Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Saulxures-sur-Moselotte – L’année commence par une vente aux enchères au centre-ville

image_pdfimage_print

WP_20160118_12_38_53_Pro

Au centre de Saulxures-sur-Moselotte, les commerces ferment les uns après les autres.  C’est ainsi que dans l’avenue Jules-Ferry, après avoir été placée en liquidation judiciaire le 24 novembre 2015, la Petite Boutik sera mise aux enchères le vendredi 22 janvier 2016 à partir de 14 heures 00. Cette vente portera sur l’ensemble du fond de commerce : librairie, bricolage, souvenirs et articles de pêche.

WP_20160118_12_38_35_Pro WP_20160118_12_38_15_Pro 




11 réactions sur “Saulxures-sur-Moselotte – L’année commence par une vente aux enchères au centre-ville

  1. maxime

    en core une fermeture de petits magasin, encore une vente aux enchères bradée, messieurs les politiques que faites vous pour le devenir de tous ces petits commerçants qui n’ont droit à rien pas de chômage , ni aide au retour à l’emploi, à la formation .Ce sont des forces vives le temps qu’ils travaillent , mais que faites vous quand le navire coule ; on sait que le RSI noie ces professions,on pleure la fermeture de ces magasins dans les villes et villages mais que faites vous ,d’autant que la cause est bien évidente sans compter les liquidations qui trainent en longueur certains dossiers doivent bien etre poussièreux mais quand on voit ce qui se passe dans certaines usines je trouve cela ignoble de faire l’autruche face à la détresse de tous ce petit monde de petits commerces , vous etiez bien content avant de la avoir mais ne pleurez plus sur vos villes et villages envahis par des fond de commerce fermé , et le pire on met des trompes l’oeil dans certaines villes pour faire moins moche ; je trouve cela ignoble je pense à vous monsieur le libraire, monsieur le quincailler et tous les autres , vous avez été mais ils n’ont pas su vous voir toutes les heures , les jours d’ouvertures , peu ou pas de vacances , pas de salaire car vous avez trop de charges , ils ont fermé les yeux et ils pleurent , mais c’est avt qu’il faut agir déjà les communes doivent montrer l’exemple et les faire bosser et surtout ouvrir les yeux sur le pourquoi merci les grandes surfaces merci les camions d’outils on ne peut pas tout avoir.Sachant qu’après une liquidation on vous laisse tomber même pas un suivi pour le coup que vous prenez , vous culpabilisez et c’est aussi le burnout mais personne ne s’en occupe .

    répondre
  2. froissard

    Après l’emploi, les services publics, les commerces de proximité disparaissent à leur tour . On assiste à la mort programmée de nos villages si rien n’est fait. Nos politiques ont dit  » on a tout essaye- on ne peut pas tout  » quelle imposture .Il y faut de la volonté .les modes de vie ont changé: on habite à un endroit-on travaille ailleurs- on fait ses achats autrement, par commodité . Le pouvoir d’achat en baisse ne favorise pas le petit commerce, qui pourtant offre un accueil chaleureux et un service de qualité . la grande distribution a capté, par différentes astuces, la clientèle qui, achète tout et n’importe quoi . Le poids des charges est écrasant pour le commerce et l’artisanat, alors que les aides sous forme d’allègement de cotisations sociales et d’exonérations fiscales, coulent à flots, pour le capitalisme mondialisé, aivide de rentabilité immédiate pour faire toujours plus de profits . Les budgets des collectivités locales sont asséchés par la diminution des dotations, alors que leurs compétences, plus nombreuses, sont couteuses . la clause de compétence générale, pour le moment,ecore les autorise à intervenir dans le domaine économique. mais on sait qu’elles ont des priorités . Il faut aller chercher ici ou là des retours d’expérience, pour revitaliser les centres bourgs, qui ont besoin d’animation, pour soutenir l’activité du petit commerce. le consommateur doit se poser les bonnes questions, sur ses choix

    répondre
  3. WILLIAM

    LE SERVICE PUBLIC EST EN DANGER , on parle de ces petits commerces, mais avt d’en arrriver là le petit commerce a pleuré et le service public tournait; mais combien on fait l’autruche ; on bouge car ça commence a être inquiétant mais nous sommes une chaine les maillons lâchent petit à petit et tous on aura les effets .

    répondre
  4. WILLIAM

    Que devient l’entrepreneur après la mise en liquidation de sa société?
    | Le 07/05/2009
    Et après la liquidation de l’entreprise, que se passe-t-il? Qui aide et accompagne les entrepreneurs? Qui s’en préoccupe?

    Aujourd’hui, en France, la fosse commune existe encore, nourrie par des centaines de nouvelles victimes tombant toutes les semaines, et malheureusement, ce n’est pas une image.
    Pour elles il n’y a aucun tapage médiatique, aucune révolte et socialement rien n’est prévu. Ces victimes sont les entrepreneurs.
    Les intéressés sont poursuivis et nous le comprenons, par le système judiciaire, les banques, et très souvent par les créanciers, dans le cadre de la liquidation. Ces hommes et ces femmes fragilisés ont l’impression de subir au quotidien une véritable torture psychique, sombrant pour certains dans la dépression, le dénuement, l’isolement jusqu’à très souvent l’explosion de la cellule familiale; quand un suicide ne survient pas.

    Pourtant tout avait bien commencé, l’entrepreneur au moment de la création ou de la reprise de sa société est accompagné pas à pas, défendu, protégé. Toutes les structures existantes aident l’entrepreneur en tant qu’entité économique, on ne voit en lui qu’un vecteur de réussite et de plus value pour le pays. Mais quand la machine s’emballe…

    répondre
  5. froissard

    il ne faut plus rien laisser passer aux décideurs politiques et économiques, qui ne doivent pas décider de nos vies – reprenons notre destin en mains .Ouvriers, paysans, commerçants et artisans sont livrés aux appétits d’un système économique qui écrase tout sur son passage:les hommes et leurs idées,puis leur combat. regardez ces salariés d’Air France et de Gooyeer, condamnés comme des criminels, pour avoir défendu leur emploi et leur droit à la diginité. Les patrons voyous, les bandits de la finance paradent sous les ors de la République, avec leurs complices au pouvoir. selon que l’on soit riche ou puissant, on n’est pas voué au m^me sort devant la justice de classe, qui frappe aussi d’autres catégories sociales.les petits commerçants et artisans,confrontés, à la faillite, dépôt de bilan, sont les forces vives de nos territoires . Aidons nous les uns les autres – nous sommes sur la m^me galère . Ne plus se taire, ne plus accepter, se battre pour faire rendre gorge à tous ces voyous,lakfrats,bandits de la politique et de la finance. c’est le seul combat qui vaille

    répondre
  6. Jacqueline

    Le législateur avait pris conscience de ce phénomène. Il avait même interdit les permis de construire pour bloquer la surface au sol de la grande distribution. Qu’en est-il 10 ans plus tard ? Les freins n’ont pas fonctionné ! On regarde à Remiremont pour commencer.
    Du chantage à l’emploi ou autre ont fait les dérogations aux restrictions de surface .
    Même Nancy se plaint que ses commerces ont disparu. Ce sont 8 zones en périphérie du centre ville qui sont nées. Il existe la nouvelle façon d’acheter en ligne avec internet et les camions, camionnettes de livraisons.
    J’ai lu de bonnes analyses en amont. On peut marquer les pages du livre d’histoire mais pas les empêcher de tourner. On sait que le petit commerce est lié à la démographie du monde du travail , et pas celui des chômeurs ou des touristes. Celle ou celui qui travaille vit plus de 11 mois l’an dans son habitation principale. Même si les retraités sont nombreux, ils n’ont pas gros pouvoir d’achat. Il faut regarder les chiffres statistiques des gens qui travaillent véritablement au village, les comparer avec ce qui « était » et ce qui est promis demain.
    Quand j’étais petite, mon père, artisan parlait de la concurrence déloyale à cause du marché commun. Lui n’aurait certes pas applaudi à la Grande Europe qui a fait fuir les industriels…

    répondre
  7. WILLIAM

    nos politiques ne voient que le fric mais qu’ils ne pleurent pas ils sont responsables tous , on n’a pas géré les conséquences, le pire certaines communes gèrent des stations services, achètent des magasins mais où on va , les maires devraient aller voir les commerçants et voir si ça va et si il y a problème voir une solution mais ils ne s’occupent pas de leurs petites entreprises , les grandes surfaces gèrent le pays .J e ne les plains pas ces communes trouver une solution pour redonner l’envie a des jeunes de monter leurs boites et surtout que la population joue le jeux .Juste un mot tout cela était prévisible depuis longtemps

    répondre
    1. Jacqueline

      ….Eh oui William ! bonne analyse !
      A tous les niveaux , on voit que les politiques qui devraient orienter les choses sont prises aux pièges des décideurs. Je comprends à présent la philanthropie dans laquelle s’engage quelques richissimes personnes qui ont gagné tant d’argent. Leur conscience leur dictent qu’il faut « faire qq chose » à présent que tout est ruiné.
      Le monde est parti sur une dérive de délocalisations. Il fallait pour tous aller voir ailleurs, y gagner davantage avec des ouvriers payés peu cher. Les communes ont perdu les employeurs. Plus tôt, tout le monde a applaudi.
      C’est du protectionnisme qu’il fallait faire ! Même un artisan doit être compétitif dans son pays. Quand je dis que les grandes villes sont aussi touchées, je cite juste en exemple un fournisseur de mobilier en kit du nord de l’Europe qui s’est implanté en France. Face à lui: le menuisier ! lui est un artiste , mais il est plus cher. On ne doit jamais interdire les importations: il faut juste les taxer à hauteur du coût de réalisation du produit équivalent made in France total. En haut lieu, par intérêts, copinage, imbécilité, on a choisi l’euthanasie pour le peuple.
      Pas de gros mots avec: gauche ou droite: Ils font la même chose.
      Les maires sont dirigés et n’ont plus trop de choix . Dans l’urgence, ils doivent agir . Ce sont presque toujours des gens amoureux de leur village: ils souffrent beaucoup de ne pouvoir agir.
      Vous avez raison William, ce n’est pas à la Mairie de payer avec des impôts un fonctionnaire dans une station pour vendre du carburant.
      Il se passe qq chose de grave dans ce pays. Mais comme sur son canapé on voit le foot à la tv sur un bel écran made in… et en couleur . Tout va bien.

      répondre
  8. froissard

    la vente aux enchères est un procédé indigne qui convient bien aux chacals du commerce et de la finance, qui acquièrent à vil prix, le bien de particuliers, commerçants ,artisans, au bout du rouleau qui ne peuvent plus s’en sortir . Que va faire maintenant l’acheteur de ce bien ? Tout fout le quand dans nos Vosges et à Saulxures, tout particulièrement en ce moment: les services publics de proximité-les commerces et les entreprises avec leurs emplois. Tout cela n’est pas une fatalité.C’est la conséquence de choix politiques et économiques qui enfoncent notre pays davantage chaque jour dans la crise.Nos élus regardent les trains passer.Il faut en appeler à la mobilisation citoyenne, pour défendre ce qu’il reste et préparer un nouveau projet de territoire, avec les habitants . On ne peut se faire complice d’un système et de sa loi d’airain qui sacrifie nos vies. Ceux qui aujourdhui laissent faire devront en rendre compte. Au besoin nous les remplacerons

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *