Search
lundi 20 août 2018
  • :
  • :

Vagney – « Pour l’amour d’une Vosgienne”, l’hommage vachement illustré

image_pdfimage_print

13

“Pour l’amour d’une Vosgienne”, c’est le deuxième ouvrage en images publié par Richard Brionne. Dédié à la vache vosgienne, il était présenté officiellement vendredi soir à l’Estaminet en présence des éleveurs et des amoureux de la race, autour d’un marché des produits du terroir.

Richard Brionne a salué Rudy Noël pour son accueil chaleureux, son épouse Josiane pour son aide précieuse, l’éditeur Olivier Bertot pour sa confiance, les élus Jérôme Mathieu, conseiller départemental du canton de La Bresse et président de la chambre d’agriculture des Vosges, Laurent Séguin, président du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges, Gérard Clément, Didier Houot et Patrick Lagarde, maires respectivement de Tendon, Vagney et Cleurie.

“Merci aux fermiers, aux aubergistes, aux éleveurs passionnés qui m’avez permis de mener à bien cette aventure collective et humaine. Ce livre vous appartient” s’est exclamé Richard Brionne.

Pourquoi ce livre ? “La vache vosgienne fait partie de notre paysage, de notre vie, de notre culture”. Le fil conducteur du livre était tout désigné : la vache, ses fermiers, leur montagne. “J’ai rencontré seize familles d’agriculteurs qui m’ont permis de mieux comprendre le métier de ces éleveurs passionnés”.

Richard Brionne salue l’oeuvre de deux éleveurs prématurément disparus, Bruno Arnould et Marc Spenlé, puis les musiciens de Cors et Accords font vibrer leurs cors des Alpes en hommage.

C’est le deuxième ouvrage dédié à la vache vosgienne qui parait en 2017 après « La Vosgienne, coeur et fierté du massif” de Martine Huot-Marchand, avec un regard plus technique. Le troisième sera l’oeuvre de Daniel Nussbaum. “La vache vosgienne passionne !” se félicite Richard Brionne.

Cette vache vosgienne a bien failli disparaître dans les années 70. “Et pourtant que serait notre montagne sans sa robe noire et blanche. Grâce à une poignée d’éleveurs passionnés, la vache vosgienne a retrouvé toute sa place”.

Claude Vaxelaire, Jean Wehrey et Marie Arnould.

Richard Brionne met deux pionniers à l’honneur : Claude Vaxelaire, de Saulxures-sur-Moselotte, et Jean Wehrey, de Breitenbach, en leur offrant une exemplaire du livre.

Au total, le livre est rythmé par 80 personnes : “Vous êtes les jardiniers de la montagne ! Nos paysages montagneux seraient radicalement différents sans ceux qui s’en occupent”. Oecuménique, il rend également hommage aux hommes de la réserve naturelle du Gazon du Faing.

Richard Brionne associe le photographe Joël Couchouron et le peintre Olivier Claudon, éminents ambassadeurs de la vosgienne, et réserve son coup de coeur de la soirée à Marie Arnould, qui se bat pour maintenir sa ferme dans la vallée du Chajoux.

Il remercie aussi Claude Vautrin, Vincent Gallais, Jean-Paul Vannson, René Claudel, Jean-Pierre Valentin, Romain Millotte, Elodie Dupays et Faustine.

“J’ai laissé les dernières pages à la jeunesse car l’avenir de la vache vosgienne peut compter sur une jeunesse formidable” ajoute Richard Brionne, citant Welma, Jérémy, Cindy, Eric.

Les élus se réjouissent de cette nouvelle ode à la vosgienne.

Jérôme Mathieu : “Un livre bien vivant à la gloire de la vache vosgienne. Il est important de fixer ce qui se passe aujourd’hui mais aussi demain. Au sommet de ce massif vosgien, il y a des vaches vosgiennes mais aussi des éleveurs”.

Laurent Séguin : “cette vache vosgienne est identifiée au massif vosgien. C’est aussi une éthique, elle dénote une attitude particulière”.

Didier Houot : “j’exprime mes profonds remerciements à tous ceux qui nous rassemblent autour de la vache vosgienne et qui façonnent notre paysage”.

David Jeangeorges.

Photographies : Claude Noël.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.