Search
mercredi 18 oct 2017
  • :
  • :

Saint-Nabord – L’accueil des gens du voyage au cœur des débats du dernier conseil municipal

En juillet 2016, les gens du voyage ont pris possession d'un 1er terrain route de Sainte-Anne

Avec 41 points à l’ordre du jour, les débats étaient de circonstance ce dernier jeudi au conseil municipal. Après l’affaire A2MC, il fut question de l’accueil des gens du voyage. A ce titre, le maire rappelait au conseil une délibération prise en date du 16 juin 2011. Délibération approuvant, dans le cadre de l’exercice par la CCPHV (Communauté de Communes de la Porte des Hautes-Vosges), de sa compétence « aire de grands passages des gens du voyage », la passation d’une convention pour mise à disposition d’un terrain situé au lieudit « Le Bombrice ».

Daniel Sacquard, le maire navoiriaud, évoque dès lors les grandes difficultés rencontrées au cours de cet été avec l’arrivée massive de caravanes de gens du voyage (qui ne veulent toujours pas occuper le terrain ainsi mis à disposition) et les problèmes de gestion que cette situation continue d’engendrer. Alors, c’est quelque peu piqué au vif que le premier magistrat de la commune n’a pu constater qu’il était bien seul à résoudre les problèmes et cela en regard de réponses jugées insuffisantes de la part des services de la préfecture.

Considérant ainsi que la situation semble se dégrader et que le fameux Schéma Départemental des gens du voyage prend fin le 31 décembre 2016, le maire propose dès lors au conseil municipal de constater le non respect des conditions ayant conduit la commune à donner son accord et par conséquent de revenir sur ce dernier.

Si pour une majorité de conseillers, cette solution a été jugée acceptable, 11 autres élus se sont prononcés contre et un 12ème s’est abstenu. S’en est suivi un inévitable débat. Pour Frédérique Fehrenbacher, (groupe d’opposition), « la situation n’est pas très claire. Si l’on retire nos billes, c’est très dommageable pour commencer avec une nouvelle communauté de communes à partir de janvier 2017 ». Tollé du côté de la minorité municipale : pour Daniel Vincent, « l’aménagement des aires de grands passages (Saint-Nabord et Remiremont) a coûté 300.000 €, alors il faut penser que la communauté de communes et la préfecture vont réagir… » Pour Valéry Audinot, « on va encore se faire remarquer, l’image de Saint-Nabord est déjà assez impactée. Je préconiserais davantage de dialogues avec les services préfectoraux ». Pour Cédric Babel, « en se retirant, c’est encourager les gens du voyage à prendre d’autres aises et s’installer n’importe où ».

Des arguments entendus par le maire, mais Daniel Sacquard s’est visiblement posé comme un homme excédé par les problèmes rencontrés, tout en faisant remarquer que « la communauté de communes n’a jamais le temps de se préoccuper de l’entretien de l’aire de grand passage, que Remiremont n’a rien fait en matière d’équipements sur l’aire de Devant Parmont alors que Saint-Nabord a apporté l’eau et l’électricité au Bombrice ». Et d’ajouter à la suite : « je veux suspendre les deux aires, celles-ci n’étant pas à égalité d’équipements ».

Une décision, qui vraisemblablement, risque d’alimenter d’autres débats lors de prochains conseils communautaires…

Article participatif de Denis Philippe.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *