Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – Le comité de défense de la Maternité se constitue en association

image_pdfimage_print

P1000693

Comme cela a été annoncé lors de la réunion de rentrée du comité de pilotage pour la sauvegarde de la Maternité romarimontaine, le comité de défense va passer sous le régime associatif. Cette officialisation est programmée ce prochain samedi, 1er octobre, à 14 h 30 au centre culturel Gilbert Zaug. Un appel est lancé à toutes les personnes désireuses de devenir membres actifs ou adhérents, voire membres bienfaiteurs. L’association aura pour nom « Association pour la Défense, le Maintien et l’Amélioration de la Maternité de Remiremont. Ce qui se traduira sous la dénomination : ADEMAT Remiremont.

C’est au cours d’un point presse organisé ce lundi après-midi 26 septembre, en présence de Jean Pierrel, porte-parole du Comité de Défense et de Jean-Marie Fontaine, président de l’UDAF des Vosges (Union Départementale des Associations Familiales), que les statuts de la nouvelle association ont été dévoilés. L’ADEMAT Remiremont a donc pour but de maintenir, par tous les moyens et en lien avec la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de proximité, (Coordination Nationale CDHMP) l’intégralité de la Maternité et de ses services.

Par notion de services, l’une des priorités sera de lutter contre la disparition du plateau technique obstétrical de l’hôpital romarimontain et ce en engageant tous les moyens, notamment d’évaluation et d’expertise du service. Il est en effet important d’écrire à nouveau que la suppression du bloc obstétrical augmenterait considérablement le temps de prise en charge des patientes venant notamment du haut des vallées (Gérardmer, vallées de la Moselle et de la Moselotte), sans oublier le Nord de la Haute Saône.

L’association ADEMAT Remiremont prévoit également, dans l’article 2 de ses statuts, de pouvoir ester en justice et de se porter partie civile contre les décideurs administratifs et médicaux, en cas d’accidents obstétricaux accompagnés de plainte pour cause de désertification médicale. Au total, ce sont 14 articles qui définiront les statuts de la nouvelle association ainsi déclarée sous le régime de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901. L’association sera dirigée par un Conseil d’Administration choisi parmi ses membres. Ce Conseil d’Administration comprendra entre 14 et 20 personnes.

Sensibiliser au plus large

L’association s’ouvre à toute personne physique ou morale. Pourront devenir membres bienfaiteurs, les personnes qui verseront un droit d’entrée de 20 € et une cotisation annuelle de 2 €. Seront membres actifs celles et ceux qui prendront l’engagement de verser annuellement un montant de 2 € (somme susceptible d’être réévaluée au besoin chaque année au terme de l’assemblée générale).

Pour l’assemblée constitutive de l’association, ce prochain samedi à 14 h 30, l’actuel comité de pilotage a adressé un mail aux personnes s’étant fait connaître lors des dernières mobilisations. Constitué en février dernier, le comité de défense de la Maternité avait rassemblé environ 200 personnes devant le centre culturel Gilbert Zaug. « La motivation doit rester de mise » insiste Jean Pierrel, tout en ajoutant : « nous devons sensibiliser à la fois les populations, les élus mais encore les différents personnels du Centre Hospitalier, de même que les médecins généralistes ». De son côté, pour cette assemblée générale constitutive, le président de l’UDAF a envoyé 200 invitations. Plus que jamais, « il est important de rassembler. Il faut se mettre en tête que rien n’est jamais acquis par avance », conclut Jean Pierrel.

En effet, si la construction de l’hôpital d’Epinal a pris du retard, il va sans dire que sa livraison est prévue fin 2019. Trois ans c’est à la fois long et proche. Alors, la vigilance reste de mise afin de sauvegarder le bel outil que représente la Maternité de Remiremont.

La nouvelle association ADEMAT Remiremont compte sur de nombreux soutiens. Elle sera donc portée sur les fonds baptismaux samedi 1er octobre 2016 à 14 h 30, au centre culturel Gilbert Zaug.

Article participatif de Denis Philippe.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *