Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Bernard Godfroy : « Je crois plus que jamais en mon programme et en mes capacités à ressouder mon équipe autour de moi »

image_pdfimage_print

Dans un communiqué de presse envoyé par mail à notre rédaction ce mercredi 13 juillet 2016 à 8 heures 32, Bernard Godfroy a réagi à la décision des 17 élus de sa majorité appelant à sa démission. Il y exclut désormais toute intention de démissionner, appelle « à la bonne volonté de tous » et se dit « confiant qu’en neutralisant les perturbateurs nous retrouverons notre élan des premiers jours ».

Bernard Godfroy, photographie d'archives.

Bernard Godfroy, photographie d’archives.

Il y dresse son bilan de deux années de mandat puis fustige l’action de son adjoint Roger Durupt (« qui a passé la plus grande partie de sa vie dans l’opposition, a montré qu’il ne pouvait prospérer qu’à cette place. Il a mené, à l’intérieur de notre Conseil, un infatigable travail de sape qui m’a conduit il y a un an à prononcer un premier rappel à l’ordre ») et ensuite celle de son adjoint Claude Jacquel, deux adjoints qu’il rend pour responsables de la crise actuelle.

Bernard Godfroy assure qu’il a choisi de revenir sur son intention de démissionner le 1er juillet 2016 après avoir reçu « des soutiens de toutes parts, j’ai su très rapidement qu’une démission n’était pas à la hauteur de ma responsabilité citoyenne ». Il explique que « c’est avec la main tendue que je me suis présenté hier à la réunion de la municipalité ».

Loin d’avoir pris acte de l’appel à la démission de 17 de ses co-listiers, Bernard Godfroy exclut désormais toute intention de démissionner. Au contraire, il affirme « Je crois plus que jamais en mon programme et en mes capacités à ressouder mon équipe autour de moi. J’en appelle à la bonne volonté de tous et suis confiant qu’en neutralisant les perturbateurs nous retrouverons notre élan des premiers jours ».

On notera que c’est la première fois que le maire s’exprime officiellement depuis le début de la crise. Pas sûr que cela change grand chose à la situation de non retour atteint depuis ce mardi soir.

D.J.

Le communiqué de Bernard Godfroy ce mercredi 13 juillet 2016.

« Il y a plus de deux ans, dans un élan citoyen, j’ai pris la tête d’une liste d’indépendants et j’ai été élu Maire de Remiremont. Sur la base d’un programme qui entendait défendre une autre forme de politique, nous avons mené un ensemble d’actions dont je suis fier. Nous avons initié un vivre-ensemble plus humain (Active Day, concerts R-play, festival des sciences, fêtes de quartier,…), investi dans le numérique pour notre jeunesse et conservé un patrimoine qui fait notre fierté. J’ai personnellement tout fait pour renforcer la position de Remiremont au sein de son territoire et accepté pour cela des responsabilités au niveau de la Communauté de Communes, à la tête de laquelle j’ai été élu, ainsi qu’à celui du Pays. La priorité de mon action était de promouvoir l’attractivité de notre ville pour lui donner les meilleures chances de développement.

Les difficultés rencontrées ne sont venues ni de la complexité des dossiers ni d’un manque de moyens quelconque. Les commissions techniques de l’équipe ont fait, chacune dans son domaine, un excellent travail. Notre action a fait le maximum avec les budgets disponibles. Le bilan de ma gestion est plus qu’honorable. C’est une animosité toute personnelle qui, je m’en suis rendu compte après coup, n’a cessé, dès le début de mon mandat, de semer le doute et la critique insidieuse au sein de l’équipe. Mon adjoint, Roger Durupt, qui a passé la plus grande partie de sa vie dans l’opposition, a montré qu’il ne pouvait prospérer qu’à cette place. Il a mené, à l’intérieur de notre Conseil, un infatigable travail de sape qui m’a conduit il y a un an à prononcer un premier rappel à l’ordre. M. Durupt, en chef de cabale court-circuitant toute forme de discussion, avait porté une lettre collective pour pousser à la démission notre collègue Christiane Wininger.

Une forme similaire d’action a été menée récemment à mon encontre. Face à tant de mauvaise foi, j’ai été tenté de jeter l’éponge. Prenant le temps de la réflexion et recevant des soutiens de toutes parts, j’ai su très rapidement qu’une démission n’était pas à la hauteur de ma responsabilité citoyenne. Je ne pouvais décevoir les Romarimontains qui, en m’élisant, ont mis leurs espoirs dans une nouvelle forme de politique locale qui n’était plus détenue par des politiciens en quête de pouvoir.

C’est donc la main tendue que je me suis présenté hier à la réunion de la municipalité J’ai demandé aux élus de faire un bilan objectif de notre action et de mettre par écrit leurs critiques et leurs griefs. Je voulais leur faire saisir que l’opposition menée par Roger Durupt et Claude Jacquel (autre habitué de l’intrigue) ne s’appuyait sur aucun fait et qu’elle consistait à faire pourrir les atmosphères et les situations. Comme réponse à ma proposition, j’ai subi des attaques personnelles d’une extrême violence venant de ces mêmes personnes.

Il faut que cette crise cesse et que la Mairie puisse se remettre sereinement au travail. J’ai acquis la conviction qu’il faudra se battre pour cela. Je saurai le faire pour le bien de la Mairie et de la Ville. Je crois plus que jamais en mon programme et en mes capacités à ressouder mon équipe autour de moi. J’en appelle à la bonne volonté de tous et suis confiant qu’en neutralisant les perturbateurs nous retrouverons notre élan des premiers jours.