Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Le Syndicat – Les élus sensibilisés à la continuité écologique des cours d’eau

image_pdfimage_print

Vendredi 8 juillet 2016, Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, préfet des Vosges s’est rendu au Syndicat où il a pris part à une réunion d’information et d’échange suivie de visites sur site ayant pour objectif de mobiliser les intercommunalités du bassin Rhin-Meuse en faveur du rétablissement de la continuité écologique.

Cette réunion était organisée en association avec le Conseil départemental, la Communauté de Communes Terre de Granité, l’Agence de l’eau Rhin-Meuse, l’Office National de l’eau et des milieux aquatiques et la Fédération des Vosges pour la pêche et la protection des milieux aquatiques.

La continuité écologique des cours d’eau permet à la fois la circulation des poissons migrateurs et le bon accomplissement de leur cycle de vie, le transport des sédiments de l’amont vers l’aval d’une rivière ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques. C’est un facteur déterminant de la bonne qualité des milieux aquatiques. Le rétablissement de la continuité écologique contribue donc de façon importante à l’atteinte du bon état des cours d’eau fixé par la directive cadre européenne sur l’eau.

Le département des Vosges compte un linéaire de cours d’eau supérieur à 4.000 km dont la majorité se situe en tête de bassin. Le développement de l’industrialisation à la fin du dix-neuvième siècle a vu croître l’utilisation de l’énergie hydraulique et de nombreux barrages ont été édifiés ou modifiés à cette époque dans le lit des rivières. Ces ouvrages devenus parfois sans usage font aujourd’hui obstacle à la circulation des poissons et au transit sédimentaire. Pour rétablir la continuité écologique, ces ouvrages peuvent être aménagés (passes à poissons, rivières de contournement,…) ou effacés quand ils n’ont plus d’usage ou d’intérêt patrimonial. Pour un certain nombre de cours d’eau du département, un classement est intervenu en 2012 et 2013 fixant l’obligation de rétablir la continuité écologique dans un délai de cinq ans, soit en 2018.

Certaines communautés de communes du département se sont déjà engagées résolument dans cette démarche afin de coordonner les travaux de rétablissement de la continuité écologique à l’échelle d’un ou plusieurs bassins versants. C’est le cas notamment de la communauté de communes Terre de Granite qui conduit un programme de restauration de la Moselotte et de ses affluents, cours d’eau comportant de très nombreux seuils et barrages, par exemple 24 ouvrages sur 12 km de rivière sur le Bouchot. Au-delà des enjeux de qualité de l’eau déjà cités, ce programme présente d’autres enjeux concernant par exemple, la sécurité civile (réduction des inondations, sécurisation des berges), l’amélioration du cadre de vie (valorisation des traversées de bourgs, mise en valeur du patrimoine). Il offre ainsi de nouvelles perspectives en matière d’aménagement et d’attractivité du territoire.

Cette journée a mis en avant la nécessité pour les communautés de communes de s’engager rapidement dans ces démarches au regard notamment des échéances fixées pour le bon état des cours d’eau et des conditions d’accompagnement financier actuellement très favorables. Les échanges ont également mis l’accent sur la nécessité d’instaurer un dialogue permanent avec les habitants et l’ensemble des acteurs locaux à tous les stades de la démarche, études préalables, définition et mise en œuvre du programme de travaux jusqu’au suivi pluriannuel post-travaux.

Photographies : Christian Schirm.




Une réaction sur “Le Syndicat – Les élus sensibilisés à la continuité écologique des cours d’eau

  1. Tonton Reporter

    J’ose espérer que ce sont les Ecolos E… qui paient et non pas le contribuable comme d’ habitude, mais ça c’est une autre histoire. Nous sommes un pays riche…

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *