Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Economie – La Compagnie Vosgienne de la Chaussure cherche un repreneur

image_pdfimage_print

!cid_4234EA662DBE45698EC9CE55D477A024@Portable

La Compagnie Vosgienne de la Chaussure pourrait changer de mains. Vivarte, son propriétaire, cherche à s’en séparer. 140 emplois seraient menacés.

Née en 1896 à Rupt-sur-Moselle, la Compagnie Vosgienne de la Chaussure (CVC) est la seule entreprise de production du Groupe Vivarte. Elle est basée exclusivement à Champigneulles depuis la fermeture en 2005 de son site historique de Rupt-sur-Moselle qui employait 124 salariés. Parallèlement, l’usine de Champigneulles avait fait l’objet d’une réduction de ses effectifs portant sur une centaine de ses 240 postes.

Du bas de gamme aux marques, la CVC produit des chaussures commercialisées ensuite par les différentes enseignes du Groupe : André, Besson, Beryl, San Marina, Minelli, La Halle aux chaussures, Merkal et Fosco.

A présent, le groupe Vivarte a annoncé son intention de la céder. Il serait à la recherche d’un repreneur. Un porte-parole du groupe Vivarte a précisé que « L’objectif est d’assurer la pérennité de la CVC » et que le repreneur potentiel sera choisi « en fonction de son projet industriel et d’un niveau d’engagement social satisfaisant« .

Et pour cause, l’entreprise est confrontée a des « difficultés financières du fait d’une baisse des commandes » comme l’a expliqué à l’AFP Karim Cheboub, coordinateur CGT du groupe. C’est ainsi que le dernier exercice s’est conclu sur une perte de 2,5 millions d’euros.

Elle n’a plus investi ni dans le recrutement de son personnel, ni dans l’outil de production. Avec 140 employés, la moyenne d’âge du personnel est actuellement de 52 ans.

A l’origine, la restructuration devait permettre de fabriquer des chaussures haut de gamme. Mais c’est impossible selon le personnel.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *