Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Vernissage de l’exposition « Le Cinéma s’expose » à la Médiathèque Une exposition présentée dans les Vosges pour la première fois.

image_pdfimage_print

26 allocution de Mr B.Godfroy

Article participatif de Denis Philippe.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.

C’est une exposition rare et par conséquent de grand intérêt qui est à découvrir jusqu’au 2 décembre à la Médiathèque. Le vernissage de celle-ci a eu lieu ce samedi 14 novembre 2015 à 18 h sous la présidence de Bernard Godfroy, maire de Remiremont et Président de la Communauté de Communes de la Porte des Hautes-Vosges (CCPHV), entouré en la circonstance de Valérie Jankowski, conseillère départementale, Cécile Pellegrin, directrice de la Médiathèque Intercommunale, Marie-Laurence Vuillemin, directrice adjointe, Catherine Arnould, responsable de l’espace multimédias, François et Hervé Loubeau, respectivement président fondateur et trésorier de l’association « Le Cinéma s’expose ». A quelques pas, se trouvait aussi un ami passionné de cinéma, mais dont le métier est la scène : Claude Vanony. Le public présent a pris plaisir à découvrir le grand intérêt de cette exposition présentée dans les Vosges pour la première fois.

Après ces mots de bienvenue dans le cadre de l’inauguration de ce cycle exceptionnel dédié au septième art, Bernard Godfroy, ne pouvait que faire partager à la fois son émotion et sa tristesse en regard des événements nationaux de la veille. En hommage aux victimes, il invita l’assemblée présente à respecter une minute de silence.

Reprenant une voix plus poétique, il cita la phrase de Jean Cocteau résumant la quintessence du cinéma, 120 ans après la première séance Lumière, le 28 décembre 1895 à Paris : « Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière ». Puis il ajoutait : « si le cinéma est une lumière, un espoir, un rêve, il s’agit aussi d’une réalité très concrète qui a contribué à l’écriture de la grande Histoire : rappelons-nous des films de propagande de Leni Von Riefenstahl filmant l’Allemagne nazie, mais celle aussi de nos histoires particulières, car nous avons tous été marqués par un film inoubliable. De la Grande Vadrouille à Matrix, des Parapluies de Cherbourg à Dirty Dancing, le cinéma fait incontestablement partie de notre vie à tous ».

Les évolutions techniques à travers 75 objets uniques

Fait social, historique, culturel, le cinéma est partout. Et de rappeler : « qui aurait pu croire à l’ampleur de ce phénomène, lors de la première projection par les frères Lumière, de l’arrivée d’un train à La Ciotat, devant les 33 curieux qui, bravant tous les préjugés, assistaient à l’événement ? 120 ans plus tard, l’on peut dire que le fameux train de La Ciotat ne s’est pas encore arrêté en gare et poursuit son trajet ». Et d’ajouter qu’aujourd’hui, « la Médiathèque propose de prendre ce train en marche et de voyager à travers ces 120 ans d’aventures cinématographiques ».

Bernard Godfroy évoquait ainsi que, grâce à l’association le « Cinéma s’expose », qui œuvre à la sauvegarde du patrimoine cinématographique, l’exposition présentée retrace les évolutions techniques du septième Art à travers 75 objets uniques. Un beau projet qui n’aurait pu voir le jour sans le soutien de partenaires institutionnels et privés : Conseil Départemental, services municipaux, Archives, Musées de la Ville et le Cinéma Le France où une projection de courts métrages a eu lieu vendredi soir, avec pour thème « Les pionniers du Cinéma ».

« Ces contributions montrent aussi l’ancrage local du cinéma dans les Vosges comme en témoigne la caméra ayant filmé « les Grandes Gueules » en 1965 » a encore précisé Bernard Godfroy.

Au gré de l’exposition, nous avons aimé…

Une lanterne de projection faisant partie des objets rares que l’on n’a vraiment pas l’habitude de voir. La toute première boîte pour film de cinéma du monde, conçue par les Frères Lumière, année 1895. La caméra « Cameflex » 35mm, dont la forme permettait déjà son utilisation dans toutes les positions. Le projecteur « Pathé kok » créé en 1912 par Charles Pathé. Il représentait la 1ère expérience de cinéma familial à format réduit.

Le Phénakistiscope (également appelé Fantascope) inventé par le belge Joseph Plateau en 1832. Il s’agit du premier appareil au monde pouvant restituer le mouvement en faisant tourner la roue devant soi et en regardant à travers les fentes les images se reflétant dans une glace. Le projecteur Power, le tout premier que les Américains apportèrent en France en 1917, lorsqu’ils prirent part aux combats de la Guerre 14-18. Ce projecteur servait à l’arrière du front pour faire une séance de cinéma aux poilus et autres fantassins alliés lorsqu’ils étaient au repos.

La caméra en bois « Ertel » pour laquelle les européens étaient, avant les américains, les plus importants fabricants. De même pour les lanternes magiques, follioscopes ou encore praxinoscopes. Le projecteur « Gaumont » sur table, matériel aussi bien utilisé en cabine qu’en itinérance pour les séances de cinéma en zone de campagne. La caméra « Auricon Pro 1200 », équipement de reportage et de studio actionné par moteur électrique avec magasins extérieurs de 120 ou 300 mètres. Ce modèle de caméra a notamment servi en France pour les conférences de presse du Général De Gaulle.

Le projecteur « Araignée » qui était un projecteur de cinéma du temps des films muets. Le haut-parleur « Lumière », premier haut-parleur membrane inventé par les Frères Lumière. La caméra « Bell & Howell », 1ère caméra de télévision de marque Thomson. Celle installée à l’entrée de l’exposition a notamment servi pour le journal télévisé de Antenne 2 jusque dans les années 1980.

Et à propos de télévision, l’on peut également voir l’un des premiers modèles au monde. Une télévision américaine entièrement inventée par un jeune russe de 23 ans, mais comme il travaillait pour la Société R.C.A. aux Etats-Unis, tout le mérite de son invention revint alors à ses patrons.

Une découverte véritablement passionnante à la Médiathèque de Remiremont jusqu’au 2 décembre en accès libre. Ouverture exceptionnelle ce dimanche 15 novembre de 14 heures 30 à 17 heures 30.




2 réactions sur “Remiremont – Vernissage de l’exposition « Le Cinéma s’expose » à la Médiathèque

  1. Did88

    Inadmissible qu’à Remiremont on maintienne un vernissage en un jour de tragédie Nationale. Partout, les cérémonies, les concerts, les compétitions sportives sont annulées pour raisons de sécurité ou par respect et hommage. A Remiremont, on préfère boire un coup bien loin des préoccupations du pays !

    répondre
  2. PHILIPPE

    Lisez bien l’article. Le maire a fait part de son émotion et a demandé de la part de l’assistance une minute de silence. De surcroît, il s’agit là d’une exposition, pas d’une manifestation festive. Selon Did88, il aurait fallu rester confiné chez soi ou peut-être même fermer bars et commerces de la ville. Le vernissage évoqué par le biais de l’article a bien traduit respect et hommage vis-à-vis des victimes de l’attentat de Paris. Que faire de plus ?

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *