Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Justice – Une Vosgienne et un Mosellan jugés pour le viol d’une fillette de 5 ans en Moselle La femme, 33 ans, domiciliée dans les Vosges, est accusée d'avoir livré sa fille au coaccusé, un Mosellan de 37 ans, et de l'avoir aidé à violer l'enfant.

image_pdfimage_print
Palaisjusticemetz

Le palais de justice de Metz.

Source : AFP.

Le procès d’un homme et d’une femme, accusés d’avoir organisé le viol d’une fillette de 5 ans, avec actes de tortures et de barbarie en août 2012, s’est ouvert mercredi 18 novembre 2015 devant la cour d’assises de Moselle.

La femme, 33 ans, domiciliée dans les Vosges, est accusée d’avoir livré sa fille au coaccusé, un Mosellan de 37 ans, et de l’avoir aidé à violer l’enfant. Tous deux encourent la réclusion à perpétuité. La mère, livreuse en boulangerie, s’était rendue avec sa fille de 5 ans chez l’homme, employé dans la sidérurgie, rencontré sur internet quelques mois plus tôt. Au cours d’une soirée alcoolisée, ce dernier aurait violé la fillette tandis que la femme l’y aidait en contraignant son enfant. Le lendemain, la mère avait conduit sa fille chez le médecin, constatant que l’enfant présentait une plaie sanguinolente aux parties génitales.

Elle l’avait aussi emmenée à l’hôpital de Nancy, affirmant que sa fille avait fait une chute et avait été victime d’une agression sur une aire d’autoroute. Les médecins, non convaincus par les explications de la mère, avaient immédiatement fait un signalement à la justice. Placé en garde à vue, le couple avait été mis en examen pour «viols et agressions sexuelles aggravés». L’enquête a révélé que l’enfant avait aussi été victime d’agressions sexuelles devant une webcam entre janvier et août 2012 pour satisfaire des scénarios élaborés par les deux adultes. «C’est le procès de l’insoutenable», a déclaré l’avocate des grands-parents paternels de la fillette, Me Béatrice Founes. La mère, qui reconnaît les faits, est accusée d’agression sexuelle par ascendant et de diffusion d’images à caractère pédopornographique.

Son avocat, Me Didier Grandhaye, a estimé qu’elle avait agi «sous l’influence» de son partenaire. «Je ne comprends pas cette escalade ni comment il a réussi à transformer à ce point cette mère aimante», a-t-il dit. Son coaccusé nie les faits de viol. Selon son avocat, Me Alexandre Gantois, l’homme, qui avait bu de l’alcool le jour des faits, «s’est endormi. Quand il s’est réveillé, la mère et la fille étaient parties». Le verdict est attendu vendredi.




Une réaction sur “Justice – Une Vosgienne et un Mosellan jugés pour le viol d’une fillette de 5 ans en Moselle

  1. nico

    des monstres il n’y a aucun qualificatif pour de tels actes qui viennent en plus de la propre mère de l’enfant, comment une mère peut elle laisser faire cela ??? enfermée à vie, et cela va etre à la charge de toute une société qui n’a rien demandé…la vie de cet enfant est foutue honte à ces monstres je me répète

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *