Search
mercredi 7 décembre 2016
  • :
  • :

Hiver 2015-2016 record de chaleur en France

image_pdfimage_print

L’hiver météorologique s’est terminé le 29 février. Le bilan est sans appel : l’hiver 2015-2016 est le plus chaud observé en France depuis les premiers relevés météo, selon MeteoNews. Moyenné sur le réseau de stations installé après la seconde guerre mondiale, il indique une température moyenne nationale de 7,9 degrés.

La douceur a été omniprésente tout au long de cet hiver, en particulier en décembre (+3,7 degrés), mois extrêmement chaud et hors-normes, le plus chaud depuis les tout premiers relevés météo en France au milieu de 17e siècle. Bien que moins extrêmes, janvier (+1,8 degrés) et février (+1,4 degrés) ont été très doux, maintenant la moyenne de la saison largement au-dessus de la normale 1981-2010. Au final, avec 7,9 degrés de température moyenne nationale, calculée sur 170 stations métropolitaines, l’hiver 2015-2016 dépasse la normale de 2,3 degrés. Il bat les 7,7 degrés de moyenne de l’hiver 1989/1990 dont la douceur extrême était surtout due à un mois de février historiquement chaud, largement plus doux que février 2016. En consultant les relevés parisiens les plus anciens, datant de 1658, on ne retrouve pas trace d’un hiver aussi doux. Il faut sans doute remonter à l’Optimum Médiéval, période chaude de l’an 800 à 1300 environ, pour trouver un hiver aussi doux ou plus doux que cette année.

600px-Tempes-graph-hiver201516

Quelques courtes périodes de temps modérément froid se sont invitées mi-janvier et en février, un peu plus finalement qu’au cours de l’hiver 2013-2014, un peu moins doux en moyenne que cette année, mais plus régulier.

Peut-on lier cet hiver extrêmement chaud au réchauffement climatique ? Oui, c’est un fait. La multiplication des hivers doux depuis 30 ans s’inscrit parfaitement dans le contexte de réchauffement climatique, qui touche toutes les saisons. Attention toutefois à la « chute ». Le réchauffement actuel n’empêchera pas, dans une avenir plus ou moins proche, de renouer avec des conditions climatiques très froides en France et en Europe lors des prochains hivers.

Beaucoup d’eau

Février a été très pluvieux. La France a reçu en moyenne 95 mm de précipitations dans le mois, soit un excédent de 73%. Depuis 1946, cinq mois de février ont été plus arrosés que cette année : 1957, 1970, 1972, 1977 et 2014, le record appartenant à février 1957 et ses 114 mm de précipitations.

Régulières et souvent abondantes, les pluies se sont surtout concentrées dans le sud-ouest du pays. Il est tombé 151 mm à Bordeaux, 284 mm à Biarritz, un record qui pulvérise février 1989 et ses 202 mm, et jusqu’à 296 mm à Socoa ! C’est à Montpellier qui a le moins plu : 36 mm seulement.

Dans son ensemble et malgré un mois de décembre record de sécheresse, l’hiver est plus arrosé que la normale, janvier et février ayant rattrapé et dépassé le retard du dernier mois de l’année 2015. L’hexagone a en effet reçu 218 mm de précipitations (pluie et neige) au cours de l’hiver pour une normale de 199 mm, soit un petit excédent de 10%.

Ensoleillement dans les clous

Comme pour les précipitations, l’ensoleillement très important de décembre a été comblé par des mois de janvier et février plus sombres qu’habituellement. Le soleil a brillé 269 heures en moyenne sur notre pays durant ces trois mois d’hiver, dont 110 en décembre, puis 70 heures en janvier et 89 heures en février. Ce total trimestriel est tout proche de la normale 1981-2010, établie à 274 heures.

En janvier et février, le retour de conditions beaucoup plus dépressionnaires et humides ont maintenu une couverture nuageuse souvent abondante, réduisant nettement les heures de soleil.

On retiendra donc de cet hiver 2015-2016 son extrême douceur, battant tous les records, non seulement depuis 1946, mais aussi depuis les tout premiers relevés thermométriques datant tout simplement de l’invention du thermomètre et de son installation dans quelques capitales dont Paris, au milieu du 17e siècle. Les précédents hivers très doux ont assez souvent été suivis de printemps doux voire chauds. Ce ne sera pas forcément le cas cette année…

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *