Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Télévision – « Zone Blanche », une chance pour Gérardmer La série de 8 X 52 mn a été officiellement présentée par le maire Stessy Speissmann et le directeur de production André Bouvard.

image_pdfimage_print

P1060527

Une page se tourne définitivement sur le film Les Grandes Gueules. Cela fait plus de 50 ans que le long métrage de Robert Enrico a été tourné à Gérardmer, il était temps de passer à autre chose. La nouveauté arrive avec la série de 8 X 52 mn intitulée « Zone Blanche » (titre qui devrait changer avant sa diffusion le printemps 2017) et dont le tournage a commencé sur les bords du lac et dans les environs. Une chance pour Gérardmer qui fait la une de l’actualité vosgienne, mais surtout qui s’offre une visibilité hors norme compte tenu de l’importance prise depuis plusieurs années par les séries télévisées.

On en sait aujourd’hui un peu plus sur le pourquoi du comment de son installation dans les Vosges par le biais d’une conférence de presse donnée ce vendredi matin au Grand Hôtel par le maire, Stessy Speissmann et le directeur de production, André Bouvard pour Ego Production (associé pour la circonstance à une coproduction Belge Be-Films).

L’histoire se situe dans un pays et un village imaginaire appelé Villefranche. Un endroit avec des zones non cartographiées où la sève des arbres coule de couleur rouge sang, où un loup garde un bébé abandonné et surtout où le taux d’homicides est 16 fois supérieur à la moyenne nationale. La série se veut décalée, voire humoristique pour des scénarios très travaillés et dont l’originalité devrait séduire les téléspectateurs. France 2 mise gros avec un budget de neuf millions d’€uros (aide des régions Lorraine et Alsace de l’époque) et sans doute trois autres saisons à la clef sauf dégringolade des chiffres d’audience.
« France télévision veut moderniser ses séries à l’instar de ce qui se produit aux États-Unis » commente André Bouvard « on peut déjà penser que les 4 saisons sont actées compte-tenu de l’importance donnée par la chaine à cette nouveauté. On ne voulait pas de stars, il n’y en aura pas. Par contre, nous surfons sur le talent d’une nouvelle génération de comédiens comme celui de l’actrice principale sociétaire de la comédie française, Suliane Brahim (lire notre article précédent ici).
Et l’ancien guide de Hautes Montagnes qui connait bien les Vosges précise.

suliane-brahim-1« Nous avons trouvé des décors dans un périmètre d’une trentaine de kilomètres autour de Gérardmer…cela va du Saut du Bouchot où nous tournons actuellement à l’ancienne scierie de Sapois en passant par Xonrupt. Nous avons repéré entre 60 à 70 décors naturels. Je tiens à préciser que nous avons reçu, de la part de la commune de Gérardmer, un accueil particulièrement chaleureux, ce n’est pas le cas dans toutes les villes où nous nous implantons. Tout a été fait afin que nous nous installions dans les meilleures conditions soit à l’Espace Tilleul pour nos bureaux ou encore à l’hôtel des entreprises où est stocké notre logistique ».
80 à 85 personnes seront nourries, logées à Gérardmer et environ pendant les 55 jours de tournage qui ont débuté il y a quelques jours et qui devraient s’achever dans un premier temps le 26 juillet pour rependre le 10 septembre et ce jusqu’à fin octobre.
« Nous consacrons 10 à 12 jours de prises par épisode » poursuit André Bouvard » dont 30 jours seront réalisés en Belgique en ce qui concerne les plans intérieurs de gendarmerie. Bien entendu, nous avons privilégié un casting de comédiens de la région mais aussi en ce qui concerne les figurants locaux. C’est très important pour la production que d’impliquer des personnes de la région. Ainsi 400 cachets seront distribués pour la figuration ».
Pour le maire Stessy Speissmann, l’arrivée de « Zone Blanche » est du pain béni. » nous avons rapidement mis en place des solutions d’accueil. Le tournage d’une telle série est une récompense pour tous les acteurs économiques et culturels du département. On connait l’incidence d’une telle série sur le territoire en termes de visibilité mais aussi sur l’impact économique ».

La suite est laissée aux professionnels de l’image, du son et du montage, pour une mise en boîte dans le courant de l’hiver prochain et une découverte sur le petit écran au printemps 2017… en première partie de soirée.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *