Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Saulxures-sur-Moselotte – Ancienne usine Fibers : Dominique Humbert répond à Guy Vaxelaire

image_pdfimage_print
Roger Froissard, Dominique Humbert et Philippe Renahy. Photographie d'archives.

Roger Froissard, Dominique Humbert et Philippe Renahy. Photographie d’archives.

A Saulxures-sur-Moselotte, l’échec de l’entreprise Fibers, liquidée en mars 2015 à l’issue de dix mois d’activité, n’en finit plus de faire couler de l’encre. Mercredi 13 avril 2016, Guy Vaxelaire nous a adressé sa mise au point en sa qualité de président jusqu’en mars 2014 de la communauté de communes de la Haute-Moselotte qui racheté en janvier 2013 les bâtiments de l’usine de la Médelle pour les louer ensuite via un crédit-achat à Fibers. Il y expliquait notamment pourquoi l’ensemble avait été acquis pour 900.000 €uros, auprès des sociétés Incopar et Saucopar (ex-Filatures et Tissages de Saulxures-sur-Moselotte), alors que les services des Domaines avaient estimé à 600.000 €uros la valeur vénale maximale des deux parcelles acquises.

Dès le lendemain, Dominique Humbert, porte-parole du comité Vérité et Justice, lui répond dans un communiqué que nous publions ci dessous.

La mise au point de Guy Vaxelaire ancien Président de la communauté de communes de la Haute Moselotte au sujet de Fibers nous apporte quelques réponses très partielles et de détails à certaines des questions que nous posons. Nous constatons que c’est bien la première fois qu’un élu répond, et nous nous étonnons que cela vienne de quelqu’un qui n’est plus aux responsabilités depuis deux ans ; alors que les élus actuels de la Com-com se terrent dans une posture de déni et publient des communiqués vengeurs dans lesquels ils tentent de faire porter la responsabilité de leurs échecs aux citoyens qui réclament légitimement des comptes !

Mais, ne nous réjouissons pas trop vite. L’essentiel de la mise au point de l’ancien Président reprend des informations déjà connues et sur lesquelles nous avons depuis deux ans communiqué et informé.

Quant au paragraphe sur l’hypothèse d’une expropriation il ne présente aucun intérêt dans la mesure où personne ne l’a dans cette affaire jamais évoquée.

Après ces constatations, il ne reste plus beaucoup de matière utile à la compréhension du dossier dans ce communiqué. Et hormis la publication de délibérations et de documents déjà publiés,le seul élément nouveau est l’étude H3C sur laquelle il est dit que les élus se sont déterminés pour prendre leur décision. Hors seule la table des matières de cette étude est publiée ! Espérons que les élus de la Com com n’ont pas été à l’époque traités avec cette désinvolture. De plus, cette étude a été réalisée par Monsieur Charbonnier qui était dans cette affaire, juge et partie. Il eût été par conséquent très improbable qu’elle ne conclût pas à l’utilité du projet.

Est-ce de la naïveté de la part de ces élus, qui pour de telles sommes, auraient dû demander une contre expertise à un cabinet indépendant ?

Enfin, dans la fiche du Conseil général, (document joint à la mise au point) on relève cette phrase sibylline ; « Structure financière faible et juste équilibrée. Ce constat doit néanmoins être relativisé en raison des liens qui existent entre la société mère et FIBERS ».

La société mère dont il est question est un ensemble dans lequel on retrouve pour l’essentiel les sociétés Ventron confection, Ventron production, HBC, Fibers Sarl et Fibers France. Sociétés dont les comptes cumulés font apparaître des résultats largement déficitaires depuis plusieurs années : 2010 : – 82 872€, 2011 : + 27 843€, 2012 : -295 176€, 2013 : – 594 130€. On constate également des frais financiers importants et un niveau d’endettement, rapporté au chiffre d’affaires, notablement élevé (1). 

Ces informations accessibles à qui veut bien les rechercher n’apparaissent nulle part dans les documents produits à l’appui de la prise de décision !!! Il est particulièrement curieux quelles soient occultées dans le document du département et qu’aucun élu ne se soit inquiété de les obtenir. C’est pourtant le B A BA dans toute opération de ce genre !!

Que reste-t-il de cette « mise au point », sinon un plaidoyer pro domo du Président de l’époque, et la confirmation que les décisions ont été prises à l’unanimité des élus, mais cela on le savait déjà.

Le 14 avril 2016.

Contact : verite.justice.fibers@gmail.com
06 95 38 24 69.

(1) Source : http://www.verif.com/




Une réaction sur “Saulxures-sur-Moselotte – Ancienne usine Fibers : Dominique Humbert répond à Guy Vaxelaire

  1. dd

    Les élus ne devraient pas pouvoir se mêler à l’économie, à grand coup de subvention, mais tout juste gérer le cadre dans lequel l’économie prospère…
    Actuellement on subventionne des emplois qui coûtent bien plus cher que de payer les gens à rester chez eux… c’est grave, et ça nous mène droit dans le mur…

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *