Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

Vosges – Journée départementale sur les situations complexes et la place des familles, ce jeudi Cette journée de travail avait pour cadre le centre socioculturel de Saint-Nabord avec la participation d'environ 300 participants.

image_pdfimage_print

003

Article participatif de Denis Philippe.

Cette journée de travail avait pour cadre le centre socioculturel de Saint-Nabord et dénombrait environ 300 participants. Il s’agissait d’une rencontre réunissant professionnels et partenaires oeuvrant au sein de différents services départementaux, responsables de maisons d’enfants, éducateurs ou encore assistants sociaux. Accueillis dès 8 h 30, les participants ont été rejoints en cours de journée par quelques familles, venues témoigner sur leur situation respective et le vécu de leurs expériences. Avant la pause de midi, François Vannson, président du Conseil Départemental est venu rappeler l’engagement des élus vosgiens en regard de la qualité de service due à la fois aux enfants et aux familles en difficulté.

003 La présentation de cette journée a été faite par Ghislaine Jeandel-Ballongue, vice-présidente du Conseil Départemental déléguée à l’enfance et à la famille. Puis fut abordé le thème interrogatoire « les enfants en situation complexe révélateurs de dysfonctionnements institutionnels ? » avec intervention de Jean-Yves Barreyre, sociologue au Centre Régional d’Etudes et d’Animation sur le Handicap et l’Insertion (CREAHI) de l’Ile-de-France. Le sociologue s’est appuyé sur les résultats d’une large enquête réalisée pour le compte de l’Observatoire national de l’enfance en danger (0NED), « Une souffrance maltraitée » avec parcours et situations de vie de jeunes dits « incasables ».

A l’issue d’une première pause, la parole revenait à Véronique Marchal, adjointe au directeur adjoint du Pôle Développement des Solidarités au Conseil Départemental des Vosges. Au menu de cette intervention, la prise en charge des jeunes en situation complexe dans le département. Un moment suivi d’échanges avec la salle sur ce thème ainsi longuement abordé.

Il appartenait ensuite à Stéphane Martin, Directeur des politiques de solidarité, d’accueillir François Vannson, président du Conseil Départemental, qui avait tenu à participer aux travaux de cette journée (lire ci-après les propos de son intervention à la tribune).

Après la pause libre du déjeuner, l’après-midi s’ouvrait avec l’évocation de l’évolution de la place des usagers des services publics et plus particulièrement celle des familles en Protection de l’Enfance. Enquête réalisée auprès des familles d’enfants hébergés dans des Maisons d’Enfants à Caractère Social Vosgiennes (MECS). Sur ce thème, une passionnante intervention d’Adeline Simon, stagiaire en Master 2 « Interventions sociologiques et anthropologiques «  à l’Université de Lorraine. Etude réalisée à partir de l’expérience de parents d’enfants placés en MECS (définition ci-dessus).

Conforter les liens parents-enfants

008

Place était ensuite donnée à la présentation de l’action « Café des Familles ». Une action de soutien à la parentalité et destinée aux familles d’enfants placés ou accompagnés par le dispositif CEDRE de l’AVSEA (Association Vosgienne pour la Sauvegarde de l’Enfance, de l’Adolescence et des Adultes) et soutenue par la CAF. A savoir que ce groupe de paroles est animé par des professionnels (médiatrice familiale, éducateurs spécialisés) et selon un principe de libre adhésion. Il est destiné à recueillir la parole de parents, adolescents et enfants.

S’en suivit une nouvelle série d’échanges avec l’assemblée présente, avant que ne soit abordé le sujet « Familles en Mouvement » dont l’objectif de base est de conforter les liens parents-enfants, notamment autour de la construction de loisirs en famille et favoriser le vivre-ensemble pour l’épanouissement de chacun. Sur ce sujet, sont intervenues Véronique Laurensot (Familles en Mouvements) et Catherine Perrin (Maisons de Solidarité et de la Vie Sociale (MSVS) d’Epinal et sa couronne et de Gérardmer.

Il appartenait à Ghislaine Jeandel-Ballongue, la vice-présidente du Conseil Départemental déléguée à l’enfance et à la famille, d’apporter sa conclusion à cette journée particulièrement riche en enseignements et en échanges.

L’essentiel de l’intervention de François Vannson

012« L’une des ambitions du plan Vosges « ambitions2021 », consiste à offrir à chaque vosgien des conditions de vie optimales pour son épanouissement. Parmi les défis auxquels nous devrons faire face, il en est un qui nous sensibilise tous et que nous devrons impérativement relever à travers les politiques menées, c’est celui de la protection des enfants et de l’accompagnement de leurs familles. Renforcer la prévention autour du champ de l’enfance, développer la qualité de prise en charge des enfants en situation de danger ou en risque de l’être, dans une logique de parcours, constitue l’une des préoccupations majeures de ce plan.

Actuellement, environ 1.000 enfants sont accueillis par le Conseil Départemental dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance, c’est dire l’importance de la situation de détresse de nombreuses familles dans le département des Vosges. Cette situation n’est pas inéluctable et il nous appartient déjà de détecter au plus tôt les situations de danger, de les traiter plus efficacement et de renforcer la prévention pour venir en aide aux enfants et à leurs parents en amont des difficultés.

Dans ce cadre, en ma qualité » de « chef de file » de la protection de l’enfance, j’ai proposé il y a quelques jours, la signature d’un protocole unique d’orientation, permettant d’officialiser les modalités de transmission de toutes les informations préoccupantes, cela avec l’autorité judiciaire, l’Education Nationale et les services de l’Etat. Il est également de notre devoir d’améliorer les parcours de vie des enfants confiés, par une meilleure coordination des acteurs. Les travaux envisagés à ce jour constituent les fondations du plan Vosges à venir.

La réflexion menée de concert avec nos principaux partenaires de la Justice, de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, de la Psychiatrie, du Handicap, de l’Education Nationale, de l’Agence Régionale de la Santé, mais également des associations, tisse la toile d’un réseau en capacité d’intervenir, là, où seul, le Conseil Départemental échouerait.

A l’heure où la Secrétaire d’Etat, Laurence Rossignol, chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie, vient de présenter les grands axes de la feuille de route 2015-2017 pour la protection de l’enfance, après avoir conduit pendant un an une large concertation avec les acteurs nationaux de l’enfance, le Conseil Départemental des Vosges anticipait déjà ces évolutions et engageait en partenariat avec l’Université de Lorraine, une réflexion sur la place des familles et les modes d’accompagnement de ces dernières. Aussi, c’est avec beaucoup d’attention que je suivrai, soyez-en sûr, les réflexions en cours.

Dans un contexte où le Conseil Départemental va devoir affronter une baisse des dotations de l’Etat de l’ordre de 11 millions d’euros en 2016 et 17 millions d’euros en 2017, ces efforts budgétaires importants ne doivent pas empiéter la qualité de service que nous devons à nos enfants et à nos familles en difficulté.

Pour que le plan Vosges soit optimal, nous avons souhaité et c’est une innovation, qu’il fasse l’objet d’une évaluation – et ce dans un souci de grande transparence- afin de mesurer la performance et les résultats des actions prévues. Aussi, si cela s’avère nécessaire, nous infléchirons ou accentuerons les orientations choisies au sein de plan « Vosges Ambitions 2021 ».

Je tiens à remercier l’ensemble des acteurs qui se sont mobilisés pour que cette journée soit une réussite, mais au-delà, ceux qui au quotidien, s’investissent afin que l’intérêt supérieur de l’enfant constitue l’une de nos priorités ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *