Search
vendredi 2 décembre 2016
  • :
  • :

La Bresse – Pourquoi l’AEDMV est venue sonner les cloches dans le centre-ville d’Épinal ?

image_pdfimage_print
Marc Doppler, président de l'Association pour l'Equilibre et le Développement du Massif Vosgien (A.E.D.M.V.).

Marc Doppler, président de l’Association pour l’Equilibre et le Développement du Massif Vosgien (A.E.D.M.V.).

L’Association pour l’Economie et le Développement du Massif Vosgien (AEDMV) est venue ce vendredi 9 septembre 2016, pour sonner les cloches dans le centre-ville d’Épinal. Pourquoi ? Son président Marc Doppler s’en explique dans un communiqué à lire ci dessous.

« Dans l’édition de Vosges matin du 17/08/16, l’association Biodiversit’haies 88 a déclaré qu’elle voulait perturber volontairement avec l’aide d’autres associations le comptage des loups prévu par des agents de l’ONCFS. Les cornes de brume et divers instruments bruyants ont été actionnés comme prévu à plusieurs reprises. Les agents de l’ONCFS n’ont donc pas pu dénombrer l’effectif de loups sur le massif. Vu l’absence de réactions des autorités face à la perturbation des travaux de la  police de l’environnement, l’AEDMV et d’autres associations adhérentes ont décidé de faire entendre leur mécontentement lors du rassemblement organisé par le représentant de  Biodiversit’haies 88 ce vendredi 9 septembre 2016 à Epinal.

Moment idéal pour exprimer leur désapprobation sous la forme de « bruits de cloches » qui symbolisent l’action de l’élevage sur le massif vosgien. Action soutenue par le syndicat ovin et par deux associations de motards.

Nous ne sommes pas à l’origine de la pétition de Jean de la Bresse et ne cautionnons en aucune manière les propos insultants tenus dans ses commentaires.  Par contre, nous nous opposons à toute idéologie extrême visant à atteindre de manière globale l’économie et la biodiversité indispensable à la vie des massifs.

Rappelons que les restrictions de l’utilisation des voies publiques où les contraintes injustifiées appliquées aux organisateurs de sports de nature sont improductives et contraires à la législation. La biodiversité spécifique aux chaumes et aux prairies du massif est faite et entretenue par les éleveurs.  (Déclarations faite par le  biologiste Mr Plaintureux ou par le Parc des Ballons des Vosges). La plupart de ces éleveurs fonctionnent grâce aux circuits courts d’approvisionnement : les routes du massif leurs sont indispensables. Biodiversit’haies 88 veut restreindre ces possibilités d’accès et par conséquent la biodiversité en sera atteinte.

De même,  la prolifération des loups sur le massif et maintenant jusqu’en plaine des Vosges a pour conséquence un nombre croissant de prédations sur les ovins et sur le gros bétail malgré les moyens de protections préconisés. Les Alpes du Sud nous en montre l’exemple incontestable.

En 2015,  le loup a tué 9000 animaux domestiques en France (source http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/mission-loup-r1323.html).  L’ADMV ne veut pas que le Massif des Vosges se transforme en un seul massif forestier sans éleveurs et sans économie touristique avec une biodiversité réduite à une forêt sans prairies.

L’Association pour l’Equilibre et le Développement du Massif Vosgien (AEDMV) est représentée par des habitants et acteurs économiques du massif. Ils lutteront toujours  pour garder les valeurs essentielles que sont l’homme et la nature ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *