, la redynamisation du site ainsi que la réduction des écarts de taux d’emploi entre le quartier et la ville, notamment au bénéfice des jeunes / femmes, constituent les priorités d’action.

Les activités de proximité seront encouragées. Les nouveaux porteurs de projet seront accompagnés pour favoriser l’implantation d’activités dans le quartier.

L’ensemble des actions développées viseront particulièrement l’accompagnement renforcé du public ainsi que le développement de l’offre d’insertion par l’activité économique.

Les actions en direction de l’amélioration de l’habitat et de la qualité de vie des habitants se traduiront notamment par :

  • l’application d’une politique partenariale de peuplement,
  • l’adaptation de logements pour les personnes en perte d’autonomie,
  • la lutte contre la précarité énergétique,
  • la mise en œuvre d’un dispositif de gestion urbaine de proximité. Un vaste programme de réhabilitation du parc social sera couplé à une opération de requalification de l’espace public (implantation d’équipement / mise en place de services), afin d’améliorer la qualité de vie urbaine, et développer l’attractivité du quartier.

Le Contrat de Ville c’est :

  • La jeunesse du site, qui constitue un atout fort du quartier, constituera un axe de travail transversal et fera l’objet d’une attention particulière dans tous les champs d’action (réussite éducative / sport / loisirs / emploi / citoyenneté).
  • Pour favoriser la cohésion sociale, l’accent sera mis notamment sur la dimension éducative, avec la poursuite de la mesure de mixité scolaire et du Programme de Réussite Éducative, la lutte contre le décrochage scolaire. Le renforcement de l’accès aux droits et aux services pour la population, le développement de la vie associative sur le quartier permettront d’assurer plus largement l’inclusion et le lien social.
  • La volonté de l’ensemble des partenaires d’une coopération forte entièrement dédiée aux quartiers prioritaires.
  • Une politique coordonnée et des moyens concentrés sur les quartiers les plus fragiles au bénéfice des habitants
  • L’implication de ces habitants dans l’élaboration, le suivi et l’élaboration du contrat.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *