Search
samedi 2 juillet 2016
  • :
  • :

Santé – L’inévitable fusion des maternités publiques de Remiremont et d’Epinal ! Mais sur lequel des deux sites ?

image_pdfimage_print

18 applaudissements

Quelque 150 personnes sont venues manifester leur opposition au projet de fermeture de la maternité de Remiremont, ce jeudi 11 février 2016 devant le centre culturel Gilbert-Zaug, alors que le comité syndical du pays de Remiremont et de ses vallées s’y réunissait avec notamment à l’ordre du jour une rencontre avec Valérie Bigenho-Poet, Déléguée Territoriale Vosges de l’Agence Régionale de Santé, et de Mathieu Rocher, Directeur par intérim du Centre Hospitalier de Remiremont.

Ecrit par David Jeangeorges.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.

21 M. M-Rocher)

Mathieu Rocher, directeur par intérim des centres hospitaliers d’Epinal et de Remiremont a parfaitement résumé la problématique. Les deux bassins d’Epinal et de Remiremont comptent trois maternités dans un contexte de baisse de la natalité. Entre 2009 et 2015, les Vosges ont perdu 500 naissances par an. Une chute que la situation économique n’est pas près d’enrayer. A elle seule, la clinique privée de la Ligne Bleue génère plus de naissances  (1.500) que celles, publiques, d’Epinal (500) et Remiremont (850) réunis soit 1.350.

« Le statu-quo actuel n’est pas tenable à 5 ou 10 ans » martèle Mathieu Rocher. « On a besoin de temps pour faire travailler les équipes ensemble. Il n’y a rien de magique, rien de formidable. Mais clairement, une absence de décision risque de générer une décision qui s’impose à nous ».

Bernard Godfroy a présidé la séance aux côtés de Mathieu Rocher et de Valérie Bigenho-Poet.

Bernard Godfroy a présidé la séance aux côtés de Mathieu Rocher et de Valérie Bigenho-Poet.

Dans le cadre de la communauté hospitalière mise en place en juin 2013 entre les deux établissements publics, les partenariats doivent en principe se développer et se compléter. Bernard Godfroy, président à la fois du conseil de surveillance du centre hospitalier et du pays de Remiremont et ses vallées, a expliqué qu’un expert, venu du Sud de la France, le docteur Khazzaka, a été mandaté par les deux établissements pour analyser la situation. Cet expert a formulé deux propositions. La première, un regroupement des trois maternités  sur le site de la Ligne Bleue mais le secteur privé ne souhaite pas entrer en partenariat.

30 lits de moyen séjour et une unité de soins palliatifs en contrepartie à Remiremont

06 La salleLa deuxième, le docteur Khazzaka envisage un regroupements de deux maternités à Epinal. En contrepartie, 30 lits de moyen séjour seraient transférés à Remiremont et une unité de soins palliatifs y serait créée. « Cela engendre une fermeture d’un service indispensable à  notre bassin » constate Bernard Godfroy conscient que « la nécessité de fusionner les deux maternités publiques est évidente. Mais deux maternités situées à 4 km de distance à Epinal éloignerait les parturientes du sud des Vosges et de la Haute-Saône ».

Chaque établissement avance ses arguments, Epinal son attractivité médicale, Remiremont sa capacité à accueillir l’ensemble de l’activité, le chiffre de 1.350 naissances par an ayant déjà été atteint dans le passé.

Bernard Godfroy relève également que « le positionnement à Remiremont permettra d’utiliser au mieux les équipements existants et d’éviter des frais supplémentaires par la construction d’un nouvel établissement à Epinal ».

« Une concurrence mortifère » selon Valérie Bigenho-Poet

15 remise de la p+®titionLorsque Valérie Bigenho-Poet prend la parole pour exposer la situation, Cédric Delacôte vient lui remettre les 12.900 signatures de la pétition contre la fermeture qu’il a lancée sur internet. Il est relayé par les personnel hospitalier qui, pour sa part, avance 10.000 signatures.

Valérie Bigenho-Poet rappelle la volonté de l’Agence régionale de santé de maintenir l’offre hospitalière. Et si la question du regroupement se pose, c’est que « les deux établissements se trouvent dans une fragilité financière. De plus, ils devront faire face à l’évolution des pratiques ».

Le projet médical est porté par les deux communautés hospitalières et repose sur sept filières dont le pôle mère-enfant. « Il faut mettre en place une complémentarité au risque de créer une concurrence mortifère » souligne Valérie Bigenho-Poet avant de préciser que « le retour des travaux est attendu en juin 2016 ».

Un manque de transparence selon François Vannson

Bernard Godfroy avait invité François Vannson.

Bernard Godfroy avait invité François Vannson.

François Vannson dénonce « le manque de transparence dans l’exposé du dossier. J’ai attiré l’attention de la Ministre de la Santé. Très clairement, on sent bien un mauvais coup. 850 naissances contre 500, il n’y a pas photo. En deça de 300 accouchements, la question se pose ce qui n’est pas le cas. Je ne vois pas pourquoi Remiremont en ferait les frais ». Il relève aussi que « Remiremont n’est pas en sous-effectif avec cinq praticiens pour 2,5 à Epinal ». Le député dresse un large satisfecit de la maternité de sa circonscription : « tout le monde est content de l’activité de la maternité de Remiremont. J’ai une pensée pour ces praticiens qui ont une haute idée du service public. Si demain Remiremont devait fermer, ce serait à plus de 30 minutes pour Bussang et La Bresse ».

François Vannson note également que « l’attractivité de Remiremont dépasse les frontières du département car elle impacte aussi la Haute-Saône. La sécurité mère-enfant serait impactée. Cette mobilisation est très importante, il faut aller au delà ».

La semaine prochaine, le parlementaire rendra public une analyse de la situation qu’il fait réaliser. En attendant, « il faut encore muscler notre argumentaire ».

Des élus inquiets

Jérôme Mathieu.

Jérôme Mathieu.

Tour à tour, des élus des vallées ont pris la parole, Jérôme Mathieu (La Bresse) se demande « si l’offre hospitalière de Remiremont va se limiter aux personnes âgées et à la fin de vie où est-ce que l’on maintient une offre hospitalière complète ? », Jean-Claude Dousteyssier (Ventron) redoute « que les parturientes de la montagne se replient sur les maternités de Colmar, Mulhouse et Belfort, plus proches que celle d’Epinal et là, c’est sûr le nombre de naissances va encore baisser dans les Vosges », Dominique Peduzzi réclame que « l’on puisse construire quelque chose de vraiment différent », Didier Houot (Vagney) se demande « qui va prendre la décision », Hervé Vaxelaire (Saulxures-sur-Moselotte) chiffre « à un million de kilomètres de plus par an le bilan carbone d’un transfert sur Epinal » et Patrick Lagarde (Cleurie) veut connaître l’échéancier. « En juin 2016 » confirme Valérie Bigenho-Poet.

« Quel est le poids politique de tout cela ? » se demande le Docteur Henry

23 intervemant3Ancien chef de la maternité de Remiremont, le Docteur Henry se demande « pourquoi supprimer la maternité de Remiremont et remettre une deuxième maternité à 4 kilomètres  de la clinique privée d’Epinal  tout en dégarnissant les vallées des Hautes-Vosges ? ».

Surtout, il se pose « la question du poids politique de tout cela. Christian Poncelet n’est plus élu et immédiatement derrière surgit ce projet de fermeture de la maternité de Remiremont ».




14 réactions sur “Santé – L’inévitable fusion des maternités publiques de Remiremont et d’Epinal !

  1. BEDEZ STOUVENEL Jacqueline

    Le tout est de savoir maintenant qui sera le plus fort, entre Michel HEINRICH et François VANNSON.

    Le découpage du département en 3 secteurs, OUest – centre et Est fait disparaître Remiremont, trop près d’Epinal.
    Il faut rattacher Remiremont à l’Est, à la montagne et jouer sur l’offre montagne, la distance… Peut-être…

    Il va falloir se battre pour ne pas devenir un désert…

    répondre
    1. zizou88

      Ils seront tous les 2 vainqueur, car ils seront encore en place dans 10 ans. Se sont eux eux nos élus les responsables, à force de toujours éloigné les citoyens des décisions . Aujourd’hui ils sont les 1er à organiser la fusion des comcom sans aucun débat public, toujours dans leurs propres intérêts. Pour la maternité pas bol ça vien d en haut ( enfin leurs amis de parti.) A force d éloigné les citoyens des grandes décisions, on retrouve lefn en tête des élections. Seul le pouvoir et leurs indemnités les interessent. Pas un jour sans l annonce de la fermature d un service public. Enfin comme ils le disent si bien c est la mutualmutualisation !

      répondre
  2. PHILIPPE

    Et oui, le Docteur Henry a traduit la bonne question du poids politique dans le cadre de cette affaire : il manque désormais l’homme de la situation, celui qui savait associer les actes à la parole : Monsieur Christian Poncelet. Par ailleurs, dans ce dossier, la surprise est aussi de constater que si les maires des vallées ont pris la parole et s’inquiètent, rien par contre de la part de leurs collègues de la périphérie de Remiremont (hormis Patrick Lagarde, maire de Cleurie). Où est le soutien communautaire autour du président Bernard Godfroy ?

    répondre
  3. LAGARDE

    tout fout le camp,
    maintenant pour avoir un hôpital,une maternité,une gendarmerie une école
    il faut que ce soit « RENTABLE » jules FERRY n’avait pas pensé à cela.
    et après il y a des drames comme les bus accidenté, ben oui plus les gens se déplacent plus on augmente le risque d’accident,ah et la pollution dans tout cela qui y pense ???
    alors nos intello, demander aux petites gens leur avis

    répondre
  4. LAVERGNE François

    Une fois de plus, on laisse les Vosges en arrière, on les abandonne totalement en tous domaines …. Que nous restera-t-il sinon des centres d’impôts?
    Il faut nous battre, refuser de céder à la provocation permanente en tous domaines, à la volonté de désertification, d’abandon si ce n’est de rejet (un exemple entre autres ; qui sait , lors des diverses météos principalement, que les Vosges montagnes sont vosgiennes et pas nécessairement lorraines ou alsaciennes?) .
    Il faut nous rebeller, il faut une révolution. balayer TOUS les incompétents confortablement installés dans leurs diverses prérogatives, ceux qui absolvent les bandits de tous poils, les profiteurs en tous genres, et poursuivent les petits, les policiers, les profs, les chrétiens au nom d’une laïcité détournée, affabulatrice…..
    Les vosgiens doivent retrouver leur dignité sous toutes ses couleurs!

    répondre
  5. J.LOU

    remplacer une maternité par une unité de soins palliatifs prouve le dynamisme d’un département qui a perdu 500 naissances l’an dernier !!!! le constat est terrible

    répondre
  6. DEMENGEON Elise

    Peut-être serait-il bon de vérifier l’exactitude des chiffres des différentes maternités afin de ne pas faire de jugements hâtifs :
    La maternité d’Épinal Emile Durkheim a fait 540 naissances l’année passée, sachant qu’elle comptait autour de 600-650 ces dernières années.
    La maternité de Remiremont à quant à elle aussi baissé progressivement pour atteindre 800 naissances, même chose pour l’Arc-en-Ciel qui en est arrivée à 1100 naissances.
    Petits détails, certes, mais importants pour les personnes concernées,

    Cordialement.

    répondre
  7. pierrot

    LE SOIN PALLIATIF nous montre bien la bonne santé de nos vallées; tous nos élus manifestent mais vu l’économie de ces 10 ans la fuite de nos jeunes dans nos régions plus dynamiques, la diminution des naissances , comment voulez vous ,on en arrive à cela ; il est tans de miser sur l’emploi la création d’entreprises dans nos vallées , je ne suis pas surprise par ces fermetures on est plus vers une politique de 3 eme age que de familles et jeunes enfants et emploi ; une politique qui a fait l’autruche aux fermetures du textile, au fermeture de grosses et moyennes et tres petites entreprises, ça fait 10 ans que l’on ferme progressivement des boites là on a la santé , les école et administrations qui sont touchées et on manifeste mais je m’inquiète que de PARIS on vise sur le futur mais on a plus de décès que de naissances et d’arrivée de familles dans nos vallées, on construit en pensant au retraités du futur mais notre jeunesse du présent on ne s’en n’est pas trop intéressée , les enfants sont les adultes de demain mais au rythme du développement économique et de la vie de nos villages et villes ,qui sème le vent récolte les fermetures

    répondre
  8. zizou88

    Tous nos politiciens sont responsables, a force de décidé sans consulter les citoyens. Il est temp que l on redonne la parole aux citoyens. Ce sont eux qui nous parlent de mutualisations avec les comcom région ect et voila ou on en arrive.
    Donnons la parole aux citoyens !!

    répondre
  9. Bernard

    C est vrai que remiremont est bien proche d Epinal surtout maintenant avec l aménagement routier . Par compte si on veut sauver la montagne , pourquoi ne pas réinstaller une maternité au cœur des hautes Vosges , soit a gerardmer !

    répondre
  10. étonné

    Bonjour
    Ce n’est que le début de la désertification , dans quelques années l’ hôpital de Remiremont ne fera partie que des souvenirs, il va falloir rentabiliser le nouvel établissement d’Epinal, à quelques minutes en voiture.

    répondre
  11. lener-v

    C’est simple !! Il y aurait une maternité à Épinal, arc en ciel, donc logiquement la 2ième à Remiremont !!!! Pourquoi 2 sur Épinal et 0 à Remiremont !!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *