Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Géosciences 2016 : le lycée André-Maraux à l’honneur

image_pdfimage_print

SAM_2618

Les Olympiades de Géosciences 2016… Cette sympathique cérémonie mais oh combien sérieuse s’est déroulée mercredi de la semaine à la prestigieuse Ecole Nationale Supérieure de Géologie à Nancy. Elle était présidée par Sabine Dotte, Inspectrice Pédagogique Régional.

Un peu d’histoire ! L’Institut de Géologie Appliquée et son Musée ont été fondés en 1908 (Décret Ministériel du 20 juillet 1908).

Ces créations ont été l’œuvre de René Nickles , Ingénieur Civil des Mines, Professeur de Géologie à la Faculté des Sciences. Avec le concours de la Société Industrielle de l’Est et des principaux organismes privés et publics de la Région Lorraine.

L’Institut de Géologie Appliquée a été transformé en Ecole Supérieure de Géologie Appliquée et de Prospection Minière en 1944. (Décret du 07 mars 1948). Les nouveaux laboratoires et son nouveau musée ont été inaugurés le 18 mai 1955.

Présentation des Olympiades de géosciences. Ce concours se déroule sur le plan académique et national. Les Olympiades de Géosciences ont été créées en 2007 par le Ministère de l’Éducation Nationale dans le cadre de l’année internationale de la planète Terre. Cette édition étant la 10ème Olympiades de Géosciences.

Les Objectifs :

  • Développer le goût des sciences chez les lycéens ;
  • Favoriser l’émergence d’une nouvelle culture scientifique autour des géosciences ;
  • Mettre en avant la dimension pluridisciplinaire des géosciences ;
  • Souligner le lien étroit entre les géosciences et l’éventail des métiers qui leur sont associés et ils sont très nombreux !

Public concerné. Les Olympiades des géosciences sont ouvertes aux lycéens de première des séries scientifiques de l’enseignement public et privé, sur la base du volontariat.

Récompenses. Le classement académique des candidats est établi à partir du total des points obtenus à l’ensemble des exercices. Le classement national est établi à partir des deux ou trois meilleures copies de chaque académie.

Le sujet. Exploitation d’une ressource géologique sur l’Ile de la Martinique : L’argile.

(Tenir compte de l’histoire géologique et du volcanisme de la Martinique. Observation d’un phénomène de subduction d’ouest en est au niveau de l’arc antillais….)

Les épreuves. Au niveau de l’Académie, 448 participants se sont inscrits autour de leurs différents professeurs pour participer bien sûr mais aussi pour y briller !

33 étudiants ont particulièrement réussi ! Les correcteurs ont constaté que le niveau général était très bon et le palmarès établi est très serré compte tenu des faibles différences dans les résultats.

Le palmarès.

Médailles de bronze.

  • Maël Strobbe ; Romane Thomas ; Laurene Dousset. Lycée André Malraux à Remiremont.
  • Elise Vanel ; Valentin Lutz, Lycée Fabert à Metz.
  • Julie Paysant ; Henri Lechevallier, Lycée Saint-Sigisbert à Nancy.
  • Torn Massot , Lycée Cormontaigne à Metz.
  • Maïewenn Gigout, Lycée Majorelle à Toul.
  • Lucas Jacquier, Lycée Poincaré à Nancy.
  • Tilia Pierson, Lycée Marguerite à Verdun.
  • Martin Donnay, Lycée Marie Curie à Neufchâteau.

Médailles d’argent.

  • Etienne Anstett ; Arthur Berthou ; Victor Hirtz ; Ophélie Roux, Lycée Fabert à Metz.
  • Laurienne Ably-Bouyo; Florian Gehin, Lycée Marie Curie à Neufchâteau.
  • Clémence Hennequin ; Emilien Macal, Lycée Saint-Sigisbert à Nancy.
  • Thimothée Bastide, Lycée Chatrian à Phalsbourg. Benjamin Lemoine, Lycée Marquette à Pont-à-Mousson. Arnaud Meyer, Lycée Moulin à Forbach.
  • Manon Pierrel, Lycée André Malraux à Remiremont.

Médailles d’or.

  • Paul Alison, Lycée Saint-Sigisbert à Nancy.
  • Valentin Krebs, Lycée Chatrian à Phalsbourg.
  • Aurélie Netange, Lycée Poincaré à Nancy.
  • Damien Roussel, Lycée Kastler à Stenay.
  • Baptiste Stoll, Lycée Poncelet à Saint-Avold.

Médaille d’or nationale.

  • Sélectionné pour les olympiades internationales : Lilian Schleret, Lycée André Malraux à Remiremont. Lilian a été reçu à Paris avec son professeur, Cyrille Delangle pour participer au Palmarès National , le 25 mai 2016.

Lilian est sélectionné aux Olympiades Internationales qui se dérouleront pendant une semaine au Japon, il est devenu membre de l’Equipe de France.

Palmarès des Lycées.

  1. Lycée André Malraux à Remiremont.
  2. Lycée Fabert à Nancy…
  3. puis par ordre alphabétique : Lycée Alphonse Chatrian à Phalsbourg ; Lycée Marie Curie à Neufchâteay ; Lycée Marquette à Pont-à-Mousson ; Lycée Poncelet à Saint-Avold ; Lycée Saint-Sigisbert à Nancy.

Conférence sur l’Himalaya.

Afin de donner du lustre à cette belle cérémonie de récompenses, Christian France-Lanord, directeur de recherches au CNRS, a présenté avec clarté l’Himalaya. Après un très bref rappel historique en mentionnant le premier géologue l’Abbé Pierre Bordet, un des spécialistes mondialement connus de la géologie himalayenne, le chercheur avait basé sa présentation sur les mécanismes :

  • des interactions : climat/tectonique ; le système himalayen ; quantification des processus actuels ; reconstitution des flux du passé…
  • interactions : Collision entre l’Inde et l’Asie ; les contrôles de la mousson indienne ; l’érosion ; les rebonds isostatiques ; la sismicité.

On a parlé des effets du carbone (cycles courts mis en cause par les activités industrielles), gaz à effet de serre… Les apports continus et permanents du CO²d’origine volcanique mal connus et mal mesurés encore aujourd’hui. Le cycle du carbone, c’est aussi le thermostat de la terre (études de Richard Walker en 1981). Quelques indications : «  Nous sommes dans une phase froide de la terre , l’Himalaya/Tibet, c’est le 3ème pôle glaciaire terrestre !

Le travail du géologue est de remonter dans le passé pour mesurer de façon précise les accumulations sédimentaires par des moyens sophistiqués : forages sous marin pour extraire des sédiments par carottages (L’expédition 354, Middle Bengal a permis d’affiner certaines hypothèses et d’obtenir des conclusions plus précises entre la croissance et l’érosion de l’Himalaya, le développement de la mousson indienne et les processus affectant le cycle du carbone).

Pour conclure.

Jean-Marc Montel, le Chef d’Etablissement a mis en lumière, le passé prestigieux de l’Ecole Nationale de Géologie… Il a rappelé les bienfaits de l’industrie minière (fer et charbon Lorrain), C’était à l’époque le second gisement de fer au monde !

Aujourd’hui, 100 ingénieurs sortent de cette école. Des ingénieurs-géologues pour travailler dans le génie civil (travaux souterrains, TGV, fondations, tunnels, parkings). Les énergies dominantes recrutent, on constate une diminution dans le charbon mais une hausse dans le gaz et le secteur de la géothermie est à l’aube d’avoir un potentiel économique important.

L’industrie minière, elle aussi est pourvoyeuse d’emplois : l’acier, le nickel, le cobalt. Sans oublier la gestion de l’eau et tous les sujets sur l’environnement ! Aujourd’hui, en France, il y a 6.000 sites qui polluent, on les connait car notre activité passée a beaucoup contaminé…

Et de conclure : «  Géologue, c’est un très beau métier ! Passionnant. Pour réussir, il faut beaucoup de chimie, de mathématiques, de physique, une connaissance parfaite de l’anglais et s’adapter à beaucoup voyager ! Le géologue est à l’échelle mondiale !  ».

Remerciements. Aux élèves tous fantastiques ! A leur famille. A leurs professeurs. Aux correcteurs. A la Division des examens et concours (Mmes Blandet et Mougel). Aux partenaires dont France-Tech. Le Centre de Géologie Terrae Genesis ; BRMG , Géoscience pour une terre durable ; Casden, la Société Géologique de France ; La Banque Populaire ; Andra (Agence Nationale pour la gestion des déchets radioactifs) ; L’Académie de Nancy-Metz. Rectorat , Inspection pédagogique Régionale ; l’Ecole Nationale Supérieure de Géologie de Nancy.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *