Search
vendredi 19 oct 2018
  • :
  • :

Saulxures-sur-Moselotte – Denise Stappiglia refuse de nous accréditer au festival musical

image_pdfimage_print
Denise Stappiglia, le maire de Saulxures-sur-Moselotte, crée une situation inédiate dans les Vosges. Photographie d'archives.

Denise Stappiglia, le maire de Saulxures-sur-Moselotte, crée une situation inédite dans les Vosges. Photographie d’archives.

Pour la première fois à la base de loisirs du lac de la Moselotte, la commune de Saulxures-sur-Moselotte, via sa régie animation-culture-jeunesse, organisait ce samedi 26 août un festival musical avec deux têtes d’affiche : Tonton David et Sensimilia. Ladite régie est dirigée par Agnès Combet dont le mari, Thierry Combet, est le directeur général des services de la commune. Le monde est petit à Saulxures-sur-Moselotte…

La veille, nous avons pris attache avec Thierry Combet, super-intendant du festival, afin d’accréditer l’un de nos journalistes titulaires de la carte de presse. Notre interlocuteur nous a fait savoir que le maire de la commune, Denise Stappiglia, nous refusait cette accréditation.

Il semblerait que le maire n’a pas apprécié que nous révélions qu’elle a perdu deux procès devant le tribunal administratif de Nancy (sur la forme puis au fond) contre un promoteur immobilier avant d’obtenir finalement gain de cause devant la cour d’appel de Nancy. Nous n’avons pourtant accompli que notre devoir d’information.

Malheureusement, la population vosgienne est la première lésée par la décision de Denise Stappiglia. Aujourd’hui, les lecteurs et les internautes de vosgesinfo.fr sont privés du compte rendu et des images de ce festival.

Notre journal ne saurait accepter que le maire de Saulxures-sur-Moselotte s’arroge le pouvoir de sélectionner des journalistes selon ses propres critères. C’est une situation inédite dans les Vosges.

Denise Stappiglia, 70 ans cette année, ne pourrait oublier que ce festival (plusieurs dizaines de milliers d’euros engagés) organisé par sa commune de Saulxures-sur-Moselotte, a été soutenu par les deniers publics. Et donc par l’argent du contribuable qui aurait apprécié de connaître l’utilisation qui en est faite par ses élus.

Nous avons donc été contraints de nous satisfaire d’images extérieures à celle du festival, en l’occurrence celles des trois parkings dédiés à la manifestation. Des parkings loin d’être remplis à 20 heures 00 alors que Tonton David  s’apprêtait à entrer en scène.