Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Vosges et environs – Sept personnes des gens du voyage mises en examen pour des attaques de distributeurs de billets Six d’entre elles ont été placées en détention provisoire.

image_pdfimage_print

Trois individus ont d’abord été interpellés à 3 h 30 par le GIGN à Ecuelles (Saône-et-Loire), alors qu’ils circulaient à bord d’un véhicule volé au cours de la nuit à Meursault (Côte-d’Or). Deux autres individus ayant pris la fuite à bord de deux véhicules volés ont ensuite été interpellés à l’issue d’une longue course poursuite, au cours de laquelle les malfaiteurs sont accusés d’avoir à plusieurs reprises tenté de percuter les véhicules des militaires de la gendarmerie et d’avoir jeté des objets sur la chaussée. Vers 7 h 30, leur véhicule a été arrêté à Pierre-de-Bresse (Saône-et-Loire) et les deux occupants interpellés par le GIPN et le GOS de Dijon, sans qu’aucun blessé ne soit à déplorer. Samedi en fin d’après-midi, les gendarmes ont localisé un suspect, retranché dans les bâtiments agricoles en périphérie du bois d’Écuelles. Une huitième personne, proche de malfaiteurs, a été interpellée à son domicile dans le Vaucluse.

Les personnes interpellées sont soupçonnées d’avoir commis des attaques de distributeurs de billets dans les départements des Vosges, Moselle, Doubs et de la Haute-Saône, depuis le dernier trimestre 2014. Les auteurs présumés faisaient notamment usage d’explosif gazeux composé d’un mélange d’oxygène et d’acétylène. Au cours de leurs périples nocturnes, ils volaient de grosses cylindrées qu’ils incendiaient ensuite.

Ce phénomène relevant de la grosse criminalité organisée et impactant plusieurs départements de l’Est de la France avait conduit la Juridiction Inter Régionale Spécialisée (JIRS) de Nancy à saisir le directeur général de la gendarmerie nationale dès le 2 juillet 2015.

Une cellule d’enquête dirigée par l’office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) était mise en place dans les locaux de la gendarmerie de Nancy, de Metz, du Groupement des Vosges et de la section d’Appui judiciaire de la région de gendarmerie de Lorraine. Cette enquête mobilisait plusieurs unités de surveillance de la région zonale et le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale. Le dispositif final engageant près de 100 gendarmes était appuyé par les régions de gendarmerie de Bourgogne et de PACA.

Selon le parquet, à l’issue de leur garde à vue, sept personnes, ont été mises en examen dimanche 15 et lundi 16 novembre par un juge d’instruction de la JIRS de Nancy, des chefs de vols et tentatives de vols en bande organisée, dégradations en bande organisée du bien d’autrui par l’effet d’un moyen dangereux pour les personnes, participation à une association de malfaiteurs. Six d’entre elles ont été placées en détention provisoire et une, mise en examen du chef de refus d’obtempérer avec mise en danger de la vie d’autrui, placée sous contrôle judiciaire.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *