Search
dimanche 28 mai 2017
  • :
  • :

Remiremont – Un rappel à propos des chats errants

image_pdfimage_print

chats-errantsDans un communiqué, le maire Jean Hingray indique que « face à l’augmentation du nombre de chats errants sur notre Commune, il est rappelé à la population qu’il est strictement interdit par arrêté municipal de nourrir ces animaux. Même si l’intention est louable, cette pratique a pour conséquence, sur le long terme, de favoriser l’augmentation d’animaux errants et par conséquent le nombre de chats en souffrance. Cela est aussi la cause de nuisances importantes pour les riverains. Je compte sur votre civisme ».




3 réactions sur “Remiremont – Un rappel à propos des chats errants

  1. mathieu claudine

    HONTE AU MAIRE DE REMIREMONTqui ne doit pas aimer les animaux pour faire un tel article. Je lui rappelle qu’il est le seul à devoir selon les textes faire stériliser ceux-ci pour justement éviter la prolifération au lieu d’invoquer qu’il faille les laisser mourir de faim!!!!!) Article L211-27 du Code Rural et de la Pêche Maritime :

    « Le maire peut, par arrêté, à son initiative ou à la demande d’une association de protection des animaux, faire procéder à la capture de chats non identifiés, sans propriétaire ou sans détenteur, vivant en groupe dans des lieux publics de la commune, afin de faire procéder à leur stérilisation et à leur identification conformément à l’article L. 212-10, préalablement à leur relâcher dans ces mêmes lieux. Cette identification doit être réalisée au nom de la commune ou de ladite association.

    Read more at http://restodeschats.e-monsite.com/…/lois-sur-les-chats…
    J’aime · Répondre · 5 min · Modifié
    Claudine Mathieu
    Claudine Mathieu Ce qui change ?

    A compter du 1er janvier 2015, les chats « errants » doivent être stérilisés et identifiés puis relâchés sur les lieux où ils ont été capturés.

    Un Maire aura dorénavant à se justifier de son recours à la fourrière et de son refus de mettre en œuvre un programme de stérilisation. Il ne sera plus en droit de refuser la main tendue des bénévoles et Associations qui proposent actions de terrain et financements. Il ne pourra plus refuser d’y participer.

    Read more at http://restodeschats.e-monsite.com/…/lois-sur-les-chats…
    J’aime · Répondre · À l’instant

    répondre
  2. Micky88

    Ce n’est pas en affamant les chats que le problème évoqué sera résolu. D’autant qu’il ne faut pas confondre les chats errants et ceux qui se promènent.

    Et encore doit-on faire ce tri glacial ? Ce ne sont pas eux qui défèquent sur les trottoirs !

    Quoi qu’il en soit, un chat SDF a autant le droit de vivre qu’un autre…

    Il est du devoir de notre cité d’appliquer la loi article 212-10 et surtout de ne pas les remettre à la SPA où selon leur état et leur non-adoption, une « mort programmée devrait les attendre ».
    Conditionnel et entre guillemets pour éviter tout procès !

    Du reste, en érigeant cette bonne action via une association type loi 1901, nous pourrions, comme dans beaucoup d’autres communes, abonder via des dons en nature ou en argent.

    Un classement des vétérinaires oeuvrant gratuitement ou à vil prix pour cette cause en pouvant déduire leurs actes de leurs impôts pour peu que l’association soit classée reconnue d’utilité publique serait aussi parfaitement envisageable !

    Donner à ces chats qui n’ont rien demandé, une vie heureuse, sans maîtresse ou maître serait juste à notre honneur !

    Et si les vaccins, la castration ou l’opération ne coûtaient pas aussi chers + maintenant le tatouage et la puce, il y aurait beaucoup moins de chats soit-disant errants.

    Remercions une fois de plus nos politiques qui génèrent eux-mêmes les problèmes !

    Et pensons par exemple à Istanbul, la ville des chats « errants » qui en fait d’ailleurs un attrait touristique, où il ne viendrait à personne l’idée de s’en séparer… à moins d’un habitant d’Inde ou d’Asie qui, je crois, les ferait cuire !

    répondre
  3. paul

    effectivement, avant de s’attaquer aux chats, il serait prefèrable de s’attaquer aux déjections canines qui pullulent sur les trottoirs de Remiremont.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *