Search
mardi 20 nov 2018
  • :
  • :

Vosgiens aux Jeux olympiques – Thibaut Leduc : “Notre gros atout, c’est le pôle espoir de Gérardmer” Le président du comité départemental de ski est fier de la sélection de ses athlètes.

image_pdfimage_print

995538_10151824354381395_37986309_nHuit skieurs du massif vosgien sont sélectionnés pour les Jeux Olympiques. Cinq sont issus du département des Vosges et sélectionnés par le comité national olympique et sportif français pour les Jeux Olympiques en Corée du Sud : Antoine Gérard (US Ventron) et Maxime Laheurte (AS Gérardmer SN) en combiné nordique, Delphine Claudel (La Bressaude) et Adrien Backscheider (AS Gérardmer SN) en ski de fond. Pour le bonheur de Thibaut Leduc, président du comité départemental vosgien de ski. Sixième sélectionné du massif vosgien par le CNOSF, Sylvain Dufour (SC Sainte-Marie-aux-Mines) en snowboard alpin. Ajoutez-y Elise Pellegrin (US Ventron) retenue en ski alpin par l’ile de Malte et Florent Claude (Basse-sur-le-Rupt SN) en biathlon, appelé par la Belgique.

  • Thibaut Leduc, quel est votre sentiment avec ces cinq Vosgiens sélectionnés par le comité national olympique et sportif français ?
  •  On s’était fixé pour objectif de qualifier cinq de nos athlètes, il est atteint. Même s’il est licencié à Val-d’Isère, on compte Clément Noël dedans car il suit le parcours d’athlète défini par le comité départemental vosgien de ski. Nous sommes hyper satisfaits de nos athlètes et très fiers d’eux, du boulot qu’ils ont réalisé, du travail des entraîneurs et de la filière qui a abouti à ce résultat. C’est le travail de tout un comité, de tous les clubs y compris ceux qui font du loisir. Par exemple, quand on organise des courses internationales, ils viennent donner un coup de main. Il y a du monde dans l’encadrement avec cinq contrats en CDI au comité départemental et l’entraînement des clubs s’est professionnalisé. De plus, le département et les commune ont fait des efforts : le plan tremplin Vosges s’est réalisé, la Ténine en biathlon, a été réhabilitée, le stade de slalom de Gérardmer s’est créé et maintenant, on a des athlètes qui sortent. L’autre gros atout, c’est le pôle espoir de la Haie-Griselle à Gérardmer. Tous les jeunes qui en sortent possèdent le bac. C’est un tout. On revient de loin car il y a 10 ou 15 ans, on nous a dit à la Fédération Française de Ski qu’on est le tiers monde du ski alpin. ça nous a un peu piqué au vif. Les Vosges sont maintenant bien intégrés dans la Fédération, les jeunes sont bien accueillis et nous avons à notre tête un tandem efficace avec le président Michel Vion et le Directeur Technique National Fabien Saguez. Il faut se battre tout le temps, trouver des partenariats.
  • Qu’est-ce qui fait votre fierté aujourd’hui ?
  • Ces jeunes athlètes ont un bel état d’esprit. Ils ne prennent pas la grosse tête et c’est d’autant plus appréciable que cela donne une leçon pour tous les jeunes des clubs. Clément Noël a dit qu’il ne voulait pas rester des années en coupe d’Europe et qu’il arrêterait s’il n’y arrivait pas, pour se consacrer totalement à ses études. Toutes les générations sont représentées : un vieux briscard avec Maxime Laheurte dont ce seront les quatrièmes Jeux Olympiques, un athlète mature avec Adrien Backscheider qui y va pour la deuxième fois et les jeunes qui arrivent derrière avec Delphine Claudel, Antoine Gérard et Clément Noël. Le retour de Maxime Laheute, c’est super. Nous avons une pensée pour Julia Clair qui n’a pas pris son billet, sa blessure a pesé dans ses résultats.
  • Quelles sont les chances de médailles des sélectionnés vosgiens ?
  • Tout est possible, ce sont des guerriers, ils y vont pour ramener une médaille. On a des chances réelles. Libérés, nos Vosgiens ne vont pas gérer, ils vont tout donner et vivre à fond cette aventure olympique. Nous avons aussi deux Vosgiens sélectionnés par la Belgique, avec Florent Claude, et par l’ile de Malte avec Elise Pellegrin. Florent a réussi de super perfs, il a démontré que libéré, il peut sortir quelque chose. Elise s’est mieux préparée, son objectif sera d’aller en deuxième manche.

Propos recueillis par David Jeangeorges.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.