Search
samedi 25 nov 2017
  • :
  • :

Remiremont – Devoir de Mémoire : 438 soldats romarimontains morts pour la France lors de la Grande Guerre

Remiremont - période de la guerre 14-18

Second volet de l’allocution de Jean Hingray, maire de Remiremont, lors de la cérémonie commémorative du 99ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre. Publication relatant la situation vécue et partagée par les romarimontains lors de la Grande Guerre.

Acte 4 – les militaires – « La position de la ville, à proximité du front des Vosges, engendre une activité militaire conséquente. De nombreuses troupes y transitent, tandis que d’autres y cantonnent parfois plus longuement. Le fort du Parmont reste occupé par une garnison visitée en octobre 1916 par le colonel Julien Viaud, plus connu sous son nom de plume de Pierre Loti.

A l’école Maxonrupt, s’établit entre janvier 1915 et décembre 1916 l’état-major qui commande la 7ème armée. Le 1er mars 1917, un foyer du soldat est ouvert au 74 Grande Rue : il propose aux militaires un endroit où boire, lire et se distraire.

Le service de santé des Armées y est également présent par le biais des médecins entourés des infirmières et brancardiers affectés dans les différents hôpitaux établis en ville. Ils réunissent plus de 800 lits non seulement à l’hôpital mixte, mais aussi dans les locaux temporaires aménagés notamment au collège de garçons, au collège de jeunes filles du Tertre et à la caserne Marion.

Remiremont est plusieurs fois traversée par des convois de centaines de prisonniers allemands qui passent par la Grande Rue, la rue de la Xavée et le Boulevard Thiers. Le 13 juillet 1915, le général en chef Joffre assiste d’ailleurs en ville au défilé d’une colonne de 800 soldats allemands faits prisonniers à La Fontenelle.

A la fin de la guerre, ce sont aussi des troupes américaines qui viennent s’installer à Remiremont de juin à novembre 1918.

Finir la guerre et se souvenir

Acte 4 – L’armistice signé le 11 novembre 1918 est annoncé en fin de matinée à Remiremont. S’il prélude de la fin de la guerre, il ne signifie pas pour autant la fin des efforts dans l’immédiat, et ce d’autant que la paix n’est signée que le 28 juin 1919.

En effet, les hommes ne sont pas démobilisés tout de suite, cette opération se fait progressivement entre janvier et octobre 1919 et les restrictions alimentaires subsistent.

Le bilan humain est lourd, 438 soldats habitant Remiremont sont décédés, sans parler des blessés et des traumatisés. A Remiremont, une liste calligraphiée des morts est placée dans le hall d’entrée de la mairie le 1er novembre 1919, des plaques commémoratives sont apposées au collège de garçons et à l’école du centre, une plaque en marbre des décédés est installée à l’église en 1921, avant l’inauguration du monument aux morts en 1924.

Dès le départ, le 11 novembre a pris une valeur particulière aux yeux des français. Il ne représente pas seulement la fête de l’armistice, qui mit fin aux souffrances des combattants de la Grande Guerre. Il commémore aussi l’aboutissement de l’engagement de soldats-citoyens et du sacrifice consenti par une Nation qui représentait non seulement un territoire, mais surtout l’union d’un peuple autour des principes indéfectibles de liberté, d’égalité et de fraternité.

« Venus de tous les continents, croyants et non croyants, nous appartenons tous à la même planète, à la communauté des hommes. Nous devons être vigilants et la défendre non seulement contre les forces de la nature qui la menacent, mais encore davantage contre la folie des hommes » disait l’admirable Simone Veil, dont nous venons d’inaugurer la rue éponyme.

Alors oui, bien sûr, il y aura toujours des partisans de la domination et de la haine, mais faisons le choix de ne pas les suivre dans cette voie délétère.

Continuons à rappeler combien la République, une et indivisible, est chère à notre cœur. Continuons à transmettre à nos enfants l’Histoire de notre peuple, avec ses défaites et ses triomphes qui constituent sa grandeur.

Vive la liberté, l’égalité, la fraternité. Vive la République et vive la France.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *