Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Hôpital : l’expert missionné par l’ARS présente ses constats

image_pdfimage_print

WP_20160123_14_46_51_Pro

La signature de la communauté hospitalière de territoire en 2013, en présence des Maires d’Epinal et de Remiremont, a permis d’engager une démarche de coopération entre l’hôpital d’Epinal et de Remiremont sur plusieurs spécialités essentielles de l’offre de soins. S’agissant de la filière mère/enfant, l’ARS a missionné une expertise médicale qui présente un point d’étape le 10 mars.

Depuis 2013, année de signature de la Communauté Hospitalière de Territoire (CHT), les deux établissements publics d’Epinal et de Remiremont œuvrent pour mettre en place un partenariat renforcé dans le but d’optimiser les parcours de soins. Il s’agit, spécialités par spécialités, de mieux coordonner l’offre au bénéfice de la population.

A ce jour, suite aux travaux déjà engagés, les communautés hospitalières d’Epinal et de Remiremont ont décliné le futur projet médical en 7 filières : – Femme mère/enfants – Chirurgie – Médecine – Oncologie – Gériatrie – Urgences – Activités médico-techniques.

En juillet 2015, l’ARS a missionné 4 experts, responsables universitaires des filières gynécologie-obstétrique, pédiatrie, néonatalogie, anesthésie-réanimation pour faire des propositions destinées à élaborer une stratégie de moyen terme en matière d’offre de santé périnatale.

Cette expertise est encore en cours mais l’ARS, a souhaité qu’un premier point soit fait sur le volet gynécologie-obstétrique le 10 mars prochain aux instances des établissements (Conseil de Surveillance et Directoire). Elle viendra alimenter les travaux du projet médical partagé de territoire. Dans le prolongement de cette expertise, le Dr Boussouf, chef de service de la maternité de Remiremont a été sollicité pour préparer le volet « mère-enfant » du futur projet médical partagé.

Constats de l’expertise

« Un projet médical commun pour garantir et pérenniser une offre publique de soin de qualité en périnatalité : une volonté portée par les deux équipes médicales d’Epinal et de Remiremont.

En considération de cette volonté partagée, l’expertise menée sur les activités de Gynécologie-Obstétrique, de Pédiatrie, de Néonatologie et d’Anesthésie-Réanimation s’est attachée à analyser les éléments de tension (démographie médicale, attractivité, permanence des soins….), à étudier les freins et les opportunités pour présenter des orientations qui devront être travaillées par les deux communautés hospitalières.

Une démographie médicale fragile sur les trois spécialités « obstétriques, néonatologie-pédiatrie et anesthésie. La démographie médicale constitue un point majeur de difficultés des structures publiques (notamment au regard de la forte féminisation de la profession). Force est de constater que sur le territoire, a contrario du privé, les deux hôpitaux publics ne parviennent pas à recruter des médecins issus du DES Français depuis plusieurs années, alors que ces deux établissements sont terrain de stage d’internat.

Une permanence des soins (PDS) problématique : les professionnels actuels n’adhèrent plus au système d’astreinte à domicile, considéré comme incompatible avec une réactivité optimale en cas d’urgence. Désormais, les gardes sur place sont un critère d’attractivité pour les jeunes médecins, représentant un gage de sécurité pour les spécialités de la filière mère enfants (GO, pédiatrie, anesthésie).

S’ajoute à ces constats, la nécessité pour les services de respecter dès que possible les directives européennes relatives au temps de travail hebdomadaire (maximum 48h). Une attractivité à construire : au-delà de la problématique de la PDS, le souhait des jeunes professionnels est de pouvoir bénéficier de temps partagés avec l’établissement de recours (CHRU) et d’intégrer une organisation structurée.

Le défi des deux hôpitaux publics est d’offrir de telles perspectives. Une qualité de soin à garantir : cette qualité dépend directement de la qualité de recrutement médical présent et à venir et du projet médical dont l’objectif est de structurer une organisation de soins plébiscitée par les professionnels. L’éclatement de l’offre de soin sur les deux villes est un facteur majeur de fragilisation. Les actions de regroupement sont garantes d’une attractivité médicale, base de la qualité et de l’exhaustivité de l’offre de soin pour la population. Ce sujet est d’autant plus important au regard d’une démographie médicale vieillissante. Une offre à structurer : la baisse de natalité accuse une baisse beaucoup plus importante dans le département des Vosges par rapport au niveau national.

Néanmoins, le bassin spinalien apparait être plus favorable en terme de projection (ex : Sanchey, Golbey). Ces éléments pointent inévitablement la nécessité de regrouper les activités en vue d’améliorer les performances médico-économiques des structures, et ce, en garantissant des seuils d’activités efficients et attractifs pour pérenniser l’offre publique sur le territoire. » Extraits de l’expertise présentée par le Comité d’experts

Le travail d’expertise et d’évaluation se poursuit.




17 réactions sur “Remiremont – Hôpital : l’expert missionné par l’ARS présente ses constats

  1. METTETAL

    Bonsoir,

    Cette expertise (objective?….) surtout à partir des 2 derniers paragraphes laissent à penser que l’avenir de la maternité est très compromis.
    Il suffit de lire la 1ère phrase du dernier paragraphe je cite:
    Néanmoins, le bassin spinalien apparait être plus favorable en terme de projection….
    On peut par ailleurs y lire cet argument: Les actions de regroupement sont garantes d’une attractivité médicale, base de la qualité et de l’exhaustivité de l’offre de soin pour la population.sont garantes.
    Pour justifier la construction d’un CHI à Vesoul qui a entraîné la suppression des services essentiels des hôpitaux de Lure et Luxeuil, l’ARH de FC évoquait aussi à cette époque L’ATTRACTIVITE.avec comme argument:
    Hôpital flambant neuf et doté de matériels modernes et des plus performants.
    Je suis allé ce soir, sur le site du Centre National de Gestion qui gère les postes à pourvoir des Praticiens Hospitaliers pour septembre 2015:
    Pour le CHI de Vesoul: 16 postes de PH proposés !!! Tous disponibles, dont 5 postes prioritaires, 12 temps pleins et 4 en temps partiels.
    Où est l’attractivité du CHI de Vesoul ?
    Encore une fois, le schéma mis en place par l’ARS est strictement identique à celui mis en place pour le CHI de Vesoul et ses conséquences.
    Construction d’un nouvel hôpital à Epinal.
    Direction commune pour les 2 établissements hospitaliers.
    Projet médical commun entre les deux Hôpitaux =Fusion
    Quelles conséquences pour l’hôpital de Remiremont suite à la convention Groupement Hôspitalier de Territoire (GHT) qui sa mise en application est fixée au 1er Juillet 2016.
    Oui, encore une fois, vous devez rien lâcher!

    Denis METTETAL 70290

    répondre
    1. Patchouco

      C’est quand même étonnant quand le président de la CME spinalienne tutoie l’expert indépendant et relate qu’ils ont travaillé 10 ans ensemble…

      répondre
  2. Baptiste MOUGEL

    Cette expertise est tres intéressante .
    Nous n’avons plus les moyens au vu des déficits abyssaux ( sécu, état….) de maintenir le même niveau de service .
    Fusionner les deux établissements et ainsi supprimer la maternité de Remiremont est une décision de bon sens .
    Bravo l ARS pour cette pertinente proposition.

    répondre
  3. GRINCHEUX

    Bonjour,

    Rapport à charge comme pour nous préparer petit à petit à la fermeture et aux transferts des compétences de ce qui fonctionne vers Épinal. On voit, on entend également des tractations pour attirer et convaincre des praticiens pour rejoindre la ville de la préfecture. Cette fermeture entrainera dans son sillage la Néonat, une partie de la pédiatrie et ses consultations, idem pour la gynéco, le bloc, l’ORL moins actes au labo etc etc … autant dire une baisse d’activité et d’actes trés importants. Ou sont les économies ? sont elles chiffrées ? et pour finir ou presque pourquoi ne pas avoir construit un hôpital pour les 2 sites il y a 10 ou 20 ans ?
    GRINCHEUX le TRISTE

    répondre
  4. Jacqueline

    Le scribe rédacteur d’un tel rapport est mandaté pour cautionner la fermeture de la maternité de Remiremont. Je résume.
    Si on le laisse monter en grade, s/c d’un avis de Bruxelles après demain, il fera demain fermer Nancy au profit de Reims ou l’inverse: Une page ou 100 pages, c’est la même volonté administrative qui s’impose face au tollé que manifeste le peuple, ses élus.
    Pour la maternité de Remiremont, ils pourront écrire un livre. C’est une monumentale connerie que de persister dans cette voie. Tout le monde le dit haut et fort.

    répondre
  5. sam le pirate 2

    je pense que l ars à tâté le terrain ,à lancer les idées et regarde comment cela a réagi!Il ne faut pas lâcher mais il ne faut pas non plu opposer les deux hôpitaux ,les deux villes et les personnels hospitaliers,l ars n attend que cela pour imposer ces idées ,puisque l on ne peut pas travailler ensemble ,tant que l on arrivera à trouver des terrains d entente ,je pense que l ars nous laissera tranquille sur la mat et sur d autres projets( les urgences)!!
    il faut aussi que la population quand elle doit se faire opérer prenne conscience qu en allant dans le privé elle tue l’ hôpital public!!

    répondre
  6. Julien

    Il faut en finir avec ses élus locaux qui veulent tout au centre de leur village tout en faisant campagne pour ne pas augmenter les impôts
    Quelle démagogie !
    La dette de l’Etat est colossale, le déficit de la sécurité sociale est abyssal et chacun hypocritement veut Sa Poste , Sa trésorerie, Sa maternité, Sa Gare, Son lycée, Son école au plus près .
    Je félicite l’Ars pour son analyse et je suis pourtant né à la maternité de remiremont !

    répondre
    1. GRINCHEUX

      OUI partiellement d’accord mais les chiffres parlent pour le CH de REMIREMONT en nombre d’accouchements, praticiens, proximité de la population, équipement …
      Epinal à la ligne bleu, qu’ils s’associent et ne reconstruisent pas une maternité dans le nouvel hôpital. Mais la aussi aucune entente possible entre privé et public chacun campe sur ses positions.

      répondre
    2. JEAN

      Il est incompréhensible de fermer la plus grosse maternité publique du département au nom du DEFICIT. Le déficit n’est pas la responsabilité du CH de REMIREMONT mais de centaines de dossiers mal gérés. Quelles sont les économies engendrées par cette fermeture ?
      Mettre à presque 1 heure les futures mamans pour accoucher si tout va bien, trés bien mais en cas d’urgences ? . Qui portera la responsabilité quand il y aura un nouveau né mort ou lourdement handicapé sans oublier la maman ? l’ état ou les personnes qui prennent la décision aujourd’hui ?

      répondre
    3. Michel

      Fermer cette maternité active et très fréquentée c’est une fois de plus mettre le doigt dans l’engrenage de la désertification qui ne cesse de frapper nos vallées. Mais il y a d’abord la mise en danger des mamans et de leurs bébés : il faut imaginer que sur les communes de la Bresse et de Bussang, toutes les familles n’habitent pas au village ! Un accouchement qui s’annonce au moment où un bouchon se forme au Thillot, bonjour ! Cela étant dit on oublie les coûts indirects, ceux que l’état n’a pas dans ses budgets… les déplacements qui vont être à la charge de chacun, familles et personnel hospitalier. De plus, après la COP21 de Paris, on devrait avoir comme objectif la réduction de nos émissions de gaz à effets de serre, veiller à la qualité de l’air, etc. Gestions en contradiction des objectifs affichés par ailleurs. Ce que nous n’avons plus conscience concernant notre mobilité, est qu’elle se fait presque exclusivement en voiture. C’est devenu tellement banal, habituel que sommes tous tombés dans le panneau. On en rajoute chaque jour un peu plus puisque tout est mis en œuvre pour cela. Nous sommes devenus des esclaves, des prisonniers de cette pratique et c’est en permanence que tout ce délocalise. Parfois combien de km pour poster un lettre recommandée ! Pour en revenir à la maternité de Remiremont on sait très bien que presque tout le monde a une voiture, sans autre considération envoyons tout le monde à Épinal, donc une couche de plus ! Si, c’est très bien a dit l’expert : au niveau technique au top et des économies ! Globalement, quelles économies ?
      Pour terminer, dans quelques années j’imagine que toutes ces voitures n’iront qu’à Épinal, un jour peut-être Nancy ? Par conséquent il n’y aura plus aucune raison d’habiter Remiremont, Le Thillot, Cornimont ! Il n’y aura plus non plus aucune raison d’y installer une entreprise ! Alors que viendront faire les touristes chez nous, peut-être visiter les ruines industrielles, hospitalières ? Et puis eux aussi devront faire des km et des km pour se loger, faire leurs courses. Nous n’aurons plus d’usines, de services publics, mais des routes partout, partout et n’aurons plus la possibilité d’habiter une ville à taille humaine. Bon week-end quand même.
      Michel

      répondre
      1. Jacqueline

        Merci Michel de vos excellentes lignes. Il y a des gens lucides pour suivre et ne pas lâcher la cause.
        Le temps passe. En matière maternité, il est toujours compté.
        Pour aller en urgence à la maternité de Remiremont un jour d’affluence sur les route,même depuis Saint-Amé, Saint-Nabord, Rupt sur Moselle, c’est beaucoup de TEMPS passé sur la route.
        Parce que le temps passe, on est plus non plus en 1970 ou 1980 , à cette époque , moins de trafic, pas de code de route appliqué, les temps passés sur route en urgence étaient divisés par 2 OU 3 ! c’est vrai !
        Il faut absolument un véhicule prioritaire avec feux bleus pour ne pas aller en prison. Dans les urgences, ils y a des coïncidences qui peuvent emmener au désastre. Une maternité: c’est la joie, le bonheur, l’avenir. On nous programme l’inverse. Archi Nul !

        répondre
  7. Marie

    cette fermeture est programmée suivant des statistiques et les derniers recensements, vu la démographie de notre secteur, on a plus de personnes âgées que de jeunes, c’était prévisible depuis bien longtemps, mais on n’ a pas pensé plus loin; tout ferme dans nos vallées; pas d’usines, les jeunes partent depuis bien longtemps ; il y a plus d’enterrements que de naissances ; et de personnes agées dans nos villages , alors arrêtons d’être surpris il ne faut pas sortir de polytechnique,pour se faire une idée du devenir d’ici 5/10 ans de notre secteur .

    répondre
    1. Jacqueline

      Ce que vous dites est sans doute exact, mais si on parle argent, tout n’est pas pris en compte. Ce qui peut « passer » pour les secteurs spécialisés hospitalisation n’est pas perçu de même pour la maternité par tous les habitants, même les moins jeunes. Les départ se font souvent dans l’urgence à la maternité. Les pompiers feront appel au smur, à la sage femme ? Prosaïquement parlant « on se renvoie le bébé »; Les déplacements pompiers: Qui connait les chiffres ? leur croissance ? On en parle que confidentiellement. Les pompiers ont aussi une carte d’électeur, c’est une des raisons. Si on veut serrer les boulons en matière budgétaire , ça a été évoqué en amont, il y a d’autres secteurs, j’ai des idées à développer là-dessus, mais le sujet ne fait état que d’un rapport d’expert ARS, mais SVP ! NON ! on ne supprime pas la maternité de Remiremont. là, c’est grave.

      répondre
  8. dadou

    Un expert qui ne tient pas compte de la géographie d’une région et qui par ailleurs considère comme normal qu on supprime une maternité très fonctionnelle et bien située pour essayer de faire fonctionner une maternité agonisante elle meme située à 2 km d une autre maternité ,n’est pas un expert mais un électron mis en orbite par l’ARS .

    répondre
  9. Sengalli&

    Je lis le rapport, je lis les commentaires et mis à part celui de Marie, je ne lis rien sur les gens, sur ces vallées qui sont les vôtres…je ne suis pas d’ici et mes enfants non plus mais je vis ici depuis 7 ans et j’ai défilé pour que la maternité ne soit pas fermée… Pourquoi , je ne suis même plus en âge d’avoir des enfants…mais…il y a ici, dans cette région des Vosges, une beauté naturelle et des gens qui veulent continuer à y vivre, qui s’y accrochent et qui désirent continuer à y vivre comme le font des générations depuis des centaines d’années. Fermer la maternité pour des raisons économiques, c’est oublier les gens et condamner une vallée à une mort certaine. Baisser les bras et se résigner c’est aussi oublier qu’on ne sait pas de quoi est fait demain, c’est oublier que la vie est faite d’imprévus et que rien n’est écrit. Alors, il est peut être bien aussi de croire à un futur tout simplement ou l’eau, la forêt pourraient se révéler salvateurs dans un avenir ou le réchauffement climatique risque de modifier bien des données. Je ne suis pas d’une nature à baisser la tête devant la raison du plus fort et je pense que les vosgiens ont assez de caractère pour faire de même.

    répondre
  10. Dadou

    Le rapport de cet expert ne tient pas car il y a conflit d’intérêt.En effet cet expert est responsable de la maternité de Nancy et qui est ce qui donne les budgets de la maternité de Nancy ????c’est le directeur de l’ARS Claude D’Harcourt.(Tu me fais un bon rapport en défaveur de Remiremont et je te donne le budget que tu souhaites.)
    Je ne dis pas que ça s’est passé comme ça mais ça se pourrait ,donc il vaut mieux écarter cette expertise et en demander une autre avec un expert des hôpitaux généraux choisi par les deux partis, intègre s’il en est….

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *