Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

Vosges – Un chef d’entreprise de Saint-Nabord condamné à trois mois de prison avec sursis et 8.000 €uros d’amende pour un délit de fuite à 250 km/heure Contrôlé à 170 km/h sur l'autoroute A9, Jean-Luc Mauffrey avait engagé une course-poursuite avec les gendarmes pendant 40 kilomètres le lundi 2 mars 2015.

image_pdfimage_print
voiture-e14254065326382

Documents remis.

Ecrit par D.J.

Début mars 2015, l’affaire avait fait grand bruit dans le Gard où nos confrères de France 3 lui avaient consacré un reportage ici. Tous les médias de la région l’avaient également relatée.

Lundi 2 mars 2015, ce chef d’entreprise vosgien de 61 ans (60 ans à l’époque des faits) avait d’abord été contrôlé à 170 km/h au volant de sa Mercedes classe S 350 sur l’autoroute A9 vers 22 heures 00 sur la commune de Gallargues-le-Montueux dans le Gard. Il avait ensuite tenté d’échapper à l’interception des gendarmes et accéléré brusquement pour engager une course-poursuite avec l’équipage de la Brigade rapide d’intervention (BRI) pendant 40 kilomètres sur l’A9, depuis l’Est de Montpellier dans le Gard, jusqu’à Fabrègues, dans l’Hérault où il avait atteint la vitesse hallucinante de 250 km/h.

Interpellé à Fabrègues, et placé en garde à vue dans le Gard par les gendarmes, il aurait pris la fuite de crainte de perdre trois points sur son permis. Rouler à 120 km/h au dessus de la vitesse autorisée et même 160 en zone de travaux a sérieusement aggravé son cas. Dépistages d’alcoolémie et de stupéfiants s’étaient révélés négatifs.

Remis en liberté, ce chef d’entreprise avait écopé d’une suspension de six mois par le préfet de l’Hérault, d’une convocation devant le tribunal pour répondre des faits de refus d’obtempérer aggravé par la mise en danger de la vie d’autrui, excès de vitesse de plus de 50 km/h, dépassement par la droite. A la demande du parquet de Nîmes, sa Mercedes d’une valeur de 110 000 € avait été placée en fourrière jusqu’à sa comparution devant le tribunal.

Des faits pour lesquels Jean-Luc Mauffrey vient d’être condamné par la chambre correctionnelle du tribunal de Nîmes le 7 septembre 2015. Il a écopé d’une peine de trois mois d’emprisonnement avec sursis, de 8.000 €uros d’amende et de six mois d’annulation de permis de conduire avec obligation de le repasser.

Lire également les articles :

  • de France Bleu Gard Lozère ici.
  • de La Provence ici.
  • du Midi Libre ici.
  • d’Objectif Gard ici.



9 réactions sur “Vosges – Un chef d’entreprise de Saint-Nabord condamné à trois mois de prison avec sursis et 8.000 €uros d’amende pour un délit de fuite à 250 km/heure

  1. Ysengrin

    Un verdict plutot clément par rapport aux faits reprochés….
    6 mois de suspension alors que la vitesse était jusqu’à 160 km/h au dessus de la limite, dans une zone de travaux, (pour le coup le tribunal aurait pu ajouter mise en danger de la vie d’autrui….) et une course poursuite sur 40 km ce n’est plus un refus d’obtempérer mais un délit de fuite!!!
    je me demande si la sanction aurait été la même avec un salarié lambda….
    A la société financière Mauffrey(immatriculée au Luxembourg) on a de bons avocats…

    répondre
  2. Tiph

    Hallucinant ! Surtout que l’entreprise a mis en place l’opération « les yeux sur la route » ! C’est « faites comme je dis pas comme je fais »…

    répondre
  3. moi

    Ce n’est pas cette même entreprise qui prône la sécurité pour ses chauffeurs!!!! Faîtes ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais!!!

    répondre
  4. rogers

    Sa Mercedes lui a t’elle été rendue ??? pour ce genre de délit ,elle aurait du être saisie . Mais il est vrai que quand on a de bons avocats……..

    répondre
  5. Nadine

    pas de commentaire sur les décisions de justice. On a vu des gens condamnés à 150 euros d’amende pour avoir blessé gravement un automobiliste dans un accident de la route, rouler sans permis ni assurance, sous l’emprise d’alcool et drogue ( en gironde ) !!!
    Là on sait que le contrevenant a retenu la leçon, il assume et on ne jette pas de fiel là-dessus. ça suffit. Il va repasser le permis, la vente aux enchères de la merco ira dans le panier percé des recettes de l’Etat.

    répondre
    1. vraccvador

      en théorie il avait 7 mois ferme mais après négociation des avocats il n’a eu que ça,sans compté que cela ne le dérange pas de continué de conduire sans permis c’est de source sur j’y suis salarié

      répondre
  6. ysengrin

    Pas de commentaires sur les décisions de justice???
    Justement si! en France chacun est égal devant la justice comme devant la police….en théorie!!!
    La réalité des faits le prouve tous les jours..N’a t’on pas un ou une ministre de l’injustice??? (appelé gardes des sots..

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *