Search
mercredi 7 décembre 2016
  • :
  • :

Conseil régional – Les élus de droite souhaitent baisser les indemnités des conseillers régionaux « de 20 à 30 % » Par rapport au montant autorisé par la loi.

image_pdfimage_print
André Reichardt, élu alsacien de la nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (ACAL).

André Reichardt, élu alsacien de la nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (ACAL).

Source : AFP.

Les élus de droite du Grand-Est, majoritaires, souhaitent baisser les indemnités des conseillers régionaux « de 20 à 30 % » par rapport au montant autorisé par la loi, a indiqué jeudi à l’AFP André Reichardt (Les Républicains).

Le groupe Les Républicains-UDI-Modem, qui comptera 104 élus sur 169, a décidé de soumettre cette décision au vote de la nouvelle assemblée régionale, a déclaré M. Reichardt, confirmant une information de France Bleu.

« On a fait campagne, on a entendu des choses sur la pression fiscale », a dit M. Reichardt, élu alsacien de la nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (ACAL).

Philippe Richert, tête de liste dans le Grand Est, a remporté les élections régionales le 13 décembre devant Florian Philippot (FN) et Jean-Pierre Masseret (PS), qui auront respectivement 46 et 19 élus.

« On avait tous des indemnités différentes donc c’était le moment de remettre les pendules à l’heure, de montrer qu’on pouvait essayer, donner l’exemple en matière d’économies », a-t-il ajouté.

Les indemnités des conseillers régionaux sont calculées en fonction du nombre d’habitants : pour une région de plus de 3 millions d’habitants, ce qui est le cas de l’ACAL, elles peuvent aller jusqu’à 2.661 euros brut par mois.

Pour les régions de 2 à 3 millions d’habitants, elles sont de 2.280 euros, de 1.900 euros pour les régions de 1 à 2 millions d’habitants, et de 1.520 euros pour les régions de moins d’un million.

Les élus de Lorraine, d’Alsace ou de Champagne-Ardenne ne touchaient donc pas les mêmes indemnités.

Avec plus de 2 millions d’habitants, les Lorrains gagnaient ainsi plus que leurs voisins, dont les populations sont de 1,8 million pour l’Alsace et de 1,3 pour la Champagne-Ardenne.

La nouvelle assemblée doit se réunir le 4 janvier 2016.

 




14 réactions sur “Conseil régional – Les élus de droite souhaitent baisser les indemnités des conseillers régionaux « de 20 à 30 % »

  1. gemacagui

    Simplement que les 20 ou 30 % économisés, serviront à payer les frais de déplacement vu les distances pour rejoindre Strasbourg par exemple.
    Donc opération « blanche ».

    répondre
  2. luc

    Cette annonce a qq chose a la fois reaĺiste et aussi electoraliste. On a tous appris que le mandat du conseiller general etait non remunere. Mais c etait avant !

    répondre
  3. zizou88

    Attention se n est pas une baisse, ils renoncent à l augmentation de leurs indemnités due à la création de la grande région. Attention aux infos,!

    répondre
  4. dd

    oui oui exactement, car tous les conseillers sont maintenant dans une région de plus de 3 millions d’habitants… donc une bonne augmentation pour ceux qui viennent de petites régions…
    Du coup, encore une preuve que ce regroupement n’est pas près de nous faire faire des économies…
    On nous prends vraiment pour des cons…
    C’est comme pour le département, avant on avait 31 cantons, donc 31 conseillers… Maintenant 17 cantons, mais comme ce sont des binômes, on se retrouve avec 34 conseillers…
    On attend quoi pour vraiment réagir…

    répondre
  5. nico

    c’est un pas en avant quand meme !!! et puis le regroupement de nos régions, pourquoi n’y a t-il pas eu de référendum ??? on rale mais on n’agit pas !!! au départ c’est bien le gouvernement qui fait ce qu’il veut et n’en a rien à faire des français

    répondre
  6. froissard

    tous ces commentaires sont intéressants . IL faut choisir des représentants intègres, ayant le sens de l’intérêt général, non cumulards de mandats électifs et qui ne pensent pas à leur carrière politique, en faisant des annonces sulfureuses, pour assurer leur réelection. La délégation de pouvoirs par le suffrage universel ne vaut pas chèque en blanc, pour se livrer à des gabegies. Le contrôle citoyen doit pouvoir s’exercer à tout moment. pour cela il faut s’engager dans la vie publique et ne plus se contenter de vociférer dans les tribunes d’expression.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *