Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Bussang – Les commerces ferment les uns après les autres

image_pdfimage_print

BUSSANG

Au centre de Bussang, le village produit l’impression de perdre petit à petit son âme. Les commerces sont en train de fermer les uns après les autres.

« On ferme dans la plus triste indifférence » constate l’un d’eux avec d’autant plus d’amerturme que pour certains, leur commerce a fait toute leur vie. « Plus de 35 ans de métier et trois générations derrière mais tout le monde s’en tape. C’est très inquiétant pour ce village » constate notre interlocuteur.

Et de citer tous ces commerces qui ont définitivement tiré leurs rideaux en cascade. « Le Grillon, magasin de cadeaux, décorations et produits régionaux a fermé en 2011, la piste de la station de ski de la Bouloie fermée, le restaurant-hôtel du tremplin fermé, l’entreprise Néotec fermée, le bar Chez Chantal fermé, la fleuriste fermée, Boileau épicier ambulant fermé, le primeur fermé et le coiffeur fermé ». Une hécatombe à laquelle même des établissements de renommée n’ont pas échappé.

« Personne ne bouge, on arrive même pas à vendre les bâtiments mais on contine à être taxé » déplore encore notre interlocuteur. « Les aides au retour à l’emploi formations sont néantes, c’est désastreux ».




7 réactions sur “Bussang – Les commerces ferment les uns après les autres

  1. pepe

    ça n’est jamais que la suite inéluctable de l’évolution économique liée au paysage industriel du secteur.
    Vouloir y remédier maintenant semble aussi insurmontable que de vouloir faire revivre Pottecher, le Pitat, Fréchin, Houbre, Haffner … tous ces pourvoyeurs de clients à l’économie commerciale locale.
    L’autre solution qui consisterait à interdire les supermarchés, grandes surfaces et autre e-commerce ne paraît du reste pas plus réalisable (réaliste ?)
    Tout ceci n’en demeure pas moins bien triste et la « réserve touristique verte et/ou blanche » n’a sans doute pas fini de gagner du terrain… jusqu’au jour où, à son tour, cette « dynamique économique » subira les conséquences d’un marché concurrentiel plus adapté.

    répondre
    1. WILLIAM

      vous avez tout à fait raison pepe regardons ce paysage de Bussang c’est magnifique on a un théatre , un casino, un camping 5 étoiles ,une chance ; des eaux minérales qui coulent mais un centre de remise en forme et ouvrir notre vallée vers ventron , une bouloie magnifique , pourrions nous ne pas enfin oser , faire comme la Bresse innover vers le futur ; des jeunes ont des idées , des investisseurs qui pourraient nous amener des choses innovantes, regardons les autres stations de France nous avons des tas de créations qui donnent un plus coté tourisme , aidons notre jeunesse à monter des dossiers et les soutenirs financièrement dans leurs projets , on a un axe qui nous mène vers l’Alsace , on a tout pour être comme la Bresse mais osons ,innovons , on a tout et arrêtons les guéguerres de clochers ,et l’emploi suivra .

      répondre
  2. le luxembourgeois

    il est temps de redorer le blason de ce village surtout que lorsque nous voulons investir dans les vosges la chambre de commerce nous a parlé de la vallée morte donc vous avez compris on bifurque il est temps de vous réveiller, vous avez autant d’atout que la Bresse

    répondre
  3. ALSACIENNE

    Il n’y a pas de fatalité mais une sérieuse prise de conscience à prendre. Les touristes ne feront pas tout pour notre vallée. Les consommateurs ont un choix à faire et doivent prendre conscience de l’importance de notre richesse actuelle.

    Le dernier Buss info que nous avons reçu dans nos boîtes aux lettres nous « alerte » bien sur la suite des évènements,

    « L’administration de l’Education Nationale m’a donc déjà alerté sur la fragilité des effectifs de notre école et cela demande une attention particulière sur les prévisions à court terme.
    Nous risquons d’ores et déjà une fermeture de classe. Mais dans ce cas, la répartition des élèves dans les différentes classes et la difficulté de construire un projet éducatif cohérent pourraient influencer l’administration sur la décision à prendre et être un frein à cette fermeture »,

    Nous savons, mais que faisons nous ? La politique de l’autruche… Les commerces ferment, les entreprises délocalises, et demain se sera l’école aussi ?

    Regardez un peu la télé où, les agriculteurs se battent pour vivre de leur travail, les Taxis qui se mobilisent pour sauver leurs entreprises, et nous ont fait quoi… nous laissons faire, car c’est comme ça ?

    Des communes, des communautés de communes prêtent à taux 0 pour des sociétés des commerces qui vont mal, elles sont présentes aussi pour des créations d’entreprises. Ce n’est pas la seule solution.
    Car si les consommateurs ne font pas leurs achats dans notre village (commerce, artisans, libéraux..), la suite n’est pas un secret c’est la fermeture de ces derniers.

    Alors faite vos courses dans notre commune et pas seulement un petit peu pour se donner bonne conscience, mais un peu plus, c’est un petit geste qui pourrait sauver vos commerçants, artisans…

    répondre
    1. WILLIAM

      BUSSANG est l’exemple même de la désertification vous aviez tout mais vous n’avez pas vu les conséquences sur le long terme , un village vit si tout le monde y met du sien

      répondre
  4. lucie

    tant que les services/ administrations ne sont pas en danger on en a rien à faire de la fermeture des commerces entreprises mais dés que l’école la poste et les services administratifs sont en danger on commence à bouger ; mais il ne faut pas oublier nous sommes un tout ; et à force de faire l’autruche le mal va s’étendre

    répondre
  5. PIERRE

    on va visiter les cabanes dans les bois , les attractions à la Bresse , on met ces animations sur le site de l’office de tourisme mais à Bussang une luge d’été des cabanes dans les bois un centre de remise en forme , des télésièges pour agrandir les domaines de skis , un bowling une patinoire ….. pourquoi pas à Bussang , un touriste en 2016 attend cela et le reste suivra emplois compris Jean mi a bien osé , la concurrence est forte et les touristes vont là où ça vit . .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *