Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Saint-Nabord – La grosse pelleteuse achève son œuvre… Effacées à coups de gros godets les décennies glorieuses de la fin du 19ème siècle et celles du 20ème.

image_pdfimage_print

La grosse pelleteuse fait son oeuvre

Article participatif de Denis Philippe.

Suite au permis de démolir déposé en mairie au mois de mai dernier, les engins sont entrés en action ces dernières semaines sur le site industriel de l’ancienne papeterie Grégoire. Si les bâtiments situés le long de la route, menant vers Remiremont, sont mis en vente pour un usage artisanal, commercial, voire industriel, il ne reste aujourd’hui qu’un pan de pierres et qu’un tas de gravats à concasser au coeur du site de l’ancienne papeterie Grégoire. Effacées à coups de gros godets les décennies glorieuses de la fin du 19ème siècle et celles du 20ème. Une histoire débutée en 1880 sur un lieu qui n’était autre qu’une petite minoterie.

Il ne restera bientôt presque plus rien de l’ancienne usine de l’ex papeterie Grégoire. Si rien ne se remarque précisément depuis la route du faubourg de Remiremont, les opérations de démolition au coeur du site sont désormais largement entamées.

Perchée sur un tas de gravats, la grosse pelleteuse est en action, achevant son œuvre. C’est une grande page d’histoire, ouverte à la fin du 19ème siècle, qui se referme. Une grande page résumant 130 années de vie, mais aussi 130 années de fierté pour ces générations qui se sont succédé sur le site. Car à « la papet » l’on venait y travailler de père en fils.

A ses débuts, elle fut spécialisée dans la fabrication de papiers d’emballages. Puis elle s’est ensuite ouverte aux papiers cartons destinés à la transformation (ondulés, tubes). La papeterie s’était dotée d’une technologie de premier plan qui lui avait permis de figurer parmi l’élite dans le domaine du carton graphique.

Arrivèrent les années 1990, période encore bien florissante, avec une capacité annuelle de production avoisinant les 36.000 tonnes de papier carton réalisé à base de 100 % de fibres recyclées.

En 1995, l’entreprise connaissait une mutation industrielle avec absorption de la SA Papeterie Grégoire par la Société de Participation et Foncière du Moulin. D’où la nouvelle dénomination « Grégoire SA ». A cette période, les effectifs étaient de 128 personnes pour une capacité de production qui avait alors atteint 60.000 tonnes l’an.

L’ère des années 2000 apporta malheureusement son premier lot de difficultés. S’en est suivi une première vague de licenciements. Et le 31 mai 2011, le Tribunal de Commerce d’Epinal prononçait la mise en liquidation immédiate de la papeterie qui comptabilisait encore un effectif de 84 personnes.

L’année 2015 est donc marquée par la démolition du site. Un site de 5 hectares (avec les terrains voisins) au centre duquel s’imprimera peut-être une nouvelle page. L’avenir le dira…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *