Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

Saint-Nabord – Situation d’A2MC : le droit de réponse de Daniel Sacquard

image_pdfimage_print

12850119053_815f16dea2_o

Suite au articles aux articles parus sur notre journal en ligne les 27 et 30 septembre 2016 à propos de l’association A2MC de Saint-Nabord, le maire, Daniel Sacquard, use de son droit de réponse. Nous le publions en intégralité ci dessous. Les deux parties s’étant exprimées, nous considérons, pour notre part, que le débat est clos sur la situation de l’association A2MC.

« Compte tenu des accusations portées à l’encontre de la municipalité, il convient de rétablir la vérité bafouée par les différentes supposées victimes qui n’hésitent pas à raconter tout et n’importe quoi dans les colonnes d’un journal local.

Si les activités de l’association n’ont pas ou très peu reprises, il est essentiel d’en connaître les causes :

  • Concernant le remplacement du gardien du centre socio culturel :

L’intéressé qui se déclare publiquement « directeur du centre socio culturel » n’est en réalité que le gardien de ce complexe. Celui-ci atteint par la limite d’âge selon les statuts de la fonction publique territoriale a déclaré par courrier du 2 février 2016 qu’il souhaitait faire valoir son droit à la retraite à compter du 1er septembre 2016.

Il soulignait dans ce même document qu’il pouvait mettre son expérience professionnelle au service de la mairie sans toutefois en préciser les conditions. Après interrogations des services compétents, il est apparu fin avril 2016, qu’il n’était pas possible de continuer à rétribuer l’intéressé puisque l’âge de la retraite avait sonné, il pouvait, en revanche, être embauché par le biais d’un contrat de droit privé. Ce type de contrat à durée déterminée ne convenant pas, il n’a pas été donné suite.

Dans le même temps, une annonce pour le recrutement d’un personnel de gardiennage du centre socio culturel d’une durée de 24 heures par semaine a été passée. La date limite de réception des candidatures a été fixée au 16 août 2016. Aujourd’hui, les entretiens se terminent et le poste devrait être bientôt pourvu. Dire que la municipalité n’a pas réagi face au départ annoncé est pur mensonge.

  • Concernant la présidence de l’association :

Le 6 juin dernier une réunion provoquée par la municipalité a eu lieu en mairie. Elle regroupait les membres du Conseil d’Administration de l’association A2MC, les intervenants de celle-ci et 3 membres du conseil municipal. Le but de cette réunion était de connaître la position du président quant à la suite qu’il allait donner à son mandat. Ce n’est pas sans mal qu’il a indiqué qu’il souhaitait conserver son titre de président de l’association afin que celle-ci perdure. Dans le même temps, il a souhaité que le solde de la subvention 2016 soit versé rapidement alors qu’il est de coutume de verser 50 % immédiatement après la réunion du conseil municipal qui attribue les subventions aux associations (en mars ou avril), le solde en fin septembre. Ce solde, soit 9.800 €uros, a été versé dès le 8 juin puisque le besoin était soit- disant là pour commander les pièces de théâtre entre autres.

  • Concernant les conventions adoptées par délibération des 21 février 1994 et 11 mars 2003

Ces conventions reprennent effectivement que l’association est créée dans le but de développer l’animation culturelle de la ville de Saint-Nabord et en particulier son centre socio culturel. Dans ces conventions des engagements sont énumérés de part et d’autre. Si les engagements de la commune ont bien été respectés :

– mise à disposition du centre socio culturel et des équipements et matériels s’y trouvant

– prise en charge des frais liés aux manifestations pour lesquelles la commune est partie prenante

– priorité donnée aux manifestations d’A2MC lors de l’établissement du programme d’occupation du centre

– soutien logistique des services communaux

– libre choix de l’association pour la programmation ou l’organisation des manifestations ;

Il n’est pas sûr que l’on puisse en dire autant des engagements de l’association :

  • nombre minimum de manifestations non respecté,

  • absence de présentation de programmation culturelle lors de la demande de subvention,

  • absence de production de bilan financier dans le mois suivant chaque manifestation subventionnée,

  • et pour couronner l’ensemble, lors de la dernière assemblée générale, les documents financiers fournis aux élus sont différents de ceux présentés aux adhérents.

  • Concernant les intervenants de l’association :

Si l’ensemble des activités n’a pas repris, la faute n’incombe pas à la municipalité, mais au président de l’association lequel en acceptant de continuer d’assurer la présidence de l’association (réunion du 6 juin) se doit d’être au plus proche de ses employés, en répondant à leur courrier ou à leurs appels téléphoniques. Face à cette situation, une nouvelle réunion a eu lieu en mairie avec les intervenants le 19 septembre. Il est relaté dans la presse que la situation est bloquée parce que le maire n’a pas répondu à un courrier qui lui a été adressé par le président de l’association. Si effectivement il n’y a pas eu de réponse de donnée, c’est que l’intéressé avait déjà toutes les informations. Cela constitue un faux prétexte et permet d’accabler un peu plus la municipalité mais le président reste dans l’incompréhension face à la situation qu’il a lui-même créée!!!

Pourquoi, s’il est si attaché à voir les activités de l’association prospérer, est-il en train de précipiter sa dissolution, alors que tous les moyens, techniques, humains et financiers sont encore là ? Pourquoi cette association ne pourrait-elle pas survivre à sa présidence : orgueil mal placé, argent ?

  • Concernant la situation aujourd’hui :

La municipalité actuelle se soucie du sort des intervenants. Une nouvelle association va être créée à l’initiative de la mairie et tous ceux qui voudront poursuivre leur activité au sein du centre socio culturel pourront le faire, dans les mêmes conditions sociales qu’actuellement bien que sur ce dernier point, il semblerait que cela soit bien flou pour certaines personnes.

A ceux qui invoquent le désert de compréhension de l’actuelle équipe municipale ;

A ceux qui accusent cette équipe de coups bas, de comportements cavaliers, ou d’ignorance des clauses des conventions ;

A ceux qui ne peuvent que prononcer la dissolution de l’association ;

Je dis :

Cesser de vous faire passer pour des incompris,

Réfléchissez ne serait-ce que très peu de temps pour faire la part des choses.

Sachez que dans la vie il ne faut pas écouter qu’un seul son de cloche

Et je poserai une ultime question :

La subvention 2016 a été versée dans son intégralité (19 800 €). Dans l’article paru le 27 septembre 2016, il est clairement mentionné : «  l’association ne proposera aucun spectacle lors de cette saison ». Alors à quoi a servi l’argent de la subvention qu’il a fallu verser aussi rapidement, sachant, qu’il était prévu notamment, pour le financement des pièces de théâtre ? Attention, il s’agit là de deniers publics et il serait bon de savoir à qui va revenir cet argent puisé dans la poche du contribuable ?

Le maire de Saint-Nabord ».