Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – « Les Amis de tous les enfants du monde » ont enchanté leur public ce mercredi soir

image_pdfimage_print

00 la représentation (2)

Article participatif de Denis Philippe.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.

Un groupe chantant unique en son genre, très apprécié partout où il passe, composé d’une dizaine d’enfants de 8 à 14 ans, « Les Amis de tous les enfants du monde » faisaient étape ce mercredi soir au kiosque du Calvaire pour un spectacle fort réussi intitulé « Yaquoi derrière l’écran ? ». Une comédie musicale racontant « la vraie vie » revue et corrigée par leurs yeux amusés. Une scène en plein air qui a su conquérir un bon public.

Ainsi que nous l’avions présenté, cet ensemble constitue à la fois une chorale unique en son genre et une association reconnue d’intérêt général. Le spectacle promettait d’être enchanteur et il le fut, associant chansons, sketches, jeux de lumières et images sur écran géant.

Le public n’a pas manqué d’être transporté dans une grande aventure humaine, reflet de la médiatisation et de la mondialisation. Une revue générale effectuée avec un exceptionnel talent et un humour pleinement partagé. Mais un humour mettant en évidence de belles réalités.

« Les Amis de tous les enfants du monde » ont pour objectif de chanter pour éveiller dans le cœur de chaque spectateur l’espérance en un monde meilleur. Leur message est passé ce mercredi soir autour de ce petit havre de paix que constitue l’environnement du kiosque du Calvaire. Un lieu judicieux pour une telle prestation.

Remiremont comptait ainsi parmi la quarantaine de villes retenues pour la tournée d’été de cette jeune chorale qui œuvre dans un véritable esprit de professionnalisme. Un ensemble visant la perfection tout en gardant un cœur d’amateur. Magique à voir, merveilleux à entendre !

Une comédie musicale dont la 1ère partie mettait en exergue des textes accrocheurs associés à des chansons véritablement adaptées au thème du spectacle écrit et mis en scène par Gaëtan de Courrèges. La seconde partie s’orientait quant à elle vers une forme plus spirituelle.

Une preuve qu’à 8, 10 ou 13 ans, l’on peut être acteur passionné et raisonné, à la fois sérieux et rempli d’humour, mais également critique et poétique. Et convoquer ainsi les adultes à la méditation et à la réflexion. Le message a été bien reçu…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *