Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Saulxures-sur-Moselotte – Fibers : l’outil de fabrication vendu aux enchères faute de repreneur ce mardi 8 décembre 2015 ! Mardi 8 décembre 2015 à 15 heures 00.

image_pdfimage_print

11119972_10205428146556664_564473089_n12

Ecrit par D.J.

Cette fois, c’en est fini des chances de voir un repreneur relancer le site de Fibers à la Médelle, à Saulxures-sur-Moselotte. L’outil de fabrication sera venu aux enchères le 8 décembre 2015 pour une estimation totale de 348.470 €uros.

L’annonce, publiée sur un site spécialisé, est parue cette semaine. Elle porte sur une ligne de fabrication de fibre polyester recyclé, autrement écrit la totalité de l’outil de travail. Elle précise sa capacité quotidienne de 36 à 37 tonnes de fibre conjuguée, creuse et siliconée 7 DEN ou 40 tonnes de fibre pleine 7 DEN, 2 lignes complètes d’extrusion parallèles(capacité de 2 X 800 kg/heure en fibre creuse, 2 X 1000 kg/heure en fibre pleine), la possibilité d’insérer des pigments pour blanchir ou colorer la fibre et un four long permettant de maitriser le coefficient d’étirement de la fibre.

Cette vente aux enchères signera donc la fin d’un cruel échec autant pour le promoteur du projet que pour les élus locaux. Un projet pourtant présenté en grandes pompes le 17 janvier 2014 à quelques semaines des élections municipales.

Lancée en mai 2014, l’activité avait été stoppée net neuf mois plus tard, le 17 février 2015 avec la mise en redressement judiciaire suivie de la liquidation judiciaire le 10 mars 2015. Un temps en avril 2014, un investisseur chinois, qui avait vendu les machines, avait repris l’entreprise pour 10.001 €uros, avant de se retirer quelques jours plus tard. Les 42 salariés s’étaient retrouvés au chômage.

Rappelons que ce projet de 12 millions d’€uros avait été soutenu à hauteur de 6 millions par les collectivités publiques via des aides directes et indirectes de l’Etat. Son échec avait d’autant plus ému l’opinion publique. 

Pour sa part, la communauté de communes de la Haute-Moselotte avait, le 25 janvier 2013, racheté l’usine de la Médelle avant de louer le bâtiment à Fibers, via un crédit-bail. Un investissement de 900.000 €uros qui reste aujourd’hui sur les bras de la com’com.

Lire l’annonce de la vente aux enchères en détails en cliquant ici.

Chronique d’un échec.

25 janvier 2013 : les élus de la communauté de communes de la Haute-Moselotte, présidée à cette époque par Guy Vaxelaire, décident du rachat de l’usine de la Médelle pour 900.000 €uros avant de louer le bâtiment, via un crédit-bail, à la société Fibers, d’une durée de 140 mois et moyennant un loyer qui couvrirait les annuités de l’emprunt (capital + intérêts* frais divers), avec le groupe H3C.

17 janvier 2014 : le projet Fibers est présenté en grandes pompes. Pas moins d’une douzaine d’acteurs du projet se succèdent au micro entre les dirigeants, les financeurs et les élus locaux. On est alors à quelques jours des élections municipales. Un projet de 12 millions d’€uros soutenu à hauteur de 6 millions par les collectivités publiques via des aides directes et indirectes de l’Etat.

Mai 2014 : début de l’activité pour la quarantaine de salariés embauchés.

30 juin 2014 : une jeune femme de 21 ans trouve la mort dans une machine, sa tête a été happée par une étireuse. Toute la production est arrêtée.

4 août 2014 : l’activité reprend après un mois consacré à l’enquête judiciaire et à la mise aux normes des machines.

26 septembre 2014 : les élus de la communauté de communes de la Huate-Moselotte, désormais présidée par Jean-Claude Dousteyssier, considèrent les difficultés rencontrées par Fibers. Ils décident de « suspendre provisoirement les poursuites concernant les loyers dus par la société Fibers pour la période allant du 1er octobre  2014 au 30 juin 2015″. Et disent « que le montant des loyers dus sera réparti à part égale sur l’ensemble des loyers restant à percevoir à partir du 1er juillet 2015″.

17 février 2015 : Fibers est placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d’Epinal.

10 mars 2015 : Fibers est placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce d’Epinal.

14 avril 2015 : le tribunal de commerce d’Epinal donne un avis favorable à la reprise de l’entreprise Fibers par la société Jiangyn Huamao Chemical Fiber Co, créée par le groupe chinois Chinois Jiangyn Huamao.

2 juin 2015 : le tribunal de commerce d’Epinal constate le retrait du repreneur chinois. Les 42 salariés se retrouvent au chômage.

8 décembre 2015 : vente aux enchères de la ligne de fabrication de fibre polyester recyclé.




25 réactions sur “Saulxures-sur-Moselotte – Fibers : l’outil de fabrication vendu aux enchères faute de repreneur ce mardi 8 décembre 2015 !

  1. hello

    Délit d’initié, trafic d’influence, abus de confiance, fraude fiscale et mise en danger de la vie d’autrui semblent être la définition de ce scandale.
    Une plainte ne devrait-elle pas être déposée par la préfecture, afin de déterminer les responsabilité de tous ces acteurs ?
    Vouloir gouverner, c’est accepter d’être responsable.

    répondre
  2. arthur

    en Inde on appelle cela les intouchables les castes , en France ce sont les copains,de ces grands hommes.Plus vous avez le bras long plus vous vous en sortez pour passer à travers les griffes .Ecoeurant ce sont toujours les mêmes qui trinquent

    répondre
  3. zizou88

    Et le bâtiment, il va devenir quoi? Les futurs bureaux de la nouvelle comcom ? Qui va bien vouloir acheter cette machine, peut être les chinois qui l on vendu? Et le boss il rembourse quoi à la collectivité ? On a pas fini d entendre parler de fibers.
    BRAVO

    répondre
  4. ED

    Je viens de recevoir mon avis de taxe d’habitation avec des augmentations de 7 et 8 % pour les parts communale et intercommunalité. C’est déjà pour payer cette erreur ?
    Pour info, mon salaire, il n’a augmenté que de 1 % cette année.
    Merci les élus, comptez sur moi pour les prochaines élections et je vais bien faire passer le message autour de moi!

    répondre
  5. dd

    Cette fois c’est sûr…
    Les Vosges sont une terre de moutons dirigée par des chèvres…
    Il est temps, je crois, de prendre non pas les taureaux, mais les boucs par les cornes, et les sortir du parc des ballons…
    Notre département s’enfonce tous les jours un peu plus, et certains font encore des éloges à nos élus… pfff!!!!

    répondre
  6. DDL

    Le procureur de la République dans un article cet été présentait Charbonnier comme une victime. Qu’il mandate la brigade financière sur les différentes sociétés du groupe ainsi que tout ce qui tourne autour (Associations, privés, société à l’étranger) et nous verrons bien qui sera la victime. Des comptes, c’est tout ce qu’on demande. La famille de la pauvre gamine aussi.
    Mme le Maire de Saulxures a eu l’intelligence au moins de refuser d’acheter l’usine des Longènes. Ventron a un château sur les bras et la comcom une usine qu’il faudra dépolluer.

    répondre
      1. dominique

        Cette information est inexacte. La Mairie de Saulxures avait pris la décision d’acheter l’usine des Longênes. Une délibération prise en un temps record en atteste. Si elle ne l’a pas fait c’est tout simplement parce que l’accident et les événements qui ont suivi ne lui en ont pas laissé le temps.
        Toutes les explications sont ici : http://www.enpassantparmalorraine.fr/?p=301

        répondre
      2. DDL

        Sur ce coup précisément oui. Elle a reçu des appels du Président actuel de la Comcom pour que la Commune de Saulxures/Moselotte achète cette usine. Elle n’a pas acheté l’usine contre l’avis de tous. Après pour le reste…

        répondre
        1. dominique

          Ah bon, encore une légende. Bien sur qu’elle allait acheter l’usine et à toute vitesse encore, c’est quand même la Maire qui a fait voter la délibération d’achat par le Conseil municipal. Allons ne dites pas n’importe quoi. Allez voir le compte rendu du Conseil municipal de Saulxures du 13 mars 2014 point N°8 voté à l’unanimité!.voir ici : http://www.enpassantparmalorraine.fr/?p=301. Ce sont des éléments factuels et pas des rumeurs qui visent à dédouaner la Maire de Saulxures. Encore une fois si elle ne l’a pas achetée c’est parce qu’elle n’en a pas eu le temps, l’enchaînement des catastrophes à FIBERS rendait cet achat sans objet.

          répondre
  7. zizou88

    Se qui me gène dans l histoire, c’est le silence des élus de la comcom, conseil départemental ect …. ils sont plus préoccupée par la fusion des comcom et comment sauver leurs places. Depuis un certain temp on entend parler des baisse des dotations, ou sont faites les economies? Et monsieur charbonnier combien d aide à t il encore pour toutes ces entreprises? Au dernière nouvelles il ne vie pas sous les ponts. Elus faites vôtre travail, dénoncés et réclamer le remboursement de ces aides.

    répondre
  8. froissard

    On connaît d’autres entreprises qui agitent la menace du chantage à l’emploi . Pour dégonfler la rumeur qui va ne pas manquer d’enfler, toutes les parties prenantes au dossier doivent faire la transparence sur cette affaire . Si elles négligent de le faire, le procureur de la République a la possibilité de se saisir de ce dossier, pour poser les responsabilités et poursuivre si des actes s’avèrent délictueux, sans compter la saisine de la Chambre régionale des comptes ( si ce n’est déjà fait)

    répondre
  9. étonné

    FIBERS, une affaire parmi tant d’ autres dans notre monde politico financier, cela fait mousser le secteur de saulxures, je compatis entièrement, certains reviennent sur l’ accident qui à peut être remis en cause l’ activité, si vous saviez le nombre de machines en tout genre qui ne sont pas aux normes de sécurité et celles qui sont trafiquées par les employés eux mêmes pour produire plus vite, et fumer leurs cigarettes tranquillement ! Des gens ont tentés de créer de l’ emploi dans le secteur, dossiers peut être mal ficelé , incompétence administrative,je ne sais pas, mais arrêtons de casser du bois sur leur dos, que les râleurs se mettent au boulot et prennent la place des décideurs , mais cela est bien connu , c’est toujours plus confortable d’ être dans l’ opposition de tout.

    répondre
    1. zizou88

      Les promesses de créations d emplois à fait tourné la tête de nos élus, je ne conteste pas le projet, mais il y en à raz la casquette de toutes ces aides attribuée sans garantie fiables. Quand les banques pretes elles s assures d avoir des garanties. Monsieur charbonnier se roule les moustaches. REMBOURSEMENT DES AIDES

      répondre
  10. EN DOUCEUR

    Et en plus ce que vous ne savez pas c,est que charbonnier va racheter l’outil pour 3 fois rien et ça moi je dis bravo encore plus fort que TAPIE dans le sud.

    répondre
  11. Michel

    Si les élus de l’époque avaient refusé le rachat de la Médelle, qu’aurait-on entendu? « Honteux, ils ne pensent qu’à eux, ils sont frileux..il y a de l’emploi à la clé…ils ne font rien… »
    Toujours le même discours de ceux qui restent dans leurs pantoufles! On critique, on râle, mais on ne bouge pas, oh non!!! juste un dimanche ou 2 de temps en temps pour mettre un bulletin FN dans l’urne et voter pour des ânes !

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *