Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

La Bresse – Le collège des Boudières fermera à la rentrée 2017

image_pdfimage_print

college-les-boudieres-la-bresse-1334934610

François Vannson, président du Conseil Départemental des Vosges, et Nathalie Babouhot, vice-présidente en charge de l’Education, ont présenté la nouvelle carte des collèges dans le Département ce vendredi 20 mai 2016 à Epinal. Trois sites fermeront leurs portes à la rentrée de septembre 2017.

Actuellement, le Département comptabilise 39 collèges publics répartis sur 42 sites. Trois sites vont disparaître de la carte dès la rentrée scolaire 2017-2018.

En effet, le collège des Boudières, à La Bresse (150 élèves), sera fermé et ses élèves seront scolarisés au collège Hubert-Curien de Cornimont. Ces deux sites étaient déjà dirigés par une direction commune.

Deux autres collèges connaîtront le même sort, à Granges-sur-Vologne (144 élèves) au profit de Corcieux et à Darney (144 élèves) au profit de Monthureux-sur-Saône.

Dans ce secteur de la Haute-Moselotte, celui de La Bresse est le deuxième collège à disparaître en quelques années. Celui de Saulxures-sur-Moselotte avait fermé ses portes lors de la rentrée de septembre 2013 et ses élèves avaient été rapatriés sur le site de Cornimont.

Naturellement, ces différentes fermetures résultent de la baisse constante de la démographie mais également de la vétusté des structures.

En revanche, le collège Jean-Montémont, de Rupt-sur-Moselle, en faveur duquel plus d’un millier de personnes ont signé une pétition, échappe au couperet, du moins pour cette année.

François Vannson « c’est un sujet sensible qui n’est pas à prendre à la légère ».

Le couperet est tombé. Les collèges de Granges-sur-Vologne, La Bresse et Darney disparaitront du paysage éducatif en 2017. D’autres établissements vont suivre en 2018.

conf41

La carte scolaire du département vient de rendre son verdict ! François Vannson martèle d’emblée que « c’est un sujet sensible qui n’est pas à prendre à la légère ». Il était urgent d’agir et d’être dans une démarche d’anticipation pour que les élus prennent la meilleure décision.

Le collège du futur est donc une priorité. « Nous ne sommes pas sur une position défensive mais il est nécessaire de donner des perspectives d’avenir intéressantes aux collégiens. Il est question de proposer un cursus scolaire dans les meilleures conditions avec des moyens numériques et il est important de tenir compte des problématiques du territoire dans le cadre d’une réflexion de la carte scolaire ».

C’est dans ce sens que le département est amené à prendre de telles décisions. « En 30 ans, nous avons perdu 1/3 des effectifs en passant de plus de 22000 à 15000 collégiens autrefois avec les mêmes surfaces de bâtiments ».

Une réflexion sur l’état des bâtiments, sur le secteur géographique et sur la ruralité, a été opérée. A l’unanimité, la proposition sera faite le 14 juin au préfet des Vosges de fermer les collèges de Granges, de la Bresse et de Darney.

En 2017, cette décision sera actée. « On veut aller plus loin dans la démarche » avance François Vannson. Ainsi, des réflexions seront menées sur la couronne spinalienne et déodatienne en tenant compte de la mixité.

Les collèges des secteurs géographiques limitrophes sont dans le viseur. En clair, Lamarche près de la Haute-Marne, Le Val-d’Ajol, Bains-les-Bains, Plombières près de la Haute-Saône sont dans le collimateur. Même chose du côté de la plaine avec Neufchâteau ou Contrexeville.

Il faut réfléchir sur le collège du futur. « La pédagogie évolue et la rénovation de ces pôles sont indispensables et onéreux. Ils sont évalués à plus de 10 000 000 d’euros » explique Nathalie Babouhot, vice-présidente du conseil départemental.

L’avenir en question ! Les grands axes du collège de demain concerne la rénovation énergétique des bâtiments, le numérique avec les établissements connectés (concrètement les bornes Wi-fi, tablettes, smartphones et maintenance ad-hoc).

Aussi, l’ouverture sur le monde est un second axe de travail puisqu’il constitue un enjeu important de l’avenir. La mixité sociale inclut donc les projets culturels et sportifs entre autres. le département est un relais et souhaite impulser un nouveau souffle à l’éducation nationale. Le Conseil Départemental des Vosges se veut un acteur majeur dans les projets de l’éducation nationale.

Tout un programme…




13 réactions sur “La Bresse – Le collège des Boudières fermera à la rentrée 2017

  1. zizou88

    Après naître à remiremont, Monsieur le président du conseil départemental créer partir de la bresse. Merci les élus qui ne représentent plus les citoyens.

    répondre
  2. zizou88

    Il me semble qu un élu de la Bresse est également élu au conseil départemental? On se moque des citoyens, seul l argent les préoccupent. Il est temp que les citoyens reprennent le pouvoir.

    répondre
    1. jp

      pour se battre pour les citoyens ,il n’y a plus personne avec notre nouvelle municipalité,je regrettte l’ancienne municipalité.
      les elus,reveillez-vous.

      répondre
    1. nathalie

      Ba c’est un collège privé forcément il ne peut pas etre iniquité si des parents cessent d’y scolariser leurs enfants il sera en danger sinon il n’y a rien de commun entre privé et public…

      répondre
      1. nathalie

        et il n’est pas aux normes handicapées je pense que c’est aussi et surtout ça qui entraine l’état de vétusté, les travaux seraient très probablement trop couteux, les prochaines classes insuffisantes pour maintenir un tel établissement, c’est dommage j’aimais avoir mes enfants près de moi

        répondre
  3. nathalie

    j’attends de voir se qu’ils ont prévu pour les transports scolaires,sachant que de nombreux enfants prennent deja les transports communaux pour ce rendre a la bresse puis ils devront prendre le bus pour Cornimont.
    trouver un compromis entre les horaires du primaire de la bresse et le college de Cornimont. BONNE CHANCE.

    répondre
  4. froissard

    On continue de casser le service public . Organisons les mobilisations citoyennes pour empêcher les mauvais coups .Seule l’action paie, à l’exemple de Neufchâteau qui avec ténacité a ^obtenu le maintien de l’arrêt du TGV dans la ville . la seule volonté des élus, a condition qu’elle existe n’est pas suffisante .Il faut le coup de la population

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *