Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Football – Théo Pierrot se fait un prénom en division 2 belge Formé au FC Metz, Théo Pierrot, qui compte de la famille dans les Vosges, est en train de se faire sa place au soleil avec le FC Seraing.

image_pdfimage_print

11223800_10207488879889683_4796649443117395394_n

Ecrit par David Jeangeorges

Ceux qui connaissent l’histoire de l’athlétisme vosgien se souviennent forcément de Pascal Pierrot qui a fait les beaux jours du CO Haute-Moselotte dans les années 80. A présent, c’est son fils Théo, 21 ans, qui défraye la chronique sportive.

Spécialiste du saut en longueur, Pascal Pierrot s’était notamment qualifié pour les championnats du Monde des juniors en 1986 à Athènes. Après ses débuts au CO Haute-Moselotte dont il détient toujours le record interne à 7,63 mètres, il a fait les beaux jours de l’ASPTT Nancy, l’un des plus grands clubs français de l’époque.

Trente ans plus tard, c’est au tour de son fils Théo de s’illustrer sur un autre terrain, celui du football. Dès l’âge de 12 ans, il est retenu au sein du centre de formation du FC Metz où il y a réalise toutes ses classes. Il y ressort du lot en étant régulièrement le capitaine des équipes de jeunes du FC Metz. A l’âge de 20 ans, il y décroche son premier contrat professionnel, pour s’ouvrir les portes de l’équipe réserve qui évolue en championnat de France amateur, le quatrième niveau du football français.

Doté de belles capacités physiques, d’un gabarit intéressant (1,85 m) et d’un excellent jeu de tête, le jeune homme est solide dans les duels, tout en pouvant se reposer sur un bagage technique appréciable. Formé au départ en tant qu’attaquant, il a reculé dans le jeu assez récemment, un poste où il a pu faire étalage de toutes ses qualités.

Libre avec le club messin au début de la présente saison, Théo Pierrot a été transféré en Belgique, au sein de celui du FC Seraing. Pas totalement le fruit du hasard car les deux clubs sont partenaires, leur président respectif n’étant autre que le même industriel Bernard Serin.

C’est ainsi qu’en août dernier, Théo Pierrot a signé un contrat d’une saison, avec option pour une seconde année. Désormais milieu de terrain récupérateur, il a rapidement fait son nid au sein de son nouvel environnement : nouveau club, nouveau pays et niveau plus élevé, la D2 belge étant considérée comme l’équivalent du National en France. Il vient même de marquer trois buts.

Avec 14 points en neuf matches, son équipe occupe actuellement la 7e place (sur 17) de son championnat. A l’issue de la saison, seuls les clubs classés de la 2e à la 8e place sauveront leur place en Division 2 puisqu’elle sera réduite à 8 clubs lors de l’exercice 2016-2017. Il faudra donc au FC Seraing terminer parmi les huit premiers pour conserver du même coup le statut pro. Un challenge que Théo Pierrot entend bien relever avec ses nouveaux camarades.

Si ses parents sont installés dans la région nancéienne, ses performances sont très suivies dans les Vosges du côté de Saulxures-sur-Moselotte où il compte également de la famille à commencer par sa grand-mère maternelle, Nicole Sonzogni dont le regretté mari avait fait les beaux jours du football saulxuron dans les années 60. Le ballon a rebondi avec bonheur de deux générations !

Théo Pierrot sous les couleurs du FC Metz lors d'un match amical disputé à Vagney en octobre 2014.

Théo Pierrot sous les couleurs du FC Metz lors d’un match amical disputé à Vagney en octobre 2014.




2 réactions sur “Football – Théo Pierrot se fait un prénom en division 2 belge

  1. Bragard

    Je confirme Pascal Pierrot athlète au COHM
    Record du club à la longueur avec 7m63
    et Magali Sonzogni record du club 200 m et 4x 100m par équipe

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *