Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Le transfert à Epinal du personnel de la CPAM fait réagir Francis Caldera Des salariés devront se rendre depuis Cornimont, Saulxures-sur-Moselotte à leur travail à Epinal.

image_pdfimage_print

Nous l’avons révélé ici, la plupart du personnel du centre de Remiremont de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie sera transféré le 5 avril 2016 au siège à Epinal. A Remiremont, le personnel est principalement employé à la mise à jour du fichier clients. Comme nous le précisions, les assurés sociaux continueront d’être accueillis au centre de Remiremont. Ce transfert fait réagir un ancien salarié de la CPAM, Francis Caldera, dont nous publions la réaction ci dessous.

!cid_65A3191ACAE04DD4B90E934067A4CA87@Portable« Ce n’est même pas un coup de gueule, plutôt de la tristesse, un cri d’impuissance aussi et d’amertune.

C’était, il y a quelques jours dans la version électronique d’un média local :

Le personnel de la CPAM de Remiremont devra quitter les locaux du centre pour partir travailler au Siège à Epinal le 4 avril prochain.

Un jour ou l’autre cela devait arriver, un jour lointain, comme une fatalité, à laquelle on veut pas croire, mais voilà, les autorités supérieures en ont décidé autrement, c’est pour très bientôt…

S’il restera un accueil (pour combien de temps et à quelle fréquence ?), la majorité des employés devra descendre chaque jour à Epinal, on parle aussi de télé travail à domicile quelques jours par semaine, dans quelles conditions ? Les autres jours, ils devront effectuer le trajet comme leurs collègues, certains depuis Cornimont, Saulxures-sur-Moselotte. Les transports en commun étant ce qu’ils sont, chacun devra utiliser sa voiture et la garer, là où il pourra, tout cela engendrant fatigue, pollution, gare au bilan carbone diront les « écolos » avec raison.

Les employés de la CPAM ne seront pas les seuls, d’autres me direz-vous et depuis longtemps, sont obligés de parcourir chaque jour, une centaine de kilomètres et même davantage, pour se rendre à leur travail.

Un an après ma retraite , au début de 2008 le centre de Saulxures-sur-Moselotte fermait ses portes.

Les permanences de Cornimont , Saulxures-sur-Moselotte, La Bresse ont fermé elles aussi, quelques temps après. Les élus locaux à qui j’en avais parlé à l’époque, m’avaient avoué leur impuissance à changer le cours des choses , inéluctable à leur yeux.

Cela n’a pas empêché la terre de tourner , ni les prestations d’être servies.

C’est un constat il faudra donc s’y résoudre : la rationalisation des dépenses, l’informatisation des tâches , tout contribue aux changements annoncés , la machine -ordinateur formidable outil (que j’utilise moi-même tous les jours) a changé la donne : départs à la retraite non remplacés, diminution des effectifs, perte d’emploi, avec ses conséquences : désertification de nos villages, de nos vallées. Plus besoin ou presque d’avoir en face de vous un interlocuteur, on fait tout soi-même, mais revers de la médaille : cela contribue à la fracture entre les générations, à la lassitude répétitive des tâches, les yeux braqués sur les écrans , entraînant des ambiances délétères dans les bureaux et ailleurs.

Sauf catastrophe, nous ne reviendrons pas en arrière , je ne suis pas hostile au progrès s’il sert l’humain, et il n’est pas interdit de croire en des jours meilleurs.

Pour conclure je vous livre ces mots que me disait un ami retraité, pourtant très actif, je le cite « Tu vois me disait-il , c’est dur de vieillir, cela me rend triste parfois, mais quand je vois comment tourne le monde et malgré ses beautés, je me dis que je n’aurai aucune peine à le quitter ». 


Francis Caldera.

Ancien Salarié à la CPAM.




7 réactions sur “Remiremont – Le transfert à Epinal du personnel de la CPAM fait réagir Francis Caldera

  1. froissard

    on assiste à une casse organisée du service public de proximité . Cette stratégie de réorganisation du maillage territorial repose sur des logiques comptables et financières . Dans nos villages, nous perdons des emplois, des commerces, des services publics . Il n’a ya pa

    répondre
  2. nappé

    ah le progré tue plus de médecin remplacé ont parle de fermé la maternitée lles banques deviennent déserte plus de guichet la poste de memepauvre françe plus de contact des robots ct ce que l on deviendra

    répondre
  3. mamabo

    Eh oui on a laissé les usines, les industries et les artisans fermer sans rien dire, sans être solidaire et maintenant on vient pleurer que les services publics désertent, il ne faut pas s’étonner !
    et d’autre part Cornimont/Epinal ou Saulxures/Epinal…, combien de salariés font le double de km pour aller travailler ?

    répondre
  4. étonné

    Tout à fait d’ accord avec cet article, dur de faire bouger les gens pour aller bosser , le vélo et les sabots , c’est fini , il faut quitter bobonne le matin et rentrer les soir , c’est ainsi, dommage pour la condition de vie , le jardin sera béché le samedi , plus du temps de midi à la pose et prendre sa douche à l’ usine , c’est fini ….. faut payer l’ eau . …, c’est la continuité du désert de la moselotte ou le renouveau insidieux de cette fameuse zone verte touristique prévue des années 70 ! en attendant le retour du TGV à Cornimont pour aller au Mammouth à Epinal , chez le dentiste et y acheter son journal, bon week End.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *