Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – L’ultime pirouette du maire Bernard Godfroy, il démissionne pour de bon ! Le conseil municipal devra élire un nouveau maire et de nouveaux adjoints.

image_pdfimage_print
Bernard Godfroy lors du conseil municipal extraordinaire du vendredi 9 septembre 2016.

Bernard Godfroy lors du conseil municipal extraordinaire du vendredi 9 septembre 2016.

Bernard Godfroy, maire de Remiremont depuis mars 2014, a adressé sa démission au préfet des Vosges. Un prochain conseil municipal se réunira pour élire un nouveau premier magistrat et de nouveaux adjoints suite à la démission de cinq d’entre eux.

Bernard Godfroy est sorti considérablement diminué et surtout meurtri du conseil municipal extraordinaire du vendredi 9 septembre 2016. 22 des 29 membres du conseil ont voté à mains levées pour dire « qu’il ne font pas ou plus confiance à Bernard Godfroy ». 22 c’est-à-dire 16 des 22 élus de sa majorité et les 6 de la liste de droite. Seuls 5 élus de sa majorité et l’indépendant Hugues Laine n’avaient pas voté pour ce qui ressemblait à un appel à la démission.

De nombreux élus de son camp et de l’opposition de droite ont pris la parole pour exprimer tout haut leurs griefs avec plus ou moins de véhémence. « En deux ans de mandat, vous avez fait de Remiremont la deux chevaux de Bourvil dans la première scène du Corniaud » avait commencé par dire son ancien premier adjoint Roger Durupt dans un véritable réquisitoire contre celui qu’il avait adoubé durant la campagne des municipales de 2014. « Dès le lendemain de votre élection, nous allions découvrir un autre personnage, avec d’autres ambitions que celles affichées par notre équipe, des ambitions beaucoup plus personnelles, non exprimées jusqu’alors. Vous alliez transformer notre slogan en « Mon projet c’est moi. Développé dans trois directions : régler des comptes personnels consécutifs à votre vie professionnelle d’employé communal, courir après tous les mandats électifs qui passaient à votre portée et privilégier votre image personnelle » s’était insurgé Roger Durupt.

Bernard Godfroy, directeur des services techniques municipaux jusqu’à sa retraite en 2010, s’était présenté pour la première fois aux suffrages en 2014 en fédérant des énergies venues de tous bords politiques. De gauche avec notamment Claude Jacquel et Roger Durupt, tous deux engagés dans la vie municipale depuis plusieurs mandats, et de droite avec notamment Françoise Duval.

Mais dès son élection dans le fauteuil de premier magistrat, l’entente cordiale avait tourné court. Les dissensions étaient apparues au grand jour lors du conseil municipal du 24 juin 2016 où ses propres co-listiers avaient rejeté massivement sa proposition d’une étude sur le passage six à huit couloirs de la piste d’athlétisme du stade de Béchamp.

Une semaine plus tard, le vendredi 1er juillet 2016, Bernard Godfroy adressait une lettre de démission  à ses 21 co-listiers: « Je démissionne, pour le bien de Remiremont et des Romarimontains, pour que vous puissiez travailler en toute sérénité et dans une confiance retrouvée, je vous laisse le soin de dessiner et de gérer l’avenir de la commune » leur annonçait-il. Mais le 5 juillet, Bernard Godfroy revenait sur sa décision.

Un conseil municipal extraordinaire était ensuite demandé  par 15  de ses co-listiers. D’abord programmé le vendredi 26 août 2016, il était reporté au 9 septembre par Bernard Godfroy pour d’obscures raisons administratives. Un conseil municipal extraordinaire où une majorité d’élus devait également retirer à Bernard Godfroy 20 de ses 25 délégations.

« Je suis toujours le maire de Remiremont. La gestion des Romarimontains et le quotidien des Romarimontains ne seront pas impactés par le retrait de certaines de mes délégations » avait conclu Bernard Godfroy.

Mardi 13 septembre 2016, il présidait , comme si de rien n’était, le conseil communautaire de la communauté de communes de la Porte des Hautes-Vosges. Pas une fois la situation de crise du conseil municipal romarimontain n’y était abordée ni même effleurée. Bernard Godfroy n’a rien laissé transparaître.

Mais ce mercredi 14 septembre 2016, la rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre en matinée. Bernard Godfroy aurait démissionné de son poste de maire de Remiremont.

Ce mercredi soir,  l’information a été confirmée par d’autres élus. Pendant ce temps, nous avons tenté de joindre Bernard Godfroy, en vain.

Lors d’une prochaine séance du conseil municipal, les élus devront donc élire un nouveau maire mais aussi de nouveaux adjoints suite à la démission de cinq d’entre eux.




13 réactions sur “Remiremont – L’ultime pirouette du maire Bernard Godfroy, il démissionne pour de bon !

  1. Mayaelle

    Faire alliance avec la gauche, autant pactiser avec le diable. La politique c’est cela . Des visions tellement opposées de la vie de la collectivité qu’elles ne peuvent se rejoindre. Et puis il faut avoir raison avec la gauche ou plier….

    répondre
    1. Sylvain

      Comment peut on faire cela à un homme ? On met M. GODFROY en tête de liste, puis on le porte devant le tribunal, et pour finir on le pousse à démissionner !

      répondre
  2. bernard

    le maire démissionne ok très bien.mais je pense que c’est tout le conseil qui doit se présenter devant les électeurs certains(es) n’ont rien a faire la !!!!!

    répondre
  3. personne

    Nous sommes beaucoup à avoir souhaité donner notre soutient à M. Godfroy lâchement pris à partie, sans preuve pour étayer tout ce flot d’insultes.
    Malheureusement pour ceux qui travaillent sur Remiremont cette prise de position s’avérait dangereuse pour l’avenir.
    Sinon il y aurait eu beaucoup plus de soutient sur son blog.
    Je suis triste qu’il démissionne, et triste de voir qu’un conseil municipal s’est transformé en tribunal de guignol. Et surpris de voir que la presse prend parti et n’est plus impartial.

    répondre
  4. doclo

    Qui a fait ses preuves comme gestionnaire?
    Qui a fait ses preuves comme « arriviste » ?Nous allons avoir une réponse .
    Que va faire l’ancien maire, Rester conseiller ou quitter ce conseil , je croyais que la suite n’était pas la même selon le choix du maire démissionnaire .

    répondre
  5. JP C

    Comment peut on se mettre sur une liste électorale et ensuite retourner sa veste de cette manière?
    Comment peut on lapider verbalement un homme de cette manière!
    c’est honteux!
    Comment ces personnes qui se disent honorables, mais qui pas leurs comportements prouvent le contraire pourraient faire mieux que Monsieur Le Maire?
    Ils devraient tous donner leur démission et laisser les Romarimontains choisir leurs élus. Je suis prêt à parier qu’aucun d’entre eux ne sortiraient, car les électeurs ne sont pas des moutons et savent juger en leur âme et conscience. Ils n’arrêtent pas dire qu’ils ont fait telle ou telle chose mais ce n’est pas eux c’est l’argent du contribuable. Ces bonimenteurs se contentent juste de planter des couteaux dans le dos et de souhaiter être calife à la place calife et à part ça c’est M. le Maire qui a des ambitions démesurées.

    répondre
  6. Petitnain

    Il est lamentable de constater que cette jolie ville est en train de devenir un vrais panier de crabes. Nous n’entendons que critiques dans cette mairie qui plus est, sans autres explications. C’est a croire, que les Romarimontains sont considérés comme des sous-doués par ce groupuscule de politicards du conseil municipale. Mais attention, bande de rapaces en puissance, les habitants de cette ville auront le pouvoir de vous reconduire dans 4 années ou… de vous licencier sans états d’âmes si vous n’en faites qu’à votre tête..

    répondre
  7. observateur attentif

    Honte à ceux qui viennent de réussir à duper les romarimontains et à contraindre le maire choisi par la population à se retirer en n’ayant aucun fait tangible à lui reprocher et en accumulant les contre vérités à son égard . Sans M GODFROY tête de liste, aucun des frondeurs n’aurait pu faire partie d’une liste majoritaire . La réalité c’est que c’était à vous, messieurs , de démissionner pour que les électeurs se prononcent à nouveau afin que la démocratie s’exprime .Pour cela il faut être courageux… Mais aucun romarimontain ne sera dupe de cette basse manœuvre: faire élire un nouveau maire transparent pour donner les coudées franches à 2 éminences grises . Comme c’est petit… Et pendant ce temps la ville va reculer un peu plus puisque les projets sont rangés au placard…
    Ah oui, au fait dites bien aux romarimontains , du moins ceux qui ne le sauraient pas encore , que dès le lendemain des élections vous dénigriez déjà celui que vous avez pourtant élu comme Maire. Bien avant les supposée accusations. Pathétique. Machiavélique et terriblement bien calculé.

    Dans cette triste manoeuvre , seule l’attitude de M LAINE et des fidèles au Maire est digne d’un élu . Même l’opposition a su habilement rester sur la réserve et observer .

    répondre
    1. nico

      rien à redire à votre jugement si juste et si réaliste…. hélas nous n’avons pas fin de payer toutes les querelles engendrées paqr une bande d’incapable !!! ils ont reçu une mairie bien gérée ile faut loe dire et qu’en font -ils ?? honte à eux

      répondre
  8. bpei88

    Participant à la vie associative locale, je n’ai pu que constater la droiture et le profond respect des personnes qu’avait M GODFROY quand je le rencontrais.
    Je suis consterné de voir comment la soif de pouvoir anime certaines personnes et les pousse à des comportements irresponsables et des propos qui n’ont pas place dans le débat démocratique public. Que les 2 chefs de file de l’opposition à M DIDIER et à M PONCELET démissionnent s’ils ne sont plus en phase avec celui qu’ils ont choisi comme tête de liste et que les habitants ont voulu comme maire. Au final c’est M GODFROY qui sort , sans doute meurtri, mais grandi en étant resté digne !

    répondre
  9. Alex

    Les fautes sont partagées des deux côtés de la majorité. Lors des élections de 2014, cette liste d’opportunité a été constituée dans un mouvement alternatif (pour ne pas dire d’opposition) essentiellement basé sur une image et non autour de projets communs et fédérateurs. Finalement, le seul dénominateur commun qui unissait cette liste s’est concrétisé au premier soir des élections… Deux ans plus tard, on voit le résultat… Aujourd’hui, un nouveau Maire ne peut pas sortir d’une équipe mise à mal par des querelles internes. Il faut que des listes claires et sans concessions soient constituées au plus vite et que les romarimontaines et romarimontains soient appelés aux urnes.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *