Search
lundi 18 déc 2017
  • :
  • :

Remiremont – L’art, l’artisanat et le savoir-faire s’exposent admirablement durant tout le week-end !

image_pdfimage_print

S’il est une visite incontournable à faire au cours de ce premier week-end de novembre, c’est bien celle qui occupe le Palais des Congrès romarimontain. Le 17ème salon « art, artisanat et savoir-faire »organisé une fois encore par l’Office de Tourisme mérite que l’on s’y intéresse. Car les nouveautés sont légion cette année. Matière à intéresser chaque membre d’une famille, des grands parents aux petits-enfants.

Un salon qui porte bien son appellation car ici l’art et le savoir-faire s’appliquent à chaque stand. Les Vosges et toute la région sont merveilleusement représentées par plus d’une cinquantaine de créateurs professionnels et amateurs. Une belle façon de faire un tour d’horizon complet de l’art créatif. A travers les allées du salon, l’imagination et l’innovation demeurent omniprésentes. Le Grand-Est a du talent !

Le savoir-faire ainsi présenté à ce salon « est le reflet de nos traditions, tout en étant, dans le même temps, la projection de l’avenir » s’est plu à mentionner Christiane Wininger, 1ère adjointe assurant les fonctions de maire de la ville par intérim. Elle expliquait ainsi que l’histoire de Remiremont « est intimement mêlée à celle des savoir-faire, car au Moyen-Age, la ville possédait en effet de nombreux artisans liés au domaine du cuir ». Et de démontrer que la raison en était simple : «‘Remiremont occupait alors un rôle de ville-centre au milieu d’un paysage agricole. Et qui dit agricole, dit élevage et par là même viande et peau ».

L’élue étayait ses propos, relatant « qu’aux 16ème et 17ème siècles, sous l’Ancien Régime, la cité des chanoinesses pouvait s’enorgueillir d’un milieu artisanal diversifié, grâce à la présence d’orfèvres et de potiers en étain ». Et de rappeler « que l’existence de ces métiers de luxe étaient liés à la présence des Chanoinesses, ces dames riches et bien nées ».

En parcourant le salon, Christiane Wininger l’a clairement constaté : « la transmission du savoir-faire d’aujourd’hui ne touche pas uniquement les passionnés. Les objets modernes sont fabriqués selon des procédés précis. Ils s’adaptent à notre temps grâce à l’apport des technologies nouvelles, certains deviennent même des œuvres d’art ».

Une réelle occasion pour le public de pouvoir les admirer, mais encore se les procurer à des tarifs forts raisonnables, ainsi que nous avons pu le vérifier. Cette 17ème édition de l’art, de l’artisanat et du savoir-faire mérite une incontournable visite. Ce samedi jusqu’à 19 h et dimanche 6 novembre de 10 h à 19 h. Entrée, 3 € à partir de 12 ans.

Ce que nous avons franchement aimé : « Les Z’arts d’Or », bijoux originaux et accessoires mode (Nancy) ; « « Les Créations Charlyne », vases drapés de soie, lampes, foulards, tableaux (Forges Les Bains) ; « Les Passions de Paulette », personnages de décoration en tissu entièrement faits main ; « Baadjie Création », habits uniques selon les envies de chacun (Cheniménil) ; « Marie Décore », abat-jour en linge ancien et broderie, décor rétro (Le Syndicat) ; « Fischer et Compagnie », les lumineux la nuit et décoratifs le jour et les sulfures-méduses qui se rechargent à la lumière du jour (Nancy) ; « Les Emaux d’Or », création d’objets de décoration et bijoux en émaux, faïence et verre(Nancy) ; Gérard Didier, découpe sur bois, encadrement et objets décoratifs personnalisés (Cleurie) ; « Les Gisèles » de Lysiane Nicot (Saint-Nicolas-de-Port) ; « Nature Bijoux », pierres naturelles, strass, foulards, paréos et sacs d’Alem Gil (Vittel).

Article participatif de Denis Philippe.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *