Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Climat – France : du froid au doux Le thermomètre va en effet repasser au-dessus des moyennes de saison dès la fin de la semaine pour s'y maintenir pendant au moins huit jours.

image_pdfimage_print
Photographie d'illustration.

Photographie d’illustration.

L’épisode de temps froid, qui concerne essentiellement le tiers nord de la France, va se poursuivre jusqu’à vendredi avant un changement de temps au retour d’une masse d’air plus océanique et donc plus doux. Frédéric Decker, de MeteoNews, fait le point sur ces conditions météo.

Du froid et un peu de neige. Quoi de plus normal en plein mois de janvier au coeur de l’hiver. Une partie de la France, principalement le tiers nord, subit une petite vague de froid avec des fortes gelées et peu ou pas de dégel ces derniers jours entre les frontières du nord-est et la Normandie. Ce mercredi matin comme hier, c’est à Mourmelon-le-Grand, dans la Marne, qu’il a fait le plus froid avec -11 degrés. Une valeur basse, mais loin d’être exceptionnelle. Ailleurs, on notait -10 à Charleville-Mézières, -9 à Creil et Reims, -8 à Pontoise, -7 à Metz, -6 à Strasbourg et Dieppe, -5 au Touquet… Des valeurs que l’on rencontre finalement assez fréquemment au cours d’un hiver « classique ». Quelques régions n’ont pas connu de dégel mardi après-midi entre l’Alsace et la Haute-Normandie, avec des maximums compris entre -2 et 0 degrés.

La dernière vague de froid remarquable remonte à février 2012 avec une première quinzaine glaciale, notamment sur les régions enneigées, avec des températures qui avaient pu dégringoler jusqu’à -15 à -20 degrés, et des valeurs diurnes fréquemment comprises entre 0 et -5 degrés, sur toute la France quasiment à cette période. En prenant davantage de recul, on retrouve surtout les fameux grands hivers des années 80, notamment les trois consécutifs : 1985, 1986 et 1987 avec des vagues de froids exceptionnelles à la fois dans l’intensité et dans la durée, inégalées depuis. Et en remontant plus loin encore, le très long hiver 1962-1963 paraît inatteignable de nos jours, avec des conditions anormalement froides quasiment ininterrompues durant plus de trois mois. Sans oublier le froid meurtrier de février 1956, ou encore de fin janvier et début février 1954 avec l’appel de l’Abbé Pierre.

Rien de tout cela cette année. Notre temps froid actuel va nettement reculer voire disparaître entre vendredi et ce week-end. En effet, les dépressions atlantiques vont venir contrarier l’air froid présent dans les basses couches et le chasser, le remplaçant même par une certaine douceur. Vendredi matin, MeteoNews prévoit encore jusqu’à -8 en Lorraine, 0 à Paris et 10 à Brest. Il dégèlera partout dans l’après-midi. Le redoux se poursuivra samedi. Les gelées disparaîtront quasiment partout et le thermomètre affichera 10 degrés et plus dans l’ouest et le sud, jusqu’à 17 dans les Landes. Douceur plus marquée encore par la suite avec 10 degrés et plus sur les trois-quarts du pays dimanche : 11 à Paris et Lyon, 14 à Rennes, 16 à Bordeaux, 18 à Mont-de-Marsan… contre 4 degrés à Strasbourg et 8 à Dijon. Douceur qui devrait encore s’imposer toute la semaine prochaine, alors qu’une vague de froid déferlera sur l’extrême est de l’Europe.

Après plus de deux mois de douceur remarquable voire extrême, le froid actuel, modéré et assez réduit géographiquement, n’aura été qu’un petit intermède. Le thermomètre va en effet repasser au-dessus des moyennes de saison dès la fin de la semaine pour s’y maintenir pendant au moins huit jours.

Frédéric Decker, MeteoNews SA, mercredi 20 janvier 2016, 11 h.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *