Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Saulxures-sur-Moselotte – Football : un joueur prévenu de coup volontaire relaxé par le tribunal

image_pdfimage_print

Saulxures_Moselotte

Un match de football s’est terminé devant le tribunal d’instance d’Epinal ce lundi 3 octobre 2016. Prévenu d’avoir porté un coup volontaire à un adversaire, un joueur du club de Saulxures-sur-Moselotte a finalement été relaxé.

Dimanche 1er mai 2016, l’équipe du Ménil-Thillot recevait celle de Saulxures-sur-Moselotte pour le compte du championnat de troisième division de district. Un match très disputé car les deux équipes luttaient pour leur maintien. Il s’était d’ailleurs terminé par la courte victoire des Saulxurons même s’ils avaient fini le match à 10 joueurs (3-4).

En fin de partie, l’arbitre avait expulsé un joueur de Saulxures-sur-Moselotte, estimant qu’il avait porté un coup de coude volontaire à un adversaire. Ce dernier s’était vu prescrire cinq jours d’interruption totale de travail (I.T.T.) et avait ensuite déposé plainte contre son adversaire pour violence.

Après l’audition des deux protagonistes et de l’arbitre du match par la gendarmerie, le joueur saulxuron était renvoyé devant le tribunal de police d’Epinal pour une contravention de cinquième classe. Il encourait une amende maximale de 1.500 euros et d’éventuels dommages et intérêts.

Après que le prévenu a contesté la volonté d’avoir porté le coup et expliqué qu’il s’agissait d’une simple action de jeu, il a fait citer un témoin, en l’occurrence le président de son club. Celui-ci était présent au match en tant que juge de touche bénévole.

Après avoir prêté serment, le président du club saulxuron a expliqué au tribunal que le joueur incriminé avait voulu mettre le ballon en touche et qu’en pivotant sur lui-même, son coude avait malencontreusement percuté le nez de son adversaire. Il a fait remarquer que de nombreuses affaires de ce type étaient jugées chaque saison par la commission de discipline du District des Vosges de Football et demandé si elles se terminaient toutes devant le tribunal de police.

Dans ses réquisitions, le représentant du Procureur de la République a demandé la relaxe du prévenu. Il a été suivi à la lettre par le président du tribunal.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *