Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Remiremont – La Société de tir fait cible sur ses 140 années d’existence !

image_pdfimage_print

Evénement marquant ce samedi 17 septembre 2016 pour la Société de tir qui célébrait ses 140 années d’existence autour de diverses présentations et animations. Forte de 175 licenciés et d’une école de tir regroupant 30 enfants de 8 à 14 ans, la société de tir romarimontaine se démarque au niveau national pour ses différents bons résultats. Si les membres adhérents ont partagé ce samedi le gâteau d’anniversaire des quatorze décennies d’existence, le public sera reçu ce dimanche 18 septembre 2016 de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h lors d’une opération portes ouvertes.

L’occasion de découvrir les installations, de même qu’une exposition d’armes anciennes et un diaporama sur la vie complète de la société de tir romarimontaine. Mais aussi de s’essayer aux tirs à 10, 25 et 50 mètres avec les armes du club et des adhérents, armes homologués par la Fédération Française de Tir.

Les installations situées rue du Tir, (ça ne s’invente pas) sur la commune de Saint-Nabord, juste en limite de Remiremont, sont le témoin d’un grand passé, ainsi que chacun pourra le découvrir. Si les statuts officiels de la société de tir datent de 1867, il faut aussi savoir que dès 1449, une compagnie d’archers avait vu le jour, suivie par des arbalétriers et arquebusiers. C’est ainsi que de précieux documents ont pu être conservés, comme de vieilles factures datant de 1876.

La société de tir actuelle affiche un réel dynamisme. Les bons résultats obtenus dans les différents concours et challenges régionaux ou nationaux l’attestent. Lors des dernières décennies, sa présidence fut tenue durant 42 années par Jean-Marie Roussel. Lui succède aujourd’hui une championne de Lorraine, en la personne de Isabelle Demange. A ses côtés, trois vice-présidents : Christine Delacourt, Alain Seibert et Colette Roussel (épouse de l’ancien président aujourd’hui décédé). Le secrétariat est assuré par Sylvie Simon et la trésorerie par Philippe Robert.

Ce samedi matin, François Vannson, député de la circonscription et président du conseil départemental des Vosges, est venu à la rencontre des dirigeants et adhérents licenciés de la société de tir. Il a ainsi salué leur implication et leurs brillants résultats. L’après-midi, c’est en présence de Philippe Georges, adjoint au maire de Saint-Nabord, que le gâteau du 140ème anniversaire, confectionné par la boulangerie de Seux, a été partagé.

L’instant d’avant, la présidente Isabelle Demange a rappelé l’historique complet de la société de tir (lire son allocution sous la galerie d’images) alors que la main innocente du jeune Léo a permis de désigner Rosalie Koelblen, cadette deuxième année au pistolet, en tant que gagnante du grand panier garni offert par la pâtisserie Jean-Luc et mis en jeu à l’occasion de la tombola du jour.

La société de tir ouvre ses portes au public ce dimanche de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h. Une découverte à cibler à l’occasion de cette seconde journée européenne dédiée au patrimoine.

Article participatif de Denis Philippe.

L’allocution de la présidente Isabelle Demange.

Chers amis,

Messieurs les élus,

chers tireurs,

chers bénévoles,

Voici un an que le comité travaille à l’organisation des 140 ans de la création des statuts de Société de Tir, uniquement de la création des statuts, car le tir lui, existe depuis bien plus longtemps.

En effet, la première Société de tir fut fondée en 1449, la confrérie de Saint-Sébastien, compagnie d’archers, puis d’arbalétriers puis d’arquebusiers qui comptaient 60 hommes plus 1 fifre et 1 tambour.

Les exercices de tir s’effectuaient à la porte de Neuvillers, à peu près à l’emplacement du musée actuel. (plein centre ville)

Par une ordonnance du 16/11/1739 datée de Lunéville du Roi Stanislas, toutes les compagnies de tir furent dissoutes en Lorraine. Pendant 137 ans, on ne parla plus de tir civil.

Et donc le 2 septembre 1876, la société de tir et de préparation militaire fut fondée par Messieurs Ernest ANDRE, Henri ALTHOFFER , PECHEUR,  le docteur GUYOT,

la fondation parut au Journal officiel du 25 sept 1876,

le 27 avril 1877 elle acquit un terrain sur la commune de Saint-Nabord au lieu-dit Les Breuchottes.

En 1890 une autre Sté de tir à vocation militaire voit le jour au champ de tir militaire du Parmont.

1900 : création de la fédération scolaire de tir de Remiremont, première école de tir pour les scolaires, ses effectifs étaient de 2 802 membres.

En 1914, cette Société fut dispersée par la guerre.

Reprise avec un succès tant en préparation militaire en 1921 des deux Sociétés de tir mais qui stoppe de nouveau en 1939 à cause de la seconde guerre.

Celle-ci terminée, le stand des Breuchottes est très gravement endommagé et de nombreux membres ont disparu. Un noyau de volontaires effectue les travaux les plus urgents afin d’éviter de nouveaux dégâts et les vols.

Remise en route en 1949, essentiellement en armes de guerre.

Les présidents M. Berlioz en 1961, M. Antuszewicz de 1969 jusqu’en 2011, Jean-Marie Roussel.

Les activités au stand furent marquées par une période difficile de rétablissement et de remise en état.

Les tirs à l’arme de guerre disparurent faute de moyens et de l’aide de l’armée. La préparation militaire disparaît également.

De l’arc de 1449 aux fusils GRAS, MARTINI, LEBEL et autres qui firent les grandes heures de la société , l’armement fut reconstitué avec :

4 carabines MAS 5,5

2 carabines 6 mm FEDERALE

1 pistolet UNIQUE

ces armes furent longtemps les seuls moyens de la société.

Le stand vit se fermer les cibles à 200 et 275 mètres. Je rappelle qu’il n’y avait aucune construction autour.

Sommairement réaménagé avec :

2 cibles à 12 m

4 cibles à 47 m puis

7 cibles à 10 m

1 cible au pistolet à 20 m

il n’est plus permis d’organiser les compétitions suivant les règlements de la Fédération.

1966 le comité directeur émet l’idée de procéder à une refonte complète du stand. Le projet prend corps,

1968 un échange de terrains avec la commune de St Nabord permet de desservir la zone du 275 m qui sera vendue pour financer en partie l’opération.

1969 les arrêtés de subvention du service départemental de la jeunesse et des sports ainsi que le permis de construire sont obtenus.

1971 le gros œuvre s’achève.

1972, les plus courageux des adhérents effectuent les travaux d’aménagement et d’équipement avec les moyens financiers encore disponibles.

1973 : le stand est à présent équipe de :

2 pièces à usage de bureau

du raccordement électrique et un minimum d’éclairage

17 cibles à 17 m en plein air

7 cibles à 10 m en sous sol chauffé sommairement

11 cibles à 50 m en cours d’installation à rameneurs manuels

1 espaces pouvant recevoir 15 à 20 cibles à 25 m

Le renouveau est concrétisé par les championnats des Vosges les 6, 12 et 13 mai.

Le 5 septembre 1976 est célébré par l’édition d’une plaquette et l’organisation d’une journée « portes ouvertes » le Centenaire de la Société de Tir de Remiremont.

Au fil des ans, l’équipe en place menée par son Président a poursuivi les diverses aménagement :

– électrification des ramènes cibles à 50 m

– aménagement de la cafétéria nécessaire lors des compétitions

– construction du pas de tir à 25 m et automatisation des cibles

– réalisation d’un ensemble sanitaire et du chauffage en sous sol

– local à usage d’armurerie

– installation automatique de 5 cibles à 10 m

En septembre 2006 : une journée portes ouvertes, j’ai rencontré M. Roussel qui m’a fait essayer le tir au pistolet. Un peu timidement je lui ai dit je reviendrai prendre une licence.

Et 10 ans après, je suis là devant vous. J’ai découvert l’encadrement, le bénévolat, beaucoup de bénévolat, Au décès du Président Roussel, vous m’avez confié la barre du navire et avec le comité nous continuons à manœuvrer.

– Amélioration des installations

– Travaux de consolidation

– Entretien du stand

– Renouvellement du matériel de tir devenu obsolète (armes – tenues)

– Organisation de challenges armes anciennes – marathon de tir pour les grands – challenge de pâques pour les petits – la galette des rois.

– Le barbecue.

Nous avons encore des projets dans les soutes… Nous vous en parlerons lors de l’Assemblée générale le 9 octobre.

Voilà donc pour la petite histoire depuis 140 années !

Passons au tirage au sort du loto.

La main innocente qui va tirer, c’est le mot qui convient, le gagnant du panier garni, est le petit Léo, nouvel adhérent de notre association.

Ce trouve dans le panier, offertes par la pÄtisserie Jean Luc, des Loriquettes spécialités de Remiremont qui trouvent leurs origines en 1544.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *